Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Résumé Technique

Allogona townsendiana

Escargot-forestier de Townsend

Oregon Forestsnail

Répartition au Canada (province/territoire/océan) : Colombie-Britannique

Données démographiques

Durée d’une génération (généralement, âge moyen des parents dans la population).De 4 à 6 ans. Âge moyen : au moins 5 ans.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre total d’individus matures?Oui, inféré de la perte d’habitat.
Pourcentage estimé du déclin continu du nombre total d’individus matures sur [cinq ans ou deux générations].Inconnu.
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] de réduction du nombre total d’individus matures au cours des [dix dernières années ou trois dernières générations].Oui, inféré de la perte cumulative d’habitat, mais l’ampleur du déclin est inconnue.
Pourcentage [prévu ou présumé] de réduction du nombre total d’individus matures au cours des [dix prochaines années ou trois prochaines générations].L’ampleur du déclin prévu causé par la perte d’habitat est incertaine.
Pourcentage [observé, estimé, inféré ou présumé] de réduction du nombre total d’individus matures au cours de toute période de [dix ans ou trois générations] commençant dans le passé et se terminant dans le futur.L’ampleur du déclin inféré de la perte cumulée d’habitat est incertaine.
Est-ce que les causes du déclin sont clairement réversibles et comprises et ont effectivement cessé?Les causes sont comprises, mais elles ne sont pas réversibles et n’ont pas cessé.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures?Non.

Information sur la répartition

Superficie estimée de la zone d’occurrence3 313 km2 (incluant le site sur l’île de Vancouver).
Indice de zone d’occupation (IZO)
[Fournissez toujours une valeur selon la grille à carrés de 2 km de côté].
300 km2 (calcul fondé sur les sites connus), mais vraisemblablement plus élevé.

La population totale est-elle très fragmentée?

Cinquante-deux des 66 sites connus (78,8 %) et 50 des 75 carrés de la grille occupés de 2 km de côté (66,7 %) sont considérés comme fragmentés et isolés. Au moins 50 sites mesurent moins de 5 ha ou pourraient disparaître sous l’effet de l’urbanisation au cours des 10 prochaines années. Sous l’effet de l’aménagement du territoire, ces sites sont aujourd’hui isolés les uns des autres par plus de 1 km d’habitat non propice et, selon toute vraisemblance, ne pourront plus assurer le maintien d’une population viable d’escargots dans le futur.

Oui.

Nombre de localités[*]
On estime que le nombre de localités est largement supérieur à 10 si chaque site occupé se trouvant sur une propriété différente correspond à une localité.

Le nombre de localités a probablement diminué au cours des 10 dernières années si l’on considère qu’au moins 17 sites ont disparu au cours de cette décennie.

>>> 10.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de la zone d’occurrence?Oui, un déclin est observé, et il devrait se poursuivre en raison de la conversion de l’habitat de l’espèce.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de l’indice de zone d’occupation?Oui, un déclin est observé, et il devrait se poursuivre en raison de la conversion de l’habitat de l’espèce.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de populations?Oui, un déclin est observé, et il devrait se poursuivre en raison de la conversion de l’habitat de l’espèce.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] du nombre de localités?Oui, un déclin est observé, et il devrait se poursuivre en raison de la conversion de l’habitat de l’espèce.
Y a-t-il un déclin continu [observé, inféré ou prévu] de [la superficie, l’étendue ou la qualité] de l’habitat?Oui, un déclin de la superficie, de l’étendue et de la qualité de l’habitat est observé, et ce déclin devrait se poursuivre.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations?Non.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de localités[*]?Non.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de la zone d’occurrence?Non.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes de l’indice de zone d’occupation?Non.

Nombre d’individus matures dans chaque population

PopulationNombre d’individus matures
Steensma et al. (2009) ont proposé des estimations d’effectifs dans quatre secteurs compris dans la zone d’étude écologique de l’Université Trinity Western (Trinity Western University Ecological Study Area; TWU-ESA) allant de 7 à 47 individus dans quatre sites d’échantillonnage de 24 m2, pour une densité générale moyenne de population de 1,0 individu/m2.s.o.
Site de Chilliwack : selon les estimations de Hawkes et Gatten (2011), l’escargot-forestier de Townsend atteindrait ses densités maximales dans les milieux riverains (0,14 individu/m2) et les forêts décidues mixtes de seconde venue (0,13 individu/m2). Ces données n’ont pas été recueillies durant la saison de reproduction, période de l’année idéale pour le faire, mais elles ont été amassées durant l’automne humide, quand les escargots sont à la fois actifs et bien visibles. D’ici à ce qu’un relevé soit effectué durant la saison de reproduction du printemps, les données de Chilliwack devront être considérées comme incertaines.s.o.
Total
Ces estimations de densité ont été multipliées par la zone d’occupation biologique totale (m2) des occurrences connues (~ 3 278 300 m2) (voir le tableau 1; Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique [2013]). Elles donnent une plage de 426 000 à 3 300 000 individus.
Centaines de milliers.

