Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le putois d’Amérique au Canada

COSEPAC Résumé

Putois d’Amérique

Mustela nigripes

Description

Aucune description dans le rapport.

Répartition

Le putois d’Amérique ne se rencontre que dans la région centrale de l’Amérique du Nord. Aux États-Unis, son aire de répartition s’étendrait du Montana et du Dakota du Nord vers le sud jusqu’en Arizona, au Nouveau‑Mexique, au Texas et en Oklahoma. On croit que l’espèce a disparu du Canada.

Habitat

L’habitat du putois d’Amérique est très restreint. Comme ce carnivore dépend très étroitement d’une espèce pour se nourrir, à savoir le chien de prairie, son habitat coïncide pratiquement avec celui de sa proie. À l’heure actuelle, le seul endroit au Canada pouvant soutenir une population de putois est une région du Sud‑Ouest de la Saskatchewan, qui se trouve être l’aire de répartition du chien de prairie.

Biologie générale

Le putois d’Amérique est une espèce aux mœurs exclusivement nocturnes. Sa proie d’élection est le chien de prairie. Il peut se nourrir d’autres espèces comme les souris, le spermophile de Richardson et les oiseaux nichant au sol, par exemple, mais ces dernières ne pourraient probablement pas à elles seules soutenir une population de putois. On a constaté que l’espèce se disperse par familles à l’automne. Voilà à peu près l’étendue des connaissances actuelles sur la biologie de ce mammifère. Chez une espèce asiatique apparentée, l’accouplement a lieu à la fin de l’hiver, et les petits, de trois à six par portée, naissent au printemps.

Taille et tendances des populations

Le putois d’Amérique est réputé être l’animal le plus rare d’Amérique du Nord. Les mentions de l’espèce au Canada ne sont pas confirmées, de sorte qu’on ne connaît ni la taille ni les tendances de la population.

Facteurs limitatifs et menaces

L’absence des proies d’élection, qui sont nécessaires à la survie de l’espèce, sauf en une région très circonscrite est le principal facteur limitant la répartition et l’effectif du putois d’Amérique au Canada. Aucune menace particulière n’a été mentionnée.

Protection actuelle

Le putois d’Amérique jouit de la protection accordée aux animaux à fourrure, ce qui signifie qu’il ne peut être chassé que durant une période limitée de l’année. L’espèce n’est pas expressément mentionnée dans la Fur Act de la Saskatchewan; sa protection en vertu de cette loi est implicite.


COSEPAC logo


MANDAT DU COSEPAC 

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) détermine la situation, à l’échelle nationale, des espèces, sous-espèces, variétés et populations (importantes à l’échelle nationale) sauvages jugées en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes des groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, amphibiens, reptiles, poissons, mollusques, lépidoptères, plantes vasculaires, lichens et mousses.

COMPOSITION DU COSEPAC

Le COSEPAC est formé de représentants des organismes provinciaux et territoriaux responsables des espèces sauvages, de quatre organismes fédéraux (Service canadien de la faune, Agence Parcs Canada, ministère des Pêches et des Océans et Partenariat fédéral en biosystématique) et de trois organismes non gouvernementaux, ainsi que des coprésidents des groupes de spécialistes des espèces. Le Comité se réunit pour examiner les rapports sur la situation des espèces candidates.

DÉFINITIONS

 Espèce : Toute espèce, sous-espèce, variété ou population indigène de faune ou de flore sauvage géographiquement définie.

Espèce disparue (D) : Toute espèce qui n’existe plus.

Espèce disparue du Canada (DC) : Toute espèce qui n’est plus présente au Canada à l'état sauvage, mais qui est présente ailleurs.

Espèce en voie de disparition (VD)* : Toute espèce exposée à une disparition ou à une extinction imminente.

Espèce menacée (M) : Toute espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitatifs auxquels elle est exposée ne sont pas renversés.

Espèce préoccupante (P)** : Toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels.

Espèce non en péril (NEP)*** : Toute espèce qui, après évaluation, est jugée non en péril.

Données insuffisantes (DI)**** : Toute espèce dont le statut ne peut être précisé à cause d’un manque de données scientifiques.

 

* : Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

** : Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

*** : Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

**** : Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999.

 

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le comité avait pour mandat de réunir les espèces sauvages en péril sur une seule liste nationale officielle, selon des critères scientifiques. En 1978, le COSEPAC (alors appelé CSEMDC) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. Les espèces qui se voient attribuer une désignation lors des réunions du comité plénier sont ajoutées à la liste.

 

Environment Canada         Environnement Canada

Canadian Wildlife Service          Service canadien de la faune

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.