Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Répartition

Aire de répartition mondiale

La totalité de l’aire de répartition mondiale de l’escargot-forestier de Townsend se trouve dans l’ouest de l’Amérique du Nord (figure 3). L’espèce atteint la limite septentrionale de son aire de répartition dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique et le sud-est de l’île de Vancouver. Vers le sud, l’aire de répartition s’étend depuis la dépression de Puget et la vallée de la Willamette, dans l’État de Washington, jusque dans le centre-ouest de l’Oregon. Les mentions les plus à l’est proviennent d’un site à l’ouest de Hope, en Colombie-Britannique, du centre-sud de l’État de Washington et du centre-nord de l’Oregon, dans la vallée du Columbia.


Figure 3. Aire de répartition mondiale de l’escargot-forestier de Townsend (Allogona townsendiana)

Carte illustrant l’aire de répartition mondiale de l’escargot-forestier de Townsend (voir description longue ci-dessous).

D’après Pilsbry (1940, figure 508) et les mentions provenant du Canada (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2013). Publiée pour la première fois par le COSEPAC (2002).

Description pour la figure 3

Carte illustrant l’aire de répartition mondiale de l’escargot-forestier de Townsend, qui se trouve en totalité dans l’ouest de l’Amérique du Nord. L’espèce atteint la limite septentrionale de son aire de répartition dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique et le sud-est de l’île de Vancouver. Vers le sud, l’aire de répartition s’étend depuis la dépression de Puget et la vallée de la Willamette, dans l’État de Washington, jusque dans le centre-ouest de l’Oregon. Les mentions les plus à l’est proviennent d’un site à l’ouest de Hope, en Colombie-Britannique, du centre-sud de l’État de Washington et du centre-nord de l’Oregon, dans la vallée du Columbia (information tirée du corps du rapport).

Aire de répartition canadienne

Au Canada, l’escargot-forestier de Townsend est confiné au sud-ouest de la Colombie-Britannique (figure 4). Dans la vallée du bas Fraser, il se rencontre depuis Tsawwassen (site le plus à l’ouest dans la province) jusqu’à Hope (site le plus à l’est) en passant par les municipalités de Burnaby, de Delta, de Surrey, de Langley, de Coquitlam, de Mission, d’Abbotsford et de Chilliwack. Sur l’île de Vancouver, il a été observé à Westholme, près de Crofton (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2013). Il n’a jamais été trouvé dans les îles Gulf. Toutes les observations ont été effectuées à moins de 360 m au-dessus du niveau de la mer.


Figure 4. Aire de répartition canadienne de l’escargot-forestier de Townsend (Allogona townsendiana)

Carte illustrant l’aire de répartition canadienne de l’escargot-forestier de Townsend (voir description longue ci-dessous).

Voir le tableau 1. Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2013.

Description pour la figure 4

Carte illustrant l’aire de répartition canadienne de l’escargot-forestier de Townsend, où l’espèce est confinée au sud-ouest de la Colombie-Britannique. Dans la vallée du bas Fraser, l’escargot-forestier de Townsend se rencontre depuis Tsawwassen (site le plus à l’ouest dans la province) jusqu’à Hope (site le plus à l’est) en passant par les municipalités de Burnaby, de Delta, de Surrey, de Langley, de Coquitlam, de Mission, d’Abbotsford et de Chilliwack. Sur l’île de Vancouver, il a été observé à Westholme, près de Crofton. Il n’a jamais été trouvé dans les îles Gulf (information tirée du corps du rapport).


Les mentions de l’escargot-forestier de Townsend en Colombie-Britannique sont réparties entre 1901 (« Rivière Chilliwack ») (annexe 1) et avril 2012 (divers sites, tableau 1) (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2013). L’espèce a été observée à 66 sites[1] dans son aire de répartition : 65 sites dans la vallée du bas Fraser, et 1 site confirmé sur l’île de Vancouver, à Westholme, près de Crofton (tableau 1) (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2013). De nombreux sites ont été découverts au cours de la dernière décennie dans le cadre de relevés environnementaux (Malt, comm. pers., 2012; Robbins, comm. pers., 2012). L’aire de répartition de l’escargot-forestier de Townsend dans la vallée du bas Fraser est bien établie.

