Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le putois d’Amérique au Canada

Évaluation et Rapport

de situation du COSEPAC

sur le

 Putois d’Amérique

Mustela nigripes

 au Canada

 

Putois d’Amérique (Mustela nigripes)

 

Espèce disparue du Canada 2000

COSEPAC logo

Les rapports de situation du COSEPAC sont des documents de travail servant à déterminer le statut des espèces sauvages que l’on croit en péril. On peut citer le présent rapport de la façon suivante :

Nota : Toute personne souhaitant citer l’information contenue dans le rapport doit indiquer le rapport comme source (et citer l’auteur); toute personne souhaitant citer le statut attribué par le COSEPAC doit indiquer l’évaluation comme source (et citer le COSEPAC). Une note de production sera fournie si des renseignements supplémentaires sur l’évolution du rapport de situation sont requis.

COSEPAC. 2000. Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le putois d’Amérique (Mustela nigripes) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. vi + 9 p.

Saskatchewan Department of Tourism and Renewable Resources. 1978. Rapport du COSEPAC sur la situation du putois d’Amérique (Mustela nigripes) au Canada. Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Ottawa. Pages 1-9.

Pour obtenir des exemplaires supplémentaires, s’adresser au :

Secrétariat du COSEPAC
a/s Service canadien de la faune
Environnement Canada
Ottawa (Ontario)
K1A 0H3

Tél. : (819) 997-4991 / (819) 953-3215
Téléc. : (819) 994-3684
Courriel :  COSEWIC/COSEPAC@ec.gc.ca
http://www.cosepac.gc.ca

Also available in English under the title COSEWIC Assessment and Status Report on the Black‑footed Ferret Mustela nigripes in Canada.

Illustration de la couverture :
Putois d’Amérique -- Judie Shore, Richmond Hill (Ontario).

©Ministre de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, 2002
No de catalogue  CW69-14/100-2002F-IN
ISBN  0-662-86907-9

Retournez à la table des matières

COSEPAC Sommaire de l’évaluation

 

Sommaire de l’évaluation – Mai 2000

Nom commun : Putois d’Amérique

Nom scientifique : Mustela nigripes

Statut : Espèce disparue du Canada

Justification de la désignation : Ce putois n’est plus présent à l’état sauvage au Canada. Le chien de prairie, la proie préférée et indispensable du putois, est maintenant limité à une petite région de la Saskatchewan.

Répartition : Alberta, Saskatchewan, Manitoba

Historique du statut : En 1974, l'espèce avait déjà disparu du Canada. Désignée « disparue du Canada » en avril 1978. Confirmation du statut en mai 2000. L’évaluation de mai 2000 est fondée sur de nouveaux critères quantitatifs, qui ont été appliqués aux données du rapport de situation de 1978.


Retournez à la table des matières

COSEPAC Résumé

Putois d’Amérique

Mustela nigripes

Description

Aucune description dans le rapport.

Répartition

Le putois d’Amérique ne se rencontre que dans la région centrale de l’Amérique du Nord. Aux États-Unis, son aire de répartition s’étendrait du Montana et du Dakota du Nord vers le sud jusqu’en Arizona, au Nouveau‑Mexique, au Texas et en Oklahoma. On croit que l’espèce a disparu du Canada.

Habitat

L’habitat du putois d’Amérique est très restreint. Comme ce carnivore dépend très étroitement d’une espèce pour se nourrir, à savoir le chien de prairie, son habitat coïncide pratiquement avec celui de sa proie. À l’heure actuelle, le seul endroit au Canada pouvant soutenir une population de putois est une région du Sud‑Ouest de la Saskatchewan, qui se trouve être l’aire de répartition du chien de prairie.

