Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’entosthodon fasciculé au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

L’Entosthodon fascicularis a une aire de répartition disjointe, étant présent d’une part dans l’ouest de l’Amérique du Nord et d’autre part dans l’ouest de l’Eurasie. Il est relativement rare en Amérique du Nord, où on le trouve seulement en Colombie-Britannique, au Washington, en Idaho et en Orégon (figure 2; Grout, 1935; Lawton, 1971). NatureServe Explorer (2002) ne relève pas la présence de l’espèce en Idaho, mais mentionne les autres territoires où elle a été signalée. L'espèce est plus commune en Europe, où elle se rencontre en Suède, au Danemark, en Grande-Bretagne et en Irlande (Smith, 1989; NatureServe Explorer, 2002). Elle pourrait aussi être présente au Moyen-Orient (Kürschner, 2000).


Figure 2 : Répartition nord-américaine de l'Entosthodon fascicularis

Figure 2 : Répartition nord-américaine de l'Entosthodon fascicularis


Aire de répartition canadienne

Au Canada, l'Entosthodon fascicularis pousse principalement dans une petite zone côtière du sud-ouest de la Colombie-Britannique. On en a également trouvé une population isolée dans le sud-est de la province (figure 3). Le long de la côte, l'espèce a été trouvée à douze endroits dans le sud-est de l'île de Vancouver ainsi qu'à un endroit dans chacune de trois îles situées à proximité : l’île Trial, près de Victoria, l’île Saturna, à l’est de Victoria, et l’île Hornby (Sadler, 2005; tableau 1).


Figure 3 : Répartition canadienne de l'Entosthodon fascicularis

Figure 3 : Répartition canadienne de l'Entosthodon fascicularis.

Certains points peuvent représenter plus d'un site; voir le tableau 1 pour plus de détails.

 

Tableau 1 : Information sur les populations d'Entosthodon fascicularis.
Numéro de la populationLieuDates de visiteConfirmation
1 (1)Malahat, au nord de Victoria1982/2002Non (2002)
2 (2)Eagle Heights, près de Duncan1999/2002Non (2002)
3 (3, 9)Parc Uplands, à Victoria1982/2001/
2002
Oui (2002, par Wynne Miles et T. McIntosh)
4 (4, 5, 6, 7)Colline Nanoose, près de Nanaimo1969/1975/
1976/1993/
2002
Non (2002)
5 (8)Victoria (étang King)1961/2002Oui (2002, par Wynne Miles et T. McIntosh)
6 (10)Île Trial, près de Victoria1982/2000Pas de visite en 2002-2004
7 (11)Mont Old Baldy, près de Duncan1970/2002Non (2002)
8 (12)Sooke1969Non (2002)
9 (13)Île Saturna1997Pas de visite en 2002-2004
10 (14)Parc Yahk, région des Kootenays1978Pas de visite en 2002-2004
11Colline Christmas, à Victoria13 mai 2004Oui (par A. et O. Ceska)
12Mont Skirt, à Victoria21 mars 2004Oui (par A. et O. Ceska)
13Harmac, près de Nanaimo8 avril 2004Oui (par A. et O. Ceska)
14 (15)Colline de l’Observatoire, à Victoria16 mars 2004Oui (par T. McIntosh, W. Miles, et A. et O. Ceska)
15Parc provincial Helliwell, à l’île Hornby2003Oui (par K. Sadler)

Les numéros entre parenthèses suivant chaque numéro de population renvoient à la section « Spécimens examinés ». Les spécimens 3 et 9 ont été récoltés au même endroit dans le parc Uplands. Le lieu exact des récoltes de la colline Nanoose est incertain; celles-ci pourraient provenir de différentes localités du secteur et même représenter des populations distinctes.

Seulement deux des populations qui avaient déjà été signalées ont pu être retrouvées lors des travaux de terrain menés en 2002 dans le cadre du présent rapport : celles du parc Uplands et de l’étang King, à Victoria (populations 3 et 5). D'autres localités où l'espèce avait été signalée dans le passé ont été visitées, celles d’Eagle Heights, de la colline Nanoose et du chemin Malahat. Dans le cas de la population 5, l’indication générale (île de Vancouver, Victoria) figurant sur l’étiquette d’herbier a été précisée par l’herborisateur, W.F. Savale. Il s'agissait de l’étang King. Nos travaux de terrain ont débuté pendant l'été 2002, mais il était alors probablement trop tard pour étudier l’espèce. En effet, l'Entosthodon fascicularis croît durant la fin de l'hiver, arrive à maturité au printemps et peut se décomposer ou être recouvert de litière durant l'été. Cela dit, des sporophytes de la population du parc Uplands ont été trouvés vers la fin du mois d'août. Par ailleurs, les dernières années ayant été très sèches, il est possible que la mousse n'ait pas produit de sporophytes aussi souvent que par le passé. Enfin, comme la mousse est petite et pousse habituellement en petites colonies très localisées, parfois cachées dans la litière et parmi d'autres mousses, elle a pu passer inaperçue durant nos relevés. Enfin, comme la plupart des indications de lieu de récolte figurant sur les étiquettes d’herbier ne sont pas très précises, que la plupart des localités renferment de nombreux habitats potentiels et que l’espèce y est rare, il se peut que nous n’ayons tout simplement pas réussi à repérer les populations.

Au printemps 2003, nous avons entrepris avec W. Miles une étude sur les bryophytes rares et intéressantes poussant dans les écosystèmes des chênes de Garry des zones côtières de Colombie-Britannique (McIntosh et Miles, 2005). Nous avons ainsi examiné de nombreux espaces découverts, dont des habitats caractéristiques de l'Entosthodon fascicularis, dans la majeure partie de l'aire de répartition des chênes de Garry. De leur côté, A. et O. Ceska ont étudié cette espèce en 2004. Ils ont ainsi examiné une soixantaine de localités de l’île Salt Spring ainsi que des environs de Nanaimo, de Duncan et de Victoria. Ils n’ont ainsi pu repérer que 4 nouveaux sites d’E. fascicularis (populations 11 à 14). Un site additionnel récent (population 15) a été trouvé au parc provincial Helliwell en 2003.