Tableau 1. Sites occupés et zone d’occupation de l’escargot-forestier de Townsend (Allogona townsendiana) en Colombie-Britannique en date d’avril 2012 (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2013). Bien que le site de l’USS Chilliwack soit inclus, aucune donnée supplémentaire n’est fournie, puisqu’il n’existe aucune entente de partage de données. La mention « Oui » à la colonne « Fragmentation et isolement » laisse croire que le site ne peut assurer le maintien d’une population viable d’escargots forestiers de Townsend.
SiteNombre de propriétaires fonciersInformation sur la propriétéObservation la plus récenteFragmentation et isolementZone d’occupation (ha)Description générale de l’habitat et des menaces[*]
Ruisseau Silver1Privée?09/07/1959-0,00
  • Aucune information disponible.
Passage Vedder1Privée?17/07/1959-0,00
  • Aucune information disponible.
Ruisseau Clayburn1Privée07/07/2005Non0,21
  • Environ 160 acres d’habitat de haute qualité non exploré; le site a subi les effets de l’urbanisation.
Hope; ruisseau Hunter1Gouvernement de la C.-B.07/07/2006Non78,14
  • Présence d’escargots dans des peuplements matures d’érables à grandes feuilles qui présentent un sous-étage de mousse relativement ouvert avec d’importantes quantités de débris ligneux de grande dimension.
Chilliwack, mont Shannon2Privée?28/01/2010Non9,55
  • On a réalisé beaucoup de travaux d’aménagement dans cette zone depuis 1959, alors qu’on y recueillait des escargots.
  • La majorité des escargots récemment trouvés l’ont été près de sentiers très fréquentés. Plusieurs escargots morts ont été trouvés en bordure d’un sentier de vélo, lequel semblait avoir été agrandi récemment (des végétaux avaient été coupés).
  • Les zones avoisinantes du mont Shannon comportent des ensembles résidentiels.
  • Le site se trouve sur le côté orienté vers le nord-ouest, et le mont est entouré de zones agricoles et résidentielles.
  • L’habitat est humide et comporte des peuplements matures d’érables à grandes feuilles, ainsi que de l’ortie dioïque.
  • Menaces : urbanisation, activités récréatives.
Ruisseau Poignant1Privée?27/02/2006Non12,50
  • L’habitat est intact et la ronce discolore y pousse en petite quantité.
  • Des routes ont fragmenté le peuplement forestier au nord, à l’est et au sud (des travaux d’aménagement ont aussi été menés récemment au sud). Toutefois, l’habitat est relativement intact et est relié aux ressources terrestres et aquatiques environnantes.
  • Forêts décidues/conifériennes mixtes de seconde venue en milieu riverain comprenant plusieurs conifères matures. L’habitat riverain est situé dans un ravin entourant le ruisseau Dianne, qui s’écoule dans la partie nord de la zone d’étude.
  • Menace : urbanisation.
Abbotsford2Terre privée19/05/2010Non23
  • Peuplement mature de forêt mixte; zone en bon état, avec un sous‑étage abondant. On a trouvé l’escargot dans une étendue d’environ 23 ha de forêt similaire.
  • L’une des propriétés se trouve dans une étendue de forêt, à l’intérieur d’un paysage fragmenté utilisé à des fins agricoles et résidentielles et qui comporte quelques corridors riverains. L’autre propriété est entourée de terres agricoles.
  • Menace : urbanisation éventuelle.
Mont Chilliwack2Terre privée08/08/2009Non12,96
  • Peuplement d’érables à grandes feuilles d’environ 50 ans.
  • Il s’agit d’un lot ayant fait l’objet d’un relevé et enregistré qui se trouve dans une zone résidentielle peu peuplée.
  • Des conifères ont disparu en raison des activités d’exploitation forestière menées dans le passé.
  • Le versant nord comprend une route de gravier orientée est-ouest qui est située de 15 à 20 m au sud de l’endroit où l’espèce a été observée. On compte quelques zones résidentielles près de l’extrémité est de la route, environ 300 m au nord de là où l’espèce a été observée. La zone d’occurrence et les zones avoisinantes ne sont pas fragmentées.
  • Versant nord : la zone se situe près du pied de la pente du mont Chilliwack.
Promontoire de Chilliwack3Privée?19/06/2007Oui0,39
  • Zone de transition entre un ravin humide à l’abri du soleil au nord et un champ sec et ensoleillé avec un sentier gazonné.
Secteur au sud de Yarrow1Privée?09/05/2008Non4,47
  • Forêt mature et mixte de seconde venue, sur le versant nord du mont Vedder.
Chilliwack, ruisseau Ryder3Privée?22/03/2006Non33,74
  • À court terme, il est très peu probable que l’on mène des travaux d’aménagement sur les terres publiques et les parcelles privées où l’on a observé l’espèce, parce que ces endroits présentent de grands dangers sur le plan géotechnique.
  • On a trouvé 65 coquilles et 2 individus vivants dans une zone de 0,3 km2.
  • L’occurrence se situe dans une forêt mixte humide de 60 ans qui présente de gros érables à grandes feuilles sur des versants escarpés et le long de petits ruisseaux.
Ruisseau Tamihi2Gouvernement de la C.-B.?04/05/2008Non4,10
  • Partie sud du ruisseau Tamihi : composée principalement d’une forêt mature de 70 ans environ; partie nord : principalement composée d’un peuplement d’arbres à feuilles caduques de 60 ans.
  • Partie sud du ruisseau Tamihi : l’occurrence se situe là où le ruisseau Tamihi se détache de la rivière Chilliwack.
Secteur au nord-ouest du lac Cultus, mont Vedder2Gouvernement de la C.-B., privée26/06/2009Non19,18
  • Le site du mont Vedder est utilisé principalement pour la foresterie. Il est situé dans une zone de gestion de l’habitat faunique (longueur = 200 m), dans un bloc de récolte approuvé qui, d’après les estimations, est âgé de moins de 100 ans. La récolte sélective est autorisée sur les terres publiques, dans le bloc de récolte approuvé, en vertu d’un permis de coupe.
