Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hespérie ottoé (Hesperia ottoe) au Canada

Besoins en matière d’habitat

Au Canada, l’H. ottoe a (ou avait) comme habitat obligatoire les prairies mixtes (à barbons) des terrains élevés secs ainsi que les prairies sablonneuses. Aux États-Unis, il se rencontre dans des prairies de type semblable, mais souvent caractérisées par un relief accidenté (Dana, 1991; Swengel et Swengel, 1999; NatureServe, 2003). On ne trouve pas l’espèce dans la véritable prairie à grandes graminées, et on n’a jamais vu les femelles pondre dans les parties mésiques des prairies mixtes (Dana, 1991). 

Dans le parc provincial Spruce Woods, les prairies mixtes et les prairies sablonneuses forment des ouvertures de 1 à 20 ha entre les peuplements d’épinettes (Picea sp.) et de chênes à gros fruits (Quercus macrocarpa). Le terrain est habituellement vallonné, et les prairies se trouvent souvent sur les collines (qui étaient auparavant des dunes). Les graminées cespiteuses, comme le barbon à balais (Andropogon scoparius), sont communes dans les terrains élevés, tandis que le barbon de Gérard (A. gerardii) est plus commun dans les terrains bas et au pied des collines. On trouve des cactus (Opuntia sp.) et des ails (Allium sp.) dans certains des endroits les plus secs. La monarde fistuleuse (Monarda fistulosa) et la symphorine blanche (Symphoricarpos albus) sont communes en bordure des prairies. On trouve une végétation semblable dans les autres prairies mixtes ou sablonneuses situées à proximité d’Aweme. L’échinacée à feuilles étroites (Echinacea angustifolia) est rare à Aweme, mais fréquente dans les petites prairies mixtes restantes situées à l’ouest de Shilo. Cependant, cette espèce n’a pas été observée dans le parc provincial Spruce Woods en 2003.

Tendances en matière d’habitat

On ne connaîtra jamais précisément la répartition historique de l’H. ottoe en Amérique du Nord, puisqu’une grande partie des prairies mixtes et des prairies sablonneuses ont été gravement altérées par le surpâturage ou converties en cultures en rangs avant que ne soient faits les premiers relevés de l’espèce et des autres insectes des prairies.

Au Manitoba, la plupart des prairies mixtes et des prairies sablonneuses situées à l’extérieur du parc provincial Spruce Woods, y compris celles d’Aweme, ont été altérées par le surpâturage ou envahies par des plantes exotiques. Presque toutes celles situées à l’ouest de Shilo ont été converties en cultures en rangs, notamment de pommes de terre, ou en gravières. Il ne reste que de très petites zones de prairie mixte relativement intactes, et il est peu probable qu’elles puissent soutenir des populations d’H. ottoe. Il existe toujours dans le parc provincial Spruce Woods des prairies sablonneuses relativement peu perturbées qui pourraient peut-être soutenir une population d’H. ottoe. Cependant, cette espèce qui a été signalée dans le parc pour la première fois dans les années 1980 n’y a pas été observée durant le relevé de cinq jours réalisé en 2003. Il est possible qu’elle ait échappé aux chercheurs parce que le relevé n’a pas été réalisé durant la période de l’année la plus propice à l’observation de l’espèce (Duncan, comm. pers., 2005).

Protection et propriété

La localité où l’H. ottoe a été observé pour la dernière fois est située dans le parc provincial Spruce Woods. Le site d’Aweme est maintenant protégé, puisqu’il fait partie du parc provincial Criddle/Vane Homestead géré par Manitoba Wildlife.