Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la léchéa maritime au Canada

Importance de l'espèce

Les populations canadiennes de léchéa maritime appartiennent à une variété qui est endémique aux côtes du sud du golfe Saint-Laurent et qui a une répartition très limitée. Il en existe seulement 15 populations connues, réparties entre 5 régions d’occurrence situées sur la côte est du Nouveau-Brunswick et la côte nord de l’Île-du-Prince-Édouard. Ces populations sont également uniques parce qu’elles représentent les limites nord et est de l’aire de répartition du Lechea maritima et sont séparées par environ 370 km de l’occurrence la plus proche, située au Maine, dans le comté de Hancock. On peut présumer que les populations du golfe Saint-Laurent se sont retrouvées isolées de l’aire de répartition principale de l’espèce à la suite du retrait des glaciers, puis se sont suffisamment différenciées pour justifier la reconnaissance d’un taxon distinct. On ne sait pas si la variété est génétiquement distincte, et il faudrait des études à ce sujet. L’isolement, la dérive génétique et la sélection naturelle peuvent créer une divergence génétique, écologique et morphologique dans les populations périphériques, ce qui leur confère une importance particulière pour l’ensemble de l’espèce (Lesica et Allendorf, 1995; Garcia-Ramos et Kirkpatrick, 1997).

Le Lechea maritima fait partie d’un cortège distinct d’espèces côtières méridionales possédant des populations disjointes le long des côtes relativement chaudes du golfe Saint-Laurent, dont deux espèces désignées par le COSEPAC, le liléopsis de l’est (Lilaeopsis chinensis,découvert en 2006 dans le cadre de travaux de terrain pour le Centre de données sur la conservation du Canada atlantique) et l’aster subulé (Symphyotrichum subulatum). Au sens large, l’espèce partage son habitat dunaire avec deux espèces en voie de disparition selon le COSEPAC, le Pluvier siffleur (Charadrius melodus) et l’aster du golfe Saint-Laurent (Symphyotrichum laurentianum), ainsi qu’avec un nombre appréciable d’espèces dunaires rares à l’échelle provinciale.

Aucun signe de connaissances ou d’utilisation traditionnelles autochtones n’a été trouvé à l’égard de la léchéa maritime ou de toute autre espèce de léchéa (les bandes de Lennox Island, à l’Île-du-Prince-Édouard, et d’Elsipogtog et Burnt Church, au Nouveau-Brunswick, ont été consultées). De même, aucun signe d’une autre utilisation humaine de toute espèce de léchéa n’a été trouvé. La seule référence disponible en ligne sur l’utilisation médicinale du genre Lechea concerne en fait l’hélianthème du Canada (Helianthemum canadense), qui appartient aussi à la famille des Cistacées et qui était autrefois appelé Lechea major (Grieve, 1931).