Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Pic de Lewis au Canada

Importance de l'espèce

Comme on a observé des déclins constants des effectifs à partir des années 1960, le Pic de Lewis a été inscrit sur l’Audubon Society Blue List en 1975 (Tate, 1981). L’espèce a ensuite été retirée de cette liste et placée dans le groupe des espèces préoccupantes (Species of Special Concern) en 1982 (Tate et Tate, 1982). En Colombie‑Britannique, après un déclin radical dans l’île de Vancouver, Stirling (1966) a considéré que l’espèce était préoccupante. En 1980, le Pic de Lewis faisait partie d’une liste proposée d’espèces aviennes rares ou en voie de disparition en Colombie‑Britannique (Weber, 1980), et dans le programme des zones critiques de South Okanagan (South Okanagan Critical Areas Program), l’oiseau a été inscrit comme espèce de priorité 2 (Hlady, 1990). Le Pic de Lewis figure actuellement sur la liste bleue de la B.C. Wildlife Branch (1996), à cause du déclin des effectifs et des habitats propices.

À cause de sa coloration voyante et attrayante, le Pic de Lewis est facile à reconnaître et il attire les ornithologues amateurs en Colombie‑Britannique (Cooper et al., 1998). Comme les Pics de Lewis mangent souvent des fruits dans les vergers, on a rapporté que des fermiers en avaient tués (Parham, 1937). Cependant, les dommages actuellement causés par l’espèce dans les récoltes de fruits sont relativement faibles et ne sont pas très inquiétants pour les fruiticulteurs en Colombie‑Britannique (Cooper et al., 1998). De façon générale, l’espèce n’est ni tuée ni piégée pour d’autres raisons (Tobalske, 1997).

   Des six espèces du genre Melanerpes observées en Amérique du Nord, trois sont présentes au Canada : le Pic à tête rouge (M. erythrocephalus), le Pic à ventre roux (M. carolinus) et le Pic de Lewis. Le Pic à tête rouge figure sur la liste des espèces menacées au Canada (COSEPAC, 1998) et la population reproductrice du Pic à ventre roux au Canada est restreinte à quelques localités dans l’extrême sud‑ouest de l’Ontario (Peck et James, 1983). À l’instar du Pic de Lewis, deux autres pics sont limités à la partie intérieure méridionale de la Colombie‑Britannique au Canada et ont besoin de chicots pour nicher, soit le Pic à tête blanche (Picoides albolarvatus) et le Pic de Williamson (Sphyrapicus thyroideus). Ces deux espèces sont considérées étant en péril en Colombie‑Britannique (Cooper et al., 1998), et le Pic à tête blanche est considéré comme étant menacé au Canada (COSEPAC, 1998).