  • Menace : possibilité d’exploitation forestière ou de construction d’une voie d’accès dans la zone de gestion de l’habitat faunique.
Ruisseau Luckakuck, réserve indienne Squiaala no 71Réserve indienne Squiaala no 7 (fédérale)21/09/2007Non5,39
  • Le site fait partie de la réserve indienne Squiaala no 7 et la proposition initiale comprenait la création de propriétés commerciales sur les terres agricoles existantes. On ne connaît pas les plans en ce qui a trait à d’éventuels travaux d’aménagement.
Abbotsford, route Downes1Privée14/12/2005Non12,50
  • L’habitat est situé sur un monticule. Il est caractérisé par un peuplement mixte composé principalement d’érables à grandes feuilles et de thuyas géants, avec une petite quantité de douglas, de pruches de l’Ouest et d’aulnes rouges.
  • Menace : urbanisation éventuelle.
Ruisseau Wharton1Privée?09/06/2001Non3,13
  • La zone est caractérisée principalement par une forêt mature de seconde venue.
  • L’occurrence est située dans un parc régional. L’espèce végétale dominante est l’érable à grandes feuilles, et le peuplement en est un mature de seconde venue.
Clayburn, réserve indienne Sahhacum no 11Réserve indienne Sahhacum no 112/06/2008Oui0,78
  • La partie ouest de la réserve indienne Sahhacum no 1 n’est pas aménagée, est inaccessible et est couverte de végétation naturelle. Cette partie n’a jamais été utilisée et ne comporte aucune infrastructure existante.
  • Un corridor de transport occupé par le Chemin de fer Canadien Pacifique, Southern Railway of British Columbia et la route no 11 entre Abbotsford et Mission divise la réserve indienne Sahhacum no 1 en deux (est et ouest).
  • Milieux humides et riverains de bonne qualité, avec des marécages de faible altitude reliés aux ressources terrestres et aquatiques environnantes dans la partie ouest.
  • Menace : par le passé, aménagement des corridors de transport.
Secteur à l’ouest de la rivière Coquitlam1Parc régional Colony Farm (région du Grand Vancouver) – administration locale20/05/2010Oui5
  • Le parc régional Colony Farm du Metro Vancouver (figure 10) est entouré de zones urbanisées.
  • Les routes 7A et 7B sont adjacentes aux limites nord et sud du parc. La route Colony Farm sépare le parc (nord-sud) sur le côté ouest. La partie sud du parc longe le fleuve Fraser.
  • L’habitat est composé principalement de champs libres et de complexes marécageux où il y a une forte densité d’orties dioïques, d’arbustes et d’herbes hautes, avec seulement quelques arbres à feuilles caduques dispersés.
  • Menaces : par le passé, corridors de transport et champ agricole, urbanisation.
Abbotsford, au sud de Clayburn1Privée22/08/2010Oui0,20
  • On a réalisé des travaux d’amélioration des cours d’eau dans le site, ce qui a eu une incidence sur les individus et l’habitat de l’escargot-forestier de Townsend.
  • Le site se trouve dans un corridor riverain de forêt décidue, le long d’un ruisseau; ceinture verte entourée d’ensembles résidentiels de banlieue. L’escargot était sans doute présent dans un habitat similaire avant les travaux d’urbanisation.
  • Menace : urbanisation.
Abbotsford, au sud de l’autoroute 111Privée20/05/2010Oui0,20
  • Le site est entouré d’ensembles résidentiels, agricoles et industriels.
  • Menace : urbanisation.
Île Nicomen1Privée?23/05/2000Oui2,09
  • Forêt de seconde venue perturbée sur l’île Nicomen, une île située dans un cours d’eau et entourée de digues.
  • Menace : les inondations éventuelles pourraient nuire au maintien de la population au fil du temps.
Marécage Mountain1?Privée?23/03/2007Oui3,13
  • Ce site était autrefois une zone riveraine du marécage Mountain; il est caractérisé principalement par la présence de peupliers faux-trembles et de peupliers de l’Ouest.
  • L’occurrence se situe dans une zone récemment déboisée, à environ 10 à 15 m du cours d’eau adjacent.
  • Menace : urbanisation passée et probable.
Mission, au sud du ruisseau Wharton (y compris Westminster Abbey)3Privée Westminster Abbey; autres propriétaires fonciers inconnus2009Oui0,73
  • Un cours d’eau permanent se trouve à environ 5 m au nord de l’endroit où l’espèce a été observée. Il y a également un marécage arbustif juste au sud, à environ 20 ou 30 m.
  • La partie nord comprend de nouveaux ensembles résidentiels.
  • Au-delà du corridor riverain, à l’ouest, la zone est fragmentée en raison de la présence de milieux adjacents pouvant également servir d’habitat propice – le résultat de travaux d’aménagement résidentiel actuels ou prévus.
  • Menace : urbanisation (en partie)
Mission, West Heights1?Privée?12/09/2007Oui0,20
  • Forêt décidue mature située le long de la partie ascendante du côté sud de l’emprise du Chemin de fer Canadien Pacifique.
Mont Sumas, sommet McKee2Privée?30/05/2007Oui6,86
  • Des travaux d’aménagement sont prévus dans cette zone.
  • Le sommet McKee fait partie du mont Sumas et, globalement, la zone représente un vaste habitat naturel dans la vallée du bas Fraser. Des travaux d’aménagement résidentiel à grande échelle sont en cours sur le mont Sumas, et on prévoit en réaliser davantage.
Ruisseau Willband1Privée?07/07/2006Oui0,78
  • Poste de BC Hydro à l’est et au sud. La plupart des terres avoisinantes sont utilisées à des fins agricoles et sont pourvues d’un accès routier.
  • Le site se trouve dans un peuplement composé principalement d’aulnes rouges, avec un sous-étage d’orties dioïques entouré de ronces discolores.
Secteur au sud du ruisseau Tones1Privée?12/09/2007Oui0,20
  • Le site se trouve le long de l’emprise du Chemin de fer Canadien Pacifique au sud du fleuve Fraser et est entouré de la réserve indienne Matsqui Main 2.
