Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hespérie du Dakota (Hesperia dacotae) au Canada

Résumé du rapport de situation

 

L’hespérie du Dakota se rencontre uniquement dans les prairies à grandes graminées et dans les prairies à graminées mixtes de terrain élevé. Elle est extrêmement vulnérable aux perturbations qui modifient les caractéristiques floristiques et structurales de son habitat. Autrefois, cet insecte se rencontrait probablement dans une bonne partie du sud du Manitoba et du sud-est de la Saskatchewan. Plus de 99 p. 100 de la superficie de cet habitat a été affectée à des cultures en rang ou dégradée par le surpâturage. Aujourd’hui, la prairie à grandes graminées n’occupe plus que 50 km2 environ. L’aire de répartition canadienne de l’hespérie du Dakota est très fragmentée, et l’espèce se rencontre dans seulement trois ou quatre petites régions au pays. La série de populations la plus grande et peut-être celle dont la situation est la moins précaire se trouve dans la région des lacs, au nord-ouest de Winnipeg (Manitoba). Autrefois, la pérennité à long terme de l’écosystème prairial était assurée par le broutage et le feu. En raison de la nature très fragmentée des populations restantes d’hespérie du Dakota, ces deux mêmes facteurs sont aujourd’hui considérés comme des menaces importantes pour la survie à long terme de l’espèce.