Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

COSEPAC Résumé

Escargot-forestier de Townsend Allogona townsendiana

Description et importance de l’espèce sauvage

L’escargot-forestier de Townsend (Oregon Forestsnail) appartient à une famille d’escargots terrestres d’Amérique du Nord (Polygyridés) à la fois nombreuse et diversifiée. La coquille des individus matures est brun pâle ou jaune paille, ronde et aplatie et mesure de 28 à 35 mm de diamètre. Le bord de l’ouverture de la coquille est pâle et largement réfléchi. Contrairement à celle de certaines espèces apparentées, l’ouverture de la coquille est dépourvue de structures en forme de dents (denticules). La coquille est lisse et ne montre pas les fines projections semblables à des poils présentes chez certaines espèces apparentées.

Les forêts côtières de la Colombie-Britannique abritent relativement peu d’escargots terrestres indigènes de grande taille. Les populations qui se trouvent à la limite septentrionale de l’aire de répartition de l’espèce au Canada pourraient posséder des adaptations uniques et présenter un intérêt particulier tant sur le plan scientifique que de la conservation.

Répartition

L’escargot-forestier de Townsend se rencontre aux États-Unis dans la portion ouest de la chaîne des Cascades, dans la dépression de Puget et dans l’est des basses terres de la péninsule Olympic. Au Canada, il est présent dans l’extrême sud-ouest de la Colombie-Britannique, de Tsawwassen jusqu’à Langley dans la vallée du bas Fraser, la plupart des mentions provenant de la région de Mission, d’Abbotsford et de Chilliwack, et jusqu’à Hope vers l’est. Un site éloigné de tous les autres se trouve près de Crofton, dans le sud de l’île de Vancouver.

Habitat

L’escargot-forestier de Townsend se rencontre dans des forêts mixtes et des forêts décidues habituellement dominées par l’érable à grandes feuilles et le peuplier baumier et parsemées de thuyas géants. De nombreuses mentions proviennent de milieux riverains et de bords de forêt comportant généralement un tapis dense d’herbacées indigènes basses. La présence de l’escargot-forestier de Townsend est liée à celle de l’ortie dioïque, mais la nature exacte de la relation entre les deux espèces n’a pas été étudiée. L’ortie dioïque contient de fortes concentrations de calcium, élément qui joue un rôle déterminant dans la croissance de la coquille chez les escargots. Toutes les populations canadiennes de l’escargot-forestier de Townsend occupent des milieux se trouvant à moins de 360 m au-dessus du niveau de la mer.

Biologie

L’escargot-forestier de Townsend est hermaphrodite. L’activité à la surface du sol des escargots semble atteindre son intensité maximale au printemps et au début de l’été, pendant la période de l’accouplement et de la ponte. C’est une espèce longévive à maturation tardive qui atteint sa maturité à deux ans et vit de cinq à huit ans. Sa capacité de déplacement est vraisemblablement limitée, si l’on en juge par sa répartition dispersée à l’échelle de son aire de répartition.

Taille et tendances des populations

L’intensification des recherches depuis l’évaluation initiale de l’espèce, réalisée en 2002 par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC), a mené à de nombreuses nouvelles mentions de l’espèce. En l’absence de données sur la taille des populations déjà connues, il est impossible de dégager des tendances démographiques. On estime que la population canadienne s’établit à des centaines de milliers d’individus.

Cinquante-deux des soixante-six sites connus (78,8 %) sont considérés comme fragmentés et isolés. Au moins 50 sites mesurent moins de 5 ha ou pourraient disparaître sous l’effet de l’urbanisation au cours des 10 prochaines années. Sous l’effet de l’aménagement du territoire (depuis 2002), ces sites sont aujourd’hui isolés les uns des autres par plus de 1 km d’habitat non propice et, selon toute vraisemblance, ne pourront plus assurer le maintien d’une population viable de l’espèce dans le futur. Même si seulement 108 des 328 ha (33 %) de la zone d’occupation biologique des sites connus sont fragmentés et isolés, près de 80 % de tous les sites connus et 67 % des 75 carrés de la grille occupés de 2 km de côté sont considérés comme trop petits et isolés pour assurer le maintien de populations viables. Ces vestiges fragmentés d’habitat témoignent de la présence de plus grandes parcelles d’habitat dans le passé.

Menaces et facteurs limitatifs

L’aire de répartition canadienne de l’escargot-forestier de Townsend chevauche la région la plus densément peuplée et fragmentée de la Colombie-Britannique. La menace la plus grave qui pèse sur l’escargot-forestier de Townsend est le développement résidentiel et commercial continu qui accentue la fragmentation et l’isolement des populations. Les escargots possèdent une capacité de déplacement limitée et ne peuvent se déplacer entre les parcelles d’habitat ou coloniser des parcelles d’habitat propice si des obstacles entravent leur dispersion. Les activités récréatives et les espèces non indigènes ou exotiques envahissantes constituent également des menaces importantes.

Protection, statuts et classements

L’escargot-forestier de Townsend est désigné « espèce en voie de disparition » en vertu de la Loi sur les espèces en péril du gouvernement fédéral, et un programme de rétablissement a été élaboré en Colombie-Britannique. Son inscription à titre d’espèce sauvage désignée aux termes de la Forest and Range Practices Act, de la Wildlife Act et de la Wildlife Amendment Act de la Colombie-Britannique a été recommandée. L’habitat de l’escargot-forestier de Townsend est protégé dans les parcs et les aires protégées en vertu de la Park Act et de l’Ecological Reserves Act de la Colombie-Britannique. Là où l’escargot-forestier de Townsend se trouve dans des parcs et sur des propriétés appartenant à des administrations locales, les gestionnaires des terres sont au courant de sa présence et de ses besoins en matière d’habitat, mais l’efficacité de la protection qui lui est accordée peut varier. La Water Act provinciale et le Riparian Areas Regulation pris en application de la Fisheries Act provinciale peuvent fournir une protection indirecte à l’habitat de l’espèce.

L’escargot-forestier de Townsend est classé gravement en péril-en péril (S1S2) en Colombie-Britannique. Il est coté gravement en péril-en péril à l’échelle nationale (N1N2) et vulnérable-apparemment non en péril à l’échelle mondiale (G3G4). Il est également coté vulnérable-apparemment non en péril (S3S4) dans l’État de Washington, mais il n’est pas classé (SNR) en Oregon.

Haut de la page