Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le putois d’Amérique au Canada

Biologie générale

 

Reproduction

On ne connaît pas la biologie de l’espèce au Canada.

Même dans son aire de répartition actuelle aux États-Unis, la reproduction de l’espèce n’a pas été beaucoup étudiée. Banfield (1974) décrit une espèce asiatique apparentée, chez laquelle l’accouplement a lieu à la fin de l’hiver, et les petits, au nombre de trois à six par portée, naissent au début du printemps.

Déplacements

On connaît peu de choses sur les déplacements de ce mammifère, sauf le fait qu’il se disperse par familles à l’automne (Henderson et al., 1968)

Comportement et adaptabilité

Le putois d’Amérique n’est pas très méfiant à l’égard des humains et il tolère leur présence dans une certaine mesure. Il est de mœurs nocturnes, de sorte qu’il se trouve rarement en présence d’humains.

La spécialisation de son régime alimentaire (le chien de prairie) fait qu’il s’adapte difficilement à un changement de sources de nourriture. Si la maladie venait à décimer la population de sa proie d’élection, l’espèce serait fortement touchée.