Biologie générale

Le putois d’Amérique est une espèce aux mœurs exclusivement nocturnes. Sa proie d’élection est le chien de prairie. Il peut se nourrir d’autres espèces comme les souris, le spermophile de Richardson et les oiseaux nichant au sol, par exemple, mais ces dernières ne pourraient probablement pas à elles seules soutenir une population de putois. On a constaté que l’espèce se disperse par familles à l’automne. Voilà à peu près l’étendue des connaissances actuelles sur la biologie de ce mammifère. Chez une espèce asiatique apparentée, l’accouplement a lieu à la fin de l’hiver, et les petits, de trois à six par portée, naissent au printemps.

Taille et tendances des populations

Le putois d’Amérique est réputé être l’animal le plus rare d’Amérique du Nord. Les mentions de l’espèce au Canada ne sont pas confirmées, de sorte qu’on ne connaît ni la taille ni les tendances de la population.

Facteurs limitatifs et menaces

L’absence des proies d’élection, qui sont nécessaires à la survie de l’espèce, sauf en une région très circonscrite est le principal facteur limitant la répartition et l’effectif du putois d’Amérique au Canada. Aucune menace particulière n’a été mentionnée.

Protection actuelle

Le putois d’Amérique jouit de la protection accordée aux animaux à fourrure, ce qui signifie qu’il ne peut être chassé que durant une période limitée de l’année. L’espèce n’est pas expressément mentionnée dans la Fur Act de la Saskatchewan; sa protection en vertu de cette loi est implicite.


COSEPAC logo


MANDAT DU COSEPAC 

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) détermine la situation, à l’échelle nationale, des espèces, sous-espèces, variétés et populations (importantes à l’échelle nationale) sauvages jugées en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées aux espèces indigènes des groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, amphibiens, reptiles, poissons, mollusques, lépidoptères, plantes vasculaires, lichens et mousses.

COMPOSITION DU COSEPAC

Le COSEPAC est formé de représentants des organismes provinciaux et territoriaux responsables des espèces sauvages, de quatre organismes fédéraux (Service canadien de la faune, Agence Parcs Canada, ministère des Pêches et des Océans et Partenariat fédéral en biosystématique) et de trois organismes non gouvernementaux, ainsi que des coprésidents des groupes de spécialistes des espèces. Le Comité se réunit pour examiner les rapports sur la situation des espèces candidates.

DÉFINITIONS

 Espèce : Toute espèce, sous-espèce, variété ou population indigène de faune ou de flore sauvage géographiquement définie.

Espèce disparue (D) : Toute espèce qui n’existe plus.

Espèce disparue du Canada (DC) : Toute espèce qui n’est plus présente au Canada à l'état sauvage, mais qui est présente ailleurs.

Espèce en voie de disparition (VD)* : Toute espèce exposée à une disparition ou à une extinction imminente.

Espèce menacée (M) : Toute espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitatifs auxquels elle est exposée ne sont pas renversés.

Espèce préoccupante (P)** : Toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels.

Espèce non en péril (NEP)*** : Toute espèce qui, après évaluation, est jugée non en péril.

Données insuffisantes (DI)**** : Toute espèce dont le statut ne peut être précisé à cause d’un manque de données scientifiques.

 

* : Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu’en 2000.

** : Appelée « espèce rare » jusqu’en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.

*** : Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».

**** : Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu’en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999.

 

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le comité avait pour mandat de réunir les espèces sauvages en péril sur une seule liste nationale officielle, selon des critères scientifiques. En 1978, le COSEPAC (alors appelé CSEMDC) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. Les espèces qui se voient attribuer une désignation lors des réunions du comité plénier sont ajoutées à la liste.

 

Environment Canada         Environnement Canada

Canadian Wildlife Service          Service canadien de la faune

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.


Retournez à la table des matières

Sommaire

 

Le putois d’Amérique (Mustela nigripes, Audubon et Bachman) est le mammifère le plus rare d’Amérique du Nord, et il a probablement disparu du Canada. Il dépend presque uniquement du chien de prairie pour sa subsistance (Cynomys ludovicianus Orcl.). Les chances de réintroduire l’espèce au Canada sont très minces.

Retournez à la table des matières

Répartition