Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’hespérie du Dakota (Hesperia dacotae) au Canada

Taille et tendances des populations

 

Il n’existait pas de données sur la taille et les tendances de chacune des populations d’hespérie du Dakota actuellement présentes au Canada (dans la région des lacs et la région de Griswold, au Manitoba, et dans le sud-est de la Saskatchewan). Une première série d’estimations grossières des effectifs ont été réalisées en 2002, dans la plupart des sites abritant une population d’hespérie du Dakota au Canada, selon la méthodologie suivante. Des relevés préliminaires effectués dans deux prairies situées près de Lundar (Manitoba) ont révélé que la densité de l’hespérie pouvait varier considérablement à l’intérieur d’une prairie donnée, selon la composition de la communauté végétale. Les adultes occupaient presque toujours les sections mésiques, situées en terrain élevé, et aucun n’a été observé dans les sections basses plus humides. En raison du nombre considérable de prairies et de leur grande superficie, le dénombrement n’a été effectué que dans une à neuf parcelles mésiques de 0,5 ha à l’intérieur de chaque prairie étudiée. Dans chaque parcelle, les observateurs mettaient en moyenne 15 à 20 minutes pour compter les adultes, en traversant lentement la parcelle en zig-zag. Pour estimer de façon très approximative la taille de la population totale de chaque site, ils se sont fondés sur la densité d’adultes observée dans les sections mésiques et sur la superficie relative des sections mésiques par rapport à l’ensemble de la prairie : (nombre moyen d’adultes par hectare dans les sections de 0,5 hectare utilisées pour le dénombrement) x (proportion estimative de sections mésiques dans la prairie) x (superficie totale estimative de la prairie). La superficie des prairies a été estimée visuellement à l’aide de repères terrestres et de cartes topographiques.

En 2002, 436 hespéries du Dakota adultes (339 mâles et 97 femelles) ont été dénombrées dans les 17 localités (et les 29 sous-sites) de la région des lacs, au Manitoba. La superficie des prairies étudiées variait considérablement : les plus petites ne mesuraient que 0,5 ha, tandis certains grands complexes de prairie atteignaient 500 ha. La superficie totale de la zone d’occupation de l’hespérie du Dakota au Manitoba a été estimée à près de 2 700 ha. Le nombre estimatif d’adultes par localité s’est également révélé fort variable, allant de 15 individus dans une petite prairie de 1 ha, à l’est de St. Laurent, à 2 000 individus dans une série de prairies de 500 ha, au sud de Lundar. De plus, la densité de l’hespérie variait considérablement à l’intérieur de chaque prairie. Des dénombrements ont été effectués dans neuf sections d’une prairie de 250 ha située à l’est de Lundar. Les adultes n’étaient généralement présents que dans les sections mésiques, où la végétation était dominée par les barbons et des colonies plus ou moins denses de Lilium philadelphicum, de Zigadenus elegans, de Campanula rotundifolia et de Rudbeckia serotina. Les densités d’adultes observées dans chacune de ces neuf sections s’élevaient à 24, 8, 18, 6, 4, 24, 4, 118 et 6 individus par hectare (densité moyenne = 23,5 individus/ha). Aucun adulte n’a été trouvé dans les sections basses et humides de cette prairie. La plus forte densité a été observée dans une section non perturbée de 2 ha abritant de vastes colonies de courtes graminées cespiteuses. Dans les sites ayant fait l’objet d’un inventaire plus poussé, l’hespérie a été trouvée dans moins de 25 p. 100 de la superficie de prairie dégagée. Les sections basses humides ne semblent pas convenir à cette espèce.

Dans la région des lacs, la population totale d’hespérie du Dakota a été estimée à environ 12 000 individus aux dates où les dénombrements ont été effectués. Cette estimation doit cependant être interprétée avec une certaine prudence. En effet, comme la densité moyenne semble varier considérablement à l’intérieur d’une prairie donnée, les effectifs réels de l’hespérie pourraient être largement supérieurs ou inférieurs aux estimations dans les localités où les dénombrements n’ont été effectués que dans un ou deux sous-sites. En outre, les dénombrements n’ont pas été effectués durant le sommet de la période de vol, et la population totale d’adultes reproducteurs au cours d’une saison donnée est forcément supérieure aux estimations fondées sur les observations d’une seule journée. Selon Dana (1991), seulement un cinquième à un tiers des adultes de chaque population sont effectivement au stade adulte à un moment donné. Dès lors, la population annuelle totale d’hespérie du Dakota de la région des lacs pourrait osciller entre 25 000 et 35 000 individus. Cette estimation pourrait même être inférieure à la réalité, car l’hespérie est probablement présente dans d’autres prairies de la région. Il faudrait donc des relevés additionnels pour repérer les populations encore inconnues et en évaluer la taille de façon précise.

Le 10 juillet 2002, 25 mâles et 22 femelles ont été dénombrés dans les sites de 100 et 200 ha situés près de Griswold (Manitoba). La population totale d’adultes présents le jour du relevé a été estimée à 1 750 individus. La population annuelle totale pourrait donc compter 3 000 à 5 000 individus. Toutefois, comme dans le cas précédent, cette estimation doit être interprétée avec prudence, et des évaluations plus précises s’imposent.

En Saskatchewan, l’hespérie du Dakota est actuellement tenue pour présente dans seulement trois sites (quatre localités). La prairie située près d’Oxbow s’étend sur environ 50 ha; la population d’hespérie y a été estimée à moins de 250 individus. Dans les trois autres localités, l’effectif de l’hespérie et la superficie de la prairie n’ont pas encore été évalués.

Aux États-Unis, des densités comparables ont été observées dans un certain nombre de prairies humides-mésiques à grandes graminées et de prairies mésiques-sèches à graminées mixtes. Au Dakota du Nord, Royer et Marrone (1992) ont observé des densités de 40 individus par hectare dans des prairies humides-mésiques à barbons. Dans la réserve Hole-in-the-Mountain, au Minnesota, Dana (1991) a observé, durant le sommet de la période de vol, une densité de 25 adultes par hectare sur un territoire de 40 ha. Il a estimé que la population saisonnière totale s’élevait à 2 000 à 3 000 adultes. Ces densités élevées ne s’observent que pendant 7 à 10 jours, durant la saison de vol (Dana, 1991).