Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Pic de Lewis au Canada

Évaluation et statut propose

L’aire de répartition du Pic de Lewis au Canada est limitée à la partie intérieure méridionale de la Colombie‑Britannique, l’espèce y étant généralement dispersée, avec des concentrations locales dans les régions où l’habitat est propice. Pendant le 20e siècle, il est clair qu’il y a eu un déclin des effectifs tant au Canada que dans l’ensemble de l’aire de répartition nord-américaine, l’espèce étant disparue d’au moins deux régions côtières de la Colombie‑Britannique. On ne sait pas avec certitude si l’espèce est encore en déclin, mais la plupart des observateurs interrogés par Siddle et Davidson (1991) considéraient que les populations locales étaient stables ou en déclin, alors qu’aucun d’entre eux ne les pensait en croissance. Les déclins des populations peuvent être attribués principalement à des diminutions de la quantité et de la qualité des habitats propices. Le développement continu dans l’aire de répartition principale de l’espèce et les pratiques actuelles de gestion des forêts donnent à penser que le déclin des habitats se poursuivra. Cependant, on pourrait créer des habitats favorables au Pic de Lewis en apportant des modifications relativement mineures aux pratiques de gestion des forêts, par exemple en laissant des chicots après les coupes ou en procédant à des brûlages dirigés ou à des coupes d’éclaircie dans les forêts denses de pin ponderosa.

Compte tenu de la diminution de la disponibilité des habitats et des déclins des effectifs qui en découlent, nous recommandons que le statut d’espèce vulnérable au Canada soit attribué au Pic de Lewis. Vu le grand potentiel d’amélioration de l’habitat et la capacité de l’espèce de s’adapter à certains types de perturbations anthropiques (p. ex. forêts exploitées ou brûlées avec chicots), il ne serait pas actuellement approprié d’attribuer à cet oiseau le statut d’espèce menacée. Le déclin continu des habitats propices constituerait toutefois une menace réelle pour l’espèce au Canada.