  • Forêt décidue mature située le long de la partie ascendante du côté sud de l’emprise du Chemin de fer Canadien Pacifique.
Abbotsford, avenue Eleanor1Terre privée02/11/2006Oui0,20
  • Ce site est compris dans un habitat caractérisé principalement par une forêt décidue mature, dans une zone d’étude associée à un projet d’aménagement.
  • La zone d’étude comprend l’habitat mentionné ci-dessus, de même qu’un habitat perturbé/inoccupé dans la partie sud (lot : 3; section : 14; canton : 16; plan : LMP40494). Le relevé s’est également étendu vers le nord, jusqu’au ruisseau Lonzo.
  • Menace : urbanisation.
Abbotsford, route Marshall1Terre privée09/02/2007Oui0,20
  • Le secteur du ravin supérieur et de l’étang du ravin montre de nombreux signes d’utilisation par l’humain, comme des sentiers, des structures de saut à vélo de montagne, des sentiers en bois, une structure s’apparentant à un fort, des détritus, des traces de feux de camp et une vieille toiture de fourgonnette de camping.
  • La propriété est entourée d’un vaste ensemble résidentiel, mis à part quelques petites zones arborées entre les sous-divisions. On ignore si d’autres travaux d’aménagement sont prévus dans les environs.
  • À l’heure actuelle, un ravin traverse la propriété du nord-est vers le sud-ouest. Il s’agit d’une vallée naturelle d’environ 600 m de longueur, la hauteur et l’escarpement variant d’une pente à l’autre. L’habitat consiste en une forêt mixte. Sur ce site, on a rempli partiellement le ravin afin d’aménager des routes.
  • Menaces : urbanisation, activités récréatives.
Prairie Chilliwack, zone centrale et route Patterson3Privée?19/08/2008Oui13,30
  • Le site est à l’état naturel, mais on a prévu des travaux d’enlèvement d’arbres sélectif en 2008 sur la propriété adjacente. Cela entraînera une dégradation de l’habitat existant, mais il est probable que les corridors riverains et les arbres plus petits soient conservés.
  • L’exploitation forestière a éliminé la majorité des conifères du secteur par le passé, et des travaux d’aménagement résidentiel sont amorcés. La zone demeure intacte, mais on a prévu l’aménagement d’une nouvelle propriété au nord de la zone sud où l’espèce a été aperçue (7500, route Patterson).
  • Menaces : exploitation forestière, urbanisation.
Prairie Hatzic, ruisseau Lagace1Privée11/06/2006Oui0,38
  • Il est possible que l’on effectue un fauchage dans le secteur.
  • L’habitat potentiel de la population est très limité et n’est pas relié à d’autres zones. Les deux escargots adultes vivants ont été trouvés dans une étendue de forêt très isolée qui est située à la jonction de deux routes pavées et qui suit un ruisseau de l’autre côté.
  • Menaces : urbanisation, gestion de la végétation.
Collines Pemberton2Privée17/04/2010Oui10,89
  • Le site se trouve dans une forêt mixte dont les peuplements ont de 70 à 80 ans.
  • Bande d’habitat naturel entourée de terres agricoles et d’habitations rurales.
  • Les deux sites se trouvent dans le secteur des collines Pemberton et sont séparés l’un de l’autre par une distance de moins de 1 km.
  • Menace : urbanisation probable.
5 km à l’est de Ridgedale1Privée07/06/2008Oui0,01
  • Des activités d’exploitation forestière ont été menées dans la zone, comme en témoignent les vieilles souches qu’on y trouve.
  • L’escargot a été observé le long d’un ancien chemin forestier et à proximité.
  • Les arbres à feuilles caduques et les conifères du secteur sont devenus matures.
  • Lieu de randonnée populaire, bien que certains endroits ne soient aucunement perturbés par les randonneurs.
  • La zone autour de l’endroit où l’espèce a été observée est à l’état naturel.
  • Menaces : urbanisation, exploitation forestière éventuelle, activités récréatives.
Straiton, ruisseau Poignant1Privée?27/06/2007Oui1,82
  • On ignore à qui appartiennent les terres, et les travaux d’aménagement importants dans le secteur semblent représenter une menace considérable.
  • La route Straiton longe le ravin, avec une zone tampon de 100 m environ entre le cours d’eau et la route. On en était à aménager une nouvelle zone résidentielle de l’autre côté du ravin.
  • L’habitat comprend un milieu riverain très humide dans un ravin.
  • Menace : urbanisation.
Mont Sumas1Privée?05/04/2009Oui0,00
  • L’occurrence se situe à côté d’un sentier en mauvais état, possiblement dans un secteur où l’on ne prévoit pas de travaux d’aménagement (sur le mont Sumas). Toutefois, on ignore à qui appartient la propriété.
Tsawwassen1Privée15/04/2008Oui0,73
  • Les menaces comprennent les motos hors route, l’isolement et l’insularité de la population.
  • L’occurrence se situe dans une petite étendue de forêt entourée de champs agricoles, d’ensembles résidentiels et de routes (lesquelles la séparent d’une autre étendue de forêt plus au sud, aux États-Unis). On était censé y aménager des habitations urbaines, mais les travaux ont été reportés.
  • Menace : activités récréatives.
Ruisseau Watt (lac Cultus)2Privée29/05/2007Oui2,35
  • Le site est adjacent à un sentier très fréquenté que l’on ratisse régulièrement, et se trouve à proximité d’une cabane construite dans les arbres.
  • Le camp Stillwod sert à des programmes estivaux et est souvent loué à de grands groupes (adultes et enfants). On trouve plusieurs bâtiments, champs et sentiers à l’ouest et le ruisseau Watt à l’est. Il s’agit d’une zone boisée, où des activités d’exploitation forestière ont eu lieu il y a 50 ans environ.
  • Menace : activités récréatives.
Westholme, au nord-est de la jonction entre la route et le chemin de fer, près de Crofton, île de Vancouver2Réserve indienne (fédérale); certaines zones sont peut-être privées2007Oui8,83