Analyse quantitative

La probabilité de disparition de l’espèce de la nature est d’au moins [20 % sur 20 ans ou 5 générations, ou 10 % sur 100 ans].
Non calculée.

Menaces (réelles ou imminentes pour les populations ou leur habitat)

La perte continue d’habitat causée par le développement résidentiel et commercial constitue la principale menace pour l’escargot-forestier de Townsend. La conversion de l’habitat des zones riveraines et des forêts de faible altitude, conjuguée à la répartition naturellement agrégée de l’espèce, porte à croire que la fragmentation des populations continue de s’aggraver. Sont également considérées comme des menaces importantes la propagation de plus en plus rapide d’espèces envahissantes non indigènes et exotiques à tous les sites et les activités récréatives continues à de nombreux sites qui se trouvent dans des parcs ou dans des secteurs adjacents à des zones plus urbanisées.

Immigration de source externe (immigration de l’extérieur du Canada)

Situation des populations de l’extérieur
Cotes de conservation attribuées à l‘espèce :
À l’échelle mondiale : G3G4 (vulnérable-apparemment non en péril)
État de Washington : S3S4 (vulnérable-apparemment non en péril)
Oregon : SNR (espèce non classée)

Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible?
Inconnue.

Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada?
Oui.

Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants?
Au Canada, le développement résidentiel et commercial, les espèces envahissantes et les activités récréatives représentent une grave menace pour l’habitat (perte d’habitat et déclin de la qualité).

Peu probable.

La possibilité d’une immigration depuis des populations externes existe-t-elle?
Oui, mais cette probabilité est extrêmement faible dans les régions naturelles réparties le long de la frontière canado-américaine.

Nature délicate de l’information sur l’espèce

L’information concernant l’espèce est-elle de nature délicate?
Oui.

Historique du statut

Espèce désignée « en voie de disparition » en novembre 2002. Réexamen et confirmation du statut en mai 2013.

Statut et justification de la désignation

Statut
Espèce en voie de disparition

Code alphanumérique
B1ab(i,ii,iii,iv,v)+2ab(i,ii,iii,iv,v)

Justification de la désignation :
Ce grand escargot terrestre est endémique à l’ouest de l’Amérique du Nord. Au Canada, il se rencontre principalement dans la vallée du bas Fraser, la région la plus densément peuplée et la plus grandement fragmentée de la Colombie-Britannique. L’espèce a également été trouvée dans un seul site sur l’île de Vancouver. La perte d’habitat causée par le développement résidentiel et commercial continue de fragmenter et d’isoler les populations restantes.

Applicabilité des critères

Critère A
(déclin du nombre total d’individus matures) : Sans objet. Même si l’on prévoit une perte continue d’individus matures résultant du déclin de l’indice de zone d’occupation, de la zone d’occurrence et de la qualité de l’habitat au cours des dix prochaines années et des trois prochaines générations, et même par après, les données dont on dispose actuellement ne permettent pas de quantifier cette perte.

Critère B
(petite aire de répartition et déclin ou fluctuation) :
Correspond aux critères des espèces en voie de disparition B1ab(i,ii,iii,iv,v)+2ab(i,ii,iii,iv,v), puisque la zone d’occurrence (3 313 km2) et l’indice de zone d’occupation (300 km2) des sites connus se situent sous les valeurs seuil (5 000 km2 et 500 km2, respectivement). Bien que le nombre de localités fondé sur la menace que représentent le développement résidentiel et commercial et les propriétés foncières dépasse la valeur seuil (10), près de 80 % des sites connus ne sont pas viables. Par conséquent, l’espèce est considérée comme gravement fragmentée (sous-critère a) et tous les sous-critères b s’appliquent : la perte et la fragmentation continues de l’habitat viendront accentuer le déclin de la zone d’occurrence, de l’indice de zone d’occupation, de la superficie, de l’étendue et de la qualité de l’habitat, du nombre de localités et de populations et, au bout du compte, du nombre d’individus matures.

Critère C
(nombre d’individus matures peu élevé et en déclin) :
Sans objet. Le nombre réel d’individus matures est inconnu, et bien qu’un déclin du nombre d’individus matures soit prévu, l’ampleur du déclin ne peut être quantifiée pour l’instant.

Critère D
(très petite population totale ou répartition restreinte) :
Sans objet. Le nombre réel d’individus matures est inconnu, mais est probablement supérieur à la valeur seuil (1 000 dans le cas des espèces menacées); l’indice de zone d’occupation et le nombre de localités sont probablement supérieurs aux seuils établis également.

Critère E
(analyse quantitative) :
Sans objet. Aucune analyse de la viabilité de la population n’a été effectuée.


Notes

*Voir « Définitions et abréviations » sur le site Web du COSEPAC et IUCN 2010 (en anglais seulement) pour obtenir des précisions sur ce terme.

*Voir « Définitions et abréviations » sur le site Web du COSEPAC et IUCN 2010 (en anglais seulement) pour obtenir des précisions sur ce terme.

Haut de la page