Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Garrot d’Islande (Bucephala islandica) au Canada – 2000

Information sur l'espèce

Nom, classification et taxinomie

Nom commun : Garrot d'Islande (ou Garrot de Barrow)
Nom scientifique :  Bucephala islandica (Gmelin, 1789)
Nom anglais :  Barrow's Goldeneye

Le Garrot d'Islande appartient au genre Bucephala, qui necomprend que deux autres espèces : le Garrot à œil d'or (Bucephala clangula) et le Petit Garrot (Bucephala albeola). Le genre fait partie de la tribu des Mergini qui regroupe tous les canards de mer et les harles (AOU, 1998). Le Garrot d'Islande et le Garrot à œil d'or sont très semblables sur le plan morphologique, et plusieurs cas d'hybridation ont été documentés (Palmer, 1976; Martin et Di Labio, 1994). Les mâles hybrides en plumage nuptial ont des caractéristiques intermédiaires entre les deux espèces parentales, et certains ont été signalés dans l'est du Canada (Martin et Di Labio, 1994). On en a observé récemment à chaque site d'hivernage connu du Garrot d'Islande le long du corridor du Saint-Laurent au Québec, dont au moins deux simultanément à La Malbaie et à Baie-des-Rochers durant l'hiver 1998-1999, et dans la baie des Anglais en 1997-1998 et en 1998-1999 (Service canadien de la faune, région du Québec [SCF-QC], données inédites).

L'espèce est monotypique. Jusqu'à présent, il n'y a eu aucune comparaison morphologique ou génétique des populations de l'Ouest, de l'Est et de l'Islande (voir Répartition); on ne connaît donc pas les relations entre les Garrots d'Islande qui nichent dans l'est du Canada et ceux qui nichent ailleurs. Cependant, étant donné la forte corrélation entre la répartition mondiale des Arlequins plongeurs (Histrionicus histrionicus) et celle des Garrots d'Islande, il se peut que de futures études moléculaires révèlent des ressemblances quant à l'isolement des populations. Selon des études génétiques préliminaires, les populations de l'Ouest, de l'Est et de l'Islande du Arlequin plongeur sont génétiquement distinctes (Scribner et al., en préparation). À vrai dire, il est très peu probable que des échanges se produisent entre les populations de l'Est et de l'Ouest du Garrot d'Islande. Sur les milliers d'oiseaux bagués sur la côte ouest de l'Amérique du Nord, aucun n'a été retrouvé sur la côte est du continent (McKelvey et Smith, 1990); un seul individu, bagué en Colombie-Britannique en juillet 1958, a été retrouvé dans la région du lac Huron (Ontario) en juillet 1959, ce qui constitue sans doute un cas exceptionnel (SCF, données inédites). En outre, la population de l'Islande est sédentaire; elle niche et hiverne surtout dans le nord-est de la région du lac Mývatn et de la rivière Laxá (Gardarsson, 1978; Scott et Rose, 1996; Hagemeijer et Blair, 1997).

Description

Le Garrot d'Islande est un canard plongeur de taille moyenne (41-51 cm), et ses caractères sexuels dimorphiques sont la taille et le plumage. Les mâles reproducteurs pèsent environ 1 127 g (980-1 320 g) (Eadie et al., 2000); leur plumage est blanc et noir, leur tête est noire violacée, et ils ont une tache en forme de croissant à la base du bec. Les femelles pèsent environ 799 g (577-857 g) (Eadie et al., 2000); leur tête est brun chocolat foncé et leur dos, brun grisâtre. Les flancs et le ventre sont blanchâtres. Durant l'hiver et le printemps, le bec de la femelle adulte est orange vif; au début de la ponte, il devient plus foncé. Les jeunes sont brunâtres, et leurs yeux sont foncés (havane). Leur bec est foncé : noir chez le mâle et brun foncé chez la femelle. On trouvera des descriptions plus détaillées dans Palmer (1976), Bellrose (1980) ou Tobish (1986).

En plumage nuptial, le Garrot d'Islande mâle se distingue facilement du Garrot à œil d'or mâle. Le Garrot d'Islande adulte se caractérise par une tache en forme de croissant de chaque côté de la tête, juste derrière la base du bec. Cela permet de le distinguer du Garrot à œil d'or, qui a une tache blanche plutôt ovale. Les autres différences visibles sont les suivantes : 1) dans l'agencement du blanc et du noir des scapulaires, du dessus du dos et des ailes, le blanc domine davantage chez le Garrot à œil d'or que chez le Garrot d'Islande; 2) la présence sur les épaules d'une tache noire qui s'étend du dos jusqu'à près de la ligne de flottaison chez le Garrot d'Islande (absente chez le Garrot à œil d'or); et 3) la tête est foncée, violacée et lustrée chez le Garrot d'Islande, et bleu-vert lustré chez le Garrot à œil d'or (pour plus de détails, voir Tobish, 1986).

En hiver, il est facile de distinguer la plupart des femelles adultes par la couleur du bec, qui est presque entièrement orange chez le Garrot d'Islande (dans l'ouest et dans l'est de l'Amérique du Nord, et non en Islande où la femelle a un bec foncé avec un bout jaune orangé) et, chez le Garrot à œil d'or, presque entièrement noir avec une bande jaune orangé sur le quart de la partie extérieure du bec (Tobish, 1986; Gosselin, 1996; Di Labio et al., 1997). Durant l'été, il est difficile de distinguer les jeunes mâles et femelles et les adultes femelles des deux espèces; on peut y arriver en observant la forme du bec, la couleur de la tête et la forme générale du canard. Le bec du Garrot d'Islande est plus court, plus épais à la base et muni d'un onglet en relief. Chez le Garrot à œil d'or, le bec est plus long, légèrement incliné et muni d'un onglet plus petit et plus plat. De plus, le front du Garrot d'Islande est vertical et le sommet de sa calotte est plat, alors que chez le Garrot à œil d'or, le front est incliné et le sommet de la calotte, haut et arrondi. La tête du Garrot d'Islande femelle est brun chocolat très foncé tandis que celle du Garrot à œil d'or est plus pâle. Les yeux des Garrots à œil d'or de l'année sont de couleur havane et ceux de l'adulte sont d'un or riche (pour plus de détails, voir Tobish, 1986).

Seules des mesures détaillées du bec permettent de distinguer les canetons (Fjeldsa, 1977; Nelson, 1992 et 1993). Le ratio de Nelson (1992 et 1993) est le produit de la longueur de l'onglet (LoO) par la largeur de l'onglet (LaO), divisé par la largeur du bec (LaB) derrière l'onglet ([LoO x LaO]/LaB). Il est > 4 chez les canetons de Garrot d'Islande et < 4 chez les canetons de Garrot à œil d'or.

Haut de la page