  • Le site se trouve dans une plaine d’inondation, dans un fond de vallée qui présente un niveau phréatique élevé. Il est à proximité d’un chemin de fer, en bordure d’une forêt mixte d’érables à grandes feuilles âgés de 40 à 80 ans.
  • D’après les photos aériennes, l’endroit où l’espèce a été observée serait entouré d’un habitat propice, de champs agricoles et de routes.
Ville d’Abbotsford, parc Douglas Taylor1Administration locale; Parc Douglas Taylor, Ville d’Abbotsford21/03/2006Oui0,78
  • Le site se trouve dans une forêt mixte de 40 ans.
  • Menace : activités récréatives.
Parc régional Aldergrove, Aldergrove1Administration locale Parc régional Aldergrove District régional de la vallée du Fraser19/05/2010Oui1,18
  • Le milieu humide n’est pas relié au sentier du parc et est difficile d’accès.
  • Le parc est situé à moins de 2 km au nord de la frontière canado-américaine. Les routes sont parallèles aux limites nord et ouest du parc, et les terres avoisinantes sont utilisées principalement à des fins agricoles et résidentielles. On compte plusieurs gravières à proximité.
  • Le site se trouve dans la plaine d’inondation du ruisseau Pepin, dans un parc régional.
  • Ce milieu humide présente des débris ligneux de grande dimension – le résultat de nombreuses années d’activité du castor. On a trouvé l’escargot sur une souche, dans une petite étendue de chou puant.
  • Menace : activités récréatives (limitées)
Ruisseau Chester, Mission1Privée16/02/2007Oui0,28
  • Zone boisée non perturbée traversée par un ruisseau.
  • On a trouvé l’escargot dans une forêt non perturbée semblable qui s’étend sur plus de 75 ha où il n’y a ni route, ni clairière.
  • Zone boisée comprenant des terres défrichées situées à environ 225 m à l’ouest et à 175 m au sud. Cette zone s’étend davantage vers le nord et l’est, les premières routes étant à une distance de 500 m environ. Le paysage est généralement fragmenté.
  • Le tapis forestier comprend une grande quantité de feuilles mortes et des débris ligneux de grande dimension.
  • Menaces : exploitation forestière éventuelle, urbanisation.
Sperling1Privée08/06/1993 et 2010Oui3,12
  • Grande étendue de forêt; au sud-ouest se trouve une zone forestière de propriété privée qui n’est pas protégée.
  • Menaces : exploitation forestière, urbanisation éventuelle.
Mont Vedder, route Browne1Privée05/04/2005Oui0,78
  • La zone est utilisée pour le pâturage; il y a donc risque de piétinement du sol par le bétail.
  • On trouve un peuplement d’érables à grandes feuilles de 40 ans qui présente un sous-étage perturbé sur le bas de la pente du mont.
  • Menaces : pâturage, urbanisation éventuelle.
Village de Kent; colline Cemetary1Terre privée Village de Kent23/05/2000Oui3,12
  • Il s’agit principalement d’une forêt de seconde venue, avec quelques vieux arbres.
  • Le site se trouve du côté est d’une colline, dans le village de Kent.
Université Trinity Western, à environ 3 km au sud du fort Langley2Gouvernement de la C.-B.; privée TWU-ESA08/09/2001Oui0,78
  • Il s’agit principalement d’une forêt de seconde venue, avec de gros arbres à feuilles caduques.
  • L’occurrence se situe dans la TWU-ESA, qui comprend un tronçon de la rivière Salmon et quelques affluents.
  • Menace : activités récréatives éventuelles, bien que la signalisation concernant la protection de l’habitat et le respect de l’escargot-forestier de Townsend soit adéquate.
Route du mont Sumas1Privée?13/06/2003Oui3,13
  • La zone est située près d’une zone résidentielle peu peuplée, dans une forêt mixte qui comprend un peuplement de 80 ans environ.
  • Le site est situé en bordure d’une route sur le mont Sumas, près d’une zone résidentielle peu peuplée.
  • Menace : urbanisation éventuelle.
Mont Sumas, versant ouest1Privée?13/06/2003Oui3,13
  • Forêt mixte dont le peuplement est âgé de 70 ans environ.
  • Le site se trouve près du pied du versant ouest du mont Sumas.
  • Le peuplement est âgé d’environ 70 ans et présente une quantité moyenne de feuilles mortes, un sol léger et une faible quantité de débris ligneux de grande dimension.
  • Menace : urbanisation éventuelle.
Mont Sumas, route Cox1Privée?21/03/2006Oui0,78
  • Versant escarpé qui présente de gros érables à grandes feuilles et un sous-étage composé d’orties dioïques et de ronces remarquables.
  • Menace : urbanisation éventuelle.
Chutes Bridal Veil3Terre privée; fédérale (réserve indienne – Popkum); parc provincial Bridal Veil Falls; gouvernement de la C.-B.12/07/2011Oui3,91
  • Une partie de ce site est comprise dans le parc provincial Bridal Veil Falls, que les gens visitent principalement durant la journée. Le parc comprend une forêt mature de seconde venue et de vastes étendues d’ortie dioïque. On a repéré plusieurs escargots tout près d’un parc de stationnement pour véhicules de plaisance (figure 8); les escargots se déplaçaient vers des endroits où l’herbe était tondue et vers le gravier.
  • Le peuplement en est un mature de seconde venue (< 70 ans) composé d’érables à grandes feuilles et de thuyas géants.
  • Menaces : travaux d’urbanisation prévus prochainement sur des terres qui n’appartiennent pas à l’État; piétinement et activités récréatives dans le parc.
Cheam Wetlands1Administration locale Parc régional Cheam Lake Wetlands District régional de la vallée du Fraser16/05/2011Oui3,91
  • Le site se trouve à l’intérieur d’une forêt mixte mature, dans un parc régional. Le parc compte 2 km de sentiers, des allées piétonnières et une aire de pique-nique; la pêche, les bateaux et les chiens sont interdits dans le parc.
