Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la léchéa maritime au Canada

Résumé technique

Lechea maritima

Léchéa maritime
Beach pinweed

Répartition au Canada : Nouveau-Brunswick, Île-du-Prince-Édouard


Données démographiques

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population)
Estimée à 8 à 10 ans
Tendance et dynamique de la population
Pourcentage observé de la réduction du nombre total d’individus matures au cours des trois dernières générations.
< 2 %
Pourcentage prévu de la réduction du nombre total d’individus matures au cours des trois prochaines années.
Incertain, mais potentiellement important
Pourcentage observé de la réduction du nombre total d’individus matures au cours d’une période de dix ans, couvrant une période antérieure et ultérieure.
Inconnu
Est-ce que les causes du déclin sont clairement réversibles?
Inconnu
Est-ce que les causes du déclin sont clairement comprises?
Inconnu
Est-ce que les causes du déclin ont effectivement cessé? 
Non
Tendance observée du nombre de populations
Fluctue quelque peu, mais semble relativement stable dans l’ensemble.
Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?
Non
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations?
Non


Nombre d’individus matures dans chaque population

Total (Population)
Au moins 181 000 (Nbre d’individus matures)


Information sur la répartition

Superficie estimée de la zone d’occurrence (km2)
[calculée comme étant la somme des distances comprises entre l’extrémité où se trouvent les populations au Nouveau-Brunswick et celles à l’Île-du-Prince-Édouard multipliée par 1 km de largeur]
176 km2
Tendance observée dans la zone d’occurrence.
Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occurrence?
Non
Superficie estimée de la zone d’occupation (km2)
71 km2
Tendance observée dans la zone d’occupation.
Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes dans la zone d’occupation?
Non
La population totale est elle très fragmentée?
Non
Nombre d’emplacements actuels
15
Tendance du nombre d’emplacements
Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements?
Non
Tendance observée de la qualité de l’habitat
En déclin


Analyse quantitative

[0,00 % de probabilité de disparition pour des années]

 


Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou les habitats)

  1. Dégradation et perte de l'habitat en raison de la hausse de niveau de la mer et de la force et la fréquence des tempêtes en conséquence des changements climatiques, ce qui pourrait nuire à des portions de la plupart des populations, mais particulièrement une bonne partie des 71 % de la population connue se trouvant sur les dunes inférieures, dans le sud-est du Nouveau-Brunswick;
  2. L'utilisation de véhicules tout-terrain;
  3. Le piétinement (effets mineurs sur deux sites);
  4. La succession de la forêt la plus rapprochée (nuit potentiellement à seulement deux petites populations).

 


Immigration de source externe

L’espèce existe-t-elle ailleurs?
États-Unis : Le genre est endémique au Canda. L’espèce est mondialement en sécurité, mais le genre virginica est mondialement peu commun (G5T3) et est menacé en Caroline du Nord.
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Le taxon est endémique. L’immigration du genre maritima sur plus de 370 km vers la côte du golfe Saint-Laurent est peu probable. Elle est peut-être plus plausible vers la côte de la baie de Fundy, au Nouveau-Brunswick (minimum de 115 km environ), mais l’habitat des dunes y est très limité.
Non
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Sans objet
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Sans objet
La possibilité d’une immigration de populations externes existe-t-elle?
Non

 

Statut existant

COSEPAC : Espèce préoccupante – avril 2008.

 


Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce préoccupante
Code alphanumérique : Aucun

Justification de la désignation : Les populations canadiennes ont été reconnues comme une variété endémique d’importance mondiale. Les plants se limitent aux dunes stabilisées dans des zones localisées du littoral du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard. La plupart des 15 populations, y compris les trois plus grandes, sont présentes à des altitudes de moins de 5 m au-dessus du niveau de la mer, où elles sont davantage exposées aux effets de violentes ondes de tempêtes attribuables à la hausse du niveau de la mer ainsi qu’à l’augmentation de la fréquence et de l’intensité des tempêtes qui surviendront, selon les prévisions, en conséquence des changements climatiques. Une récente onde de tempête a déjà eu des répercussions sur une portion considérable de l’habitat potentiel à l’un des sites au Nouveau-Brunswick. D’autres impacts attribuables au piétinement, à l’utilisation de véhicules tout-terrain et à la succession végétale, ont été documentés.

 


Applicabilité des critères

Critère A (Déclin du nombre total d’individus matures) :
Sans objet. Les déclins sont bien audessous des seuils.

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) :
Sans objet. Bien que la zone d’occupation et la zone d’occurrence soient bien au-dessous des seuils, les populations de l’espèce ne sont pas très fragmentées, on en compte moins de 10, et le nombre d’individus de ces populations ne fluctue pas de façon extrême.

Critère C (Petite population et déclin du nombre d’individus matures) :
Sans objet. La population dépasse les seuils. De plus, aucun déclin important n’a été documenté, et l’ampleur des futurs déclins inférés est difficile à prévoir.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) :
Sans objet. La taille de la population est trop grande. De plus, la zone d’occupation est inférieure à 20 km2 et comporte 15 sites.

Critère E (Analyse quantitative) :
Aucune disponible.