  • On a relevé une zone où pousse l’ortie dioïque (bande de plus de 250 m de longueur et jusqu’à 50 m de largeur) le long d’un ruisseau où l’escargot est abondant, une étendue d’ortie dioïque en bordure d’une pelouse adjacente à un parc de stationnement (environ 85 m de longueur et 15 m de largeur) où l’espèce est présente, ainsi que des étendues d’ortie dioïque parsemées d’autres végétaux dans une boucle de 1,5 km autour de milieux humides où l’espèce est également présente.
  • Menace : activités récréatives.
Chilliwack, ruisseau Dunville3Gouvernement de la C.-B. et privée08/04/2005Oui2,34
  • Des travaux d’exploitation forestière sélective sont en cours en bas de la pente dans un terrain privé.
  • Habitat : forêt mixte de 70 à 80 ans qui comprend un peuplement d’érables à grandes feuilles (dont certains sont de grande taille) sur la pente basse du mont; plantes herbacées abondantes dans de petites trouées.
  • Menace : exploitation forestière.
Secteur situé 1 km au nord du lac Hatzic2Gouvernement de la C.-B. et privée13/04/2005Oui1,56
  • Habitat : forêt mixte de 40 à 50 ans qui comprend un peuplement d’érables à grandes feuilles (dont certains sont de grande taille) en bas de la pente du mont; îlots de plantes herbacées abondantes, surtout près du pied du mont.
  • Menace : exploitation forestière éventuelle.
Secteur situé 4,5 km au nord du lac Hatzic1Gouvernement de la C.-B.01/04/2005Oui1,56
  • L’habitat est situé dans une forêt mélangée de 60 ans qui comprend un peuplement d’érables à grandes feuilles et d’aulnes, ainsi qu’un sous-étage arbustif dense.
  • Menace : exploitation forestière éventuelle.
Secteur au sud-ouest de Hope1?Gouvernement de la C.-B.13/03/2006Oui0,78
  • L’espèce a été observée dans une forêt mélangée humide de 50 ans qui est fortement inclinée vers un ruisseau.
  • Menace : exploitation forestière éventuelle.
Colline Hopyard> 2Privée (de nombreux propriétaires)07/04/2005Oui3,91
  • Le site consiste principalement en une forêt jeune, l’âge approximatif du peuplement étant inférieur à 50 ans. Il longe une route dont les bordures sont tondues.
  • Menace : gestion de la végétation le long de la route.
South Surrey, parc régional Campbell Valley (Metro Vancouver2Administration locale, parc régional du Metro Vancouver06/03/2006 et 2011 (date inconnue)Oui1,56
  • On a trouvé des escargots sur une rive de ruisseau orientée vers le sud, à côté d’une plaine d’inondation. Le site se trouve dans une forêt mixte de 40 à 50 ans.
  • Il s’agit d’un parc récréatif où l’on pratique l’équitation et d’autres loisirs.
Canal Vedder, route Bergman1Privée?08/03/2006Oui0,78
  • La zone comprend un sentier récréatif.
  • Forêt mixte humide de 50 ans (composée principalement d’aulnes rouges et de peupliers de l’Ouest), avec des étendues d’érables à grandes feuilles le long du canal Vedder.
  • Menace : activités récréatives.
Mont Sumas, versant sud5Privée12/04/2005Oui0,78
  • Le site a été perturbé (à un moment indéterminé) par la présence de ruminants et d’une carrière/gravière.
  • Menace : urbanisation.
Ruisseau D’herbomez1Privée?09/06/2001Oui0,28
  • Le site consiste en une étendue d’herbes tondues en bordure d’une forêt mature de seconde venue.
  • Le peuplement en est un mature de seconde venue (plus de 100 ans).
  • Menaces : gestion de la végétation, urbanisation.
Route de l’île Herrling1?Privée?22/05/2000Oui3,12
  • Le site se trouve sur une surface herbeuse en bordure d’une route qui longe la forêt.
Marécage Nicomen1Privée?23/05/2000Oui3,12
  • Le site consiste principalement en une forêt mixte et mature dans le marécage Nicomen qui a subi des perturbations.
Ruisseau Wren, Mission1Privée05/2012 (date inconnue)Oui< 3
  • Travaux d’aménagement importants sur un terrain privé qui comprennent le remplissage et le détournement d’un ruisseau qui présente une grande population d’escargots-forestiers de Townsend.
Couloir de verdure Brunette Fraser (parc)1Administration locale, Metro Vancouver09/05/2011Oui< 0,5
  • On a relevé la présence de l’escargot dans une petite étendue d’ortie dioïque adjacente à un sentier urbain emprunté fréquemment. L’habitat n’est pas relié à d’autres secteurs et est fortement isolé.
Vallée Glen1Administration locale, Metro Vancouver11/05/2011Oui< 0,5
  • Seulement dans le secteur de la barre Poplar du parc; on a trouvé 3 escargots dans une étendue d’environ 80 m de longueur et 40 m de largeur (au point le plus large) sur un sentier, près d’un parc de stationnement.
Parc Neilson1Administration locale, district régional de la vallée du Fraser24/05/2011Oui< 0,5
  • Bande de terrain d’une longueur de 150 m et d’une largeur d’environ 10 m où pousse l’ortie dioïque et qui longe le pied d’une colline escarpée, en bordure d’un terrain de baseball où l’escargot-forestier de Townsend est abondant. Cette zone est reliée à une autre bande de terrain d’environ 250 m de longueur et 40 m de largeur où pousse l’ortie dioïque de façon éparse, dans la forêt située à l’est du terrain de baseball.
Île Brae1Privée, Metro Vancouver11/05/2011Oui< 0,5
  • Étendue d’environ 800 m de longueur et de 225 m de largeur (au point le plus large) où l’ortie dioïque se mélange à d’autres végétaux longeant le sentier en boucle.
Unité de soutien de secteur Chilliwack du ministère de la Défense nationale1Fédérale2011 (date inconnue)Nons.o.
  • Aucune information disponible.
Route South Perimeter, Surrey1Gouvernement de la C.-B.2011Ouis.o.
  • On compte quelques sites le long de cette zone d’agrandissement de la route où l’escargot-forestier de Townsend est présent. Certains escargots ont été déplacés vers des milieux adjacents, mais l’habitat initial a été converti en chaussées dans le cadre du projet d’agrandissement.

*Même si on ne le mentionne pas, les menaces suivantes de l’UICN-CMP s’appliquent à l’ensemble des sites : 7.1 (incendies et suppression des incendies); 8.1 (espèces exotiques ou non indigènes envahissantes, notamment la ronce discolore); 11.1 (évolution et altération de l’habitat); 11.2 (sécheresses); 11.4 (tempêtes et inondations).

Zone d’occurrence et indice de zone d’occupation

Si l’on tient compte des mentions historiques et récentes (des 10 dernières années) et si l’on inclut le seul site connu sur l’île de Vancouver, la valeur de la zone d’occurrence de l’escargot-forestier de Townsend s’élève à 3 313 km2. Aux fins du calcul de la zone d’occurrence dans le territoire canadien, le Secrétariat du COSEPAC a utilisé la méthode du polygone convexe minimum. Le détroit de Georgie, entre l’île de Vancouver et la terre ferme, est non propice à l’espèce, mais a été inclus aux fins du calcul de la zone d’occurrence. Dans le rapport de situation précédent, la valeur de la zone d’occurrence avait été estimée à environ 1 863 km2 (d’après une carte présentée dans COSEPAC [2002]; valeur calculée par le Centre de données sur la conservation [Conservation Data Centre] de la Colombie-Britannique). Cette valeur incluait les sites de la vallée du bas Fraser connus à l’époque, mais pas celui de l’île de Vancouver (en 2002, ce site unique était considéré comme une mention historique). La découverte des sites du parc régional Colony Farm (Coquitlam), du couloir de verdure Brunette-Fraser (Burnaby), de Tsawwassen et du site confirmé sur l’île de Vancouver a fait grimper la valeur de la zone d’occurrence. Chacun de ces quatre sites est fragmenté et isolé et couvre moins de 1 km2 de la zone d’occupation biologique (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2013).

L’indice de zone d’occupation calculé par le Secrétariat du COSEPAC est estimé à 300 km2 (figure 5) (= 75 carrés de 2 km de côté couvrant tous les sites inclus dans la figure 4). La zone d’occupation biologique, calculée en additionnant la superficie de tous les sites cartographiés, s’élève à environ 328 ha (tableau 1) (Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique, 2013).


Figure 5. Indice de zone d’occupation (IZO) de l’escargot-forestier de Townsend

Carte illustrant l’indice de zone d’occupation de l’escargot-forestier de Townsend (voir description longue ci-dessous).

Description pour la figure 5

Carte illustrant l’indice de zone d’occupation (IZO) de l’escargot-forestier de Townsend au Canada. L’IZO s’établit à 300 km2, d’après la somme des carrés de 2 km de côté. Sites historiques indiqué et les points correspondent à des sites existants.


Si les trois occurrences les plus à l’ouest sur la terre ferme (Burnaby – très petite étendue de 20 m x 20 m d’ortie dioïque sur l’emprise d’une allée piétonnière; Tsawwassen – terrain privé où seront effectués des travaux d’aménagement au cours des 10 prochaines années;White Rock – parc municipal; voir la figure 5) venaient à disparaître, la zone d’occurrence au Canada chuterait à 2 018 km2 (diminution de 39 %) et l’indice de zone d’occupation serait réduit à 288 km2 (calculs effectués par le Secrétariat du COSEPAC).

Activités de recherche

Les recherches intensives dont a fait l’objet l’escargot-forestier de Townsend entre 2000 et 2011 ont mené à la découverte de nouveaux sites à l’intérieur de l’aire de répartition de l’espèce en Colombie-Britannique (tableau 2). Les recherches ont été effectuées principalement aux limites de l’aire de répartition de l’espèce dans le sud-est de l’île de Vancouver, dans de nombreuses îles de la portion sud de l’archipel des îles Gulf et dans diverses régions de la vallée du bas Fraser et de la côte Sunshine (figure 6).

Tableau 2. Relevés visant l’escargot-forestier de Townsend (Allogona townsendiana) sur l’île de Vancouver, les îles Gulf et la vallée du bas Fraser, en Colombie-Britannique. Dans bien des cas, le temps (heures) et la distance (km) associés aux recherches n’ont pas été consignés.
Année/périodeRéférenceNombre total de sites étudiésNombre de sites étudiés dans les basses-terres continentales ou la région côtière de Sunshine CoastNombre de sites étudiés sur l’île de VancouverNombre de sites étudiés sur les îles GulfTemps associé aux recherches (heures)Distance associée aux recherches (km)
1984Cameron, 198638s.o.s.o.s.o.s.o.s.o.
1999-2003Ovaska et Sopuck, 2000, 2001 2002a, 2003a; Ovaska et al., 2001262240s.o.s.o.
2000-2001Ovaska et al., 2001142381040196,6s.o.
2002Ovaska et Sopuck, 2002b303071,65,6
2003Ovaska et Sopuck, 2003b523022019,25s.o.
2003Ovaska et Sopuck, 2003c, 2004a4303013s.o.s.o.
2003-2004Ovaska et Sopuck, 2004b434390131,1s.o.
2005Ovaska et Sopuck, 2005a47470057,9s.o.
2004-2005Ovaska et Sopuck, 2005b47470057,9s.o.
2006Ovaska et Sopuck, 2006a260260s.o.s.o.
2006Ovaska et Sopuck, 2006b210210s.o.s.o.
2007Ovaska et Sopuck, 2007a6060s.o.9,2
2007Ovaska et Sopuck, 2007b6060s.o. 
2008COSEPAC, 2010174130  
2008Ovaska et Sopuck, 2008220220s.o.s.o.
2009Bains et al., 20091010004349,6
2008Ovaska et Sopuck, 2009a6060s.o.s.o.
2008Ovaska et Sopuck, 2009b220220s.o.s.o.
2008-2009Ovaska et Sopuck, 2009c220220s.o.s.o.
2009Ministère de la Défense nationale, section Environnement (Formation), programme des ressources naturelles, 20096060s.o.s.o.
2010Ovaska et Sopuck, 2010100100s.o.7,2
2010Parkinson et Heron, 201055003034,3
2009Sopuck et Ovaska, 2010a5005s.o.s.o.
2010Sopuck et Ovaska, 2010b1100s.o.s.o.
2011Heron, données personnelles, 2011393900144418,9
2009-2011Ovaska et al., 20115500s.o.s.o.
1990-2011Forsyth, données personnelles, 2011450s.o.s.o.s.o.75,5s.o.
Période globale : 1984–2011 1 08323238218826,85524,8

La majorité des relevés ciblant l’escargot-forestier de Townsend ont été effectués le long de transects aléatoires dans l’habitat propice et avaient pour principaux objectifs de noter la présence éventuelle de l’espèce et, le cas échéant, son abondance, et de recueillir des données sur l’habitat (tableau 2). Le tracé des transects n’étant pas établi en fonction d’une grille de départ ou d’un itinéraire prédéterminé, l’observateur peut modifier le parcours selon les caractéristiques de l’habitat. L’observateur utilise habituellement une unité GPS (système de localisation) portable pour suivre ses déplacements et quantifier les travaux de recherche. La méthode ne permet ni de quantifier la taille des populations ni de dégager des tendances démographiques, principalement parce que les relevés visent à évaluer des caractéristiques environnementales des sites visités avant que des travaux d’aménagement y soient menés et parce que ces sites ne sont pas visités une seconde fois par la suite.


Figure 6. Activités de recherche d’escargots terrestres dans l’aire de répartition de l’escargot-forestier de Townsend et dans la zone adjacente

Carte illustrant les sites où l’on a mené des activités de recherches (voir description longue ci-dessous).

Les sites existants et occupés par le passé sont aussi illustrés. Les données du Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique (2013) jusqu’en avril 2012 et de Forsyth (données inédites jusqu’en 2011) sont incluses (carte produite par le Secrétariat du COSEPAC).

Description pour la figure 6

Carte illustrant les sites où l’on a mené des activités de recherches d’escargots terrestres à l’intérieur de l’aire de répartition de l’escargot-forestier de Townsend et dans la zone adjacente. Les sites existants et les sites occupés par le passé par l’escargot-forestier de Townsend sont aussi indiqués.


La découverte de coquilles à un site donné est considérée comme un signe de la présence récente d’individus vivants à cet endroit. La présence de l’espèce est généralement signalée dans le cadre de relevés visant d’autres espèces sauvages et non durant la période idéale pour les relevés (les escargots peuvent être en hibernation ou en estivation). Des coquilles d’escargots terrestres clairement identifiables exposées aux conditions environnementales durant quatre à sept ans ont été trouvées dans des forêts du Delaware et du nord du Michigan; toutefois, il faut souligner que les taux de décomposition variaient selon les espèces, mais pas entre les deux milieux étudiés (Pearce, 2008).

Depuis 2000, au moins 1 083 sites ont été visités dans le cadre des relevés de gastéropodes réalisés à l’intérieur de l’aire de répartition de l’escargot-forestier de Townsend (232 sites dans la vallée du bas Fraser; 382 sites sur l’île de Vancouver; 18 sites sur des îles du sud de l’archipel des îles Gulf) (figure 6). De 2009 à 2011, au moins 827 heures ont été consacrées à la recherche de l’espèce sur 525 km, notamment en vue de la préparation de la mise à jour du rapport de situation. Les activités de recherche réalisées depuis 2000 sont en réalité beaucoup plus importantes (tant sur le plan des heures investies que des distances parcourues), car de nombreux observateurs n’ont pas fourni cette information (tableau 2). Pour cette raison, le nombre de sites visités constitue la meilleure indication des activités de recherche.

Les observations de l’escargot-forestier de Townsend surviennent souvent de façon impromptue et, au cours des dix dernières années, des biologistes, des naturalistes et des membres du public ont gracieusement communiqué leurs nouvelles observations au Conservation Data Centre de la Colombie-Britannique (2013), contribuant ainsi à accroître l’état des connaissances sur la répartition et les préférences en matière d’habitat de l’espèce. Fait particulièrement important : les biologistes qui travaillent dans le cadre d’évaluations environnementales fournissent souvent des données nulles (p. ex., recherche de l’espèce sans découverte de spécimens) (Ferguson, comm. pers., 2011; Bianchini, comm. pers., 2012; Durand, comm. pers., 2012; Knopp, comm. pers., 2012; Malt, comm. pers., 2012). Ces données ne peuvent être quantifiées, mais la contribution aux activités de recherche globales est digne de mention.

Les groupes de conservation suivants n’ont trouvé aucun escargot-forestier de Townsend durant les relevés effectués sur les diverses îles suivantes (archipel Gulf) : Salt Spring (Annschild, comm. pers., 2011), Denman (Fyson, comm. pers., 2012), Hornby (Law, comm. pers., 2011), Mayne (Dunn, comm. pers., 2011), Galiano (Crowe, comm. pers., 2011).


Notes

1Le terme site correspond à une observation de un (1) ou de plus de un (1) escargot-forestier de Townsend dans une parcelle d’habitat. Il s’agit d’une représentation spatiale d’une espèce ou d’une communauté écologique à un endroit précis qui, généralement, vient définir l’étendue d’une population ou d’une communauté écologique, et qui représente la caractéristique biologique géoréférencée à laquelle on s’intéresse sur le plan de la conservation ou de la gestion. Les sites sont définis à l’aide de spécimens de référence (là où il y a lieu) ou d’autres types d’observations. Un site peut être défini par de multiples spécimens ou observations tirés de parties distinctes d’une population ou d’une population sur plusieurs années (Natureserve, 2012).

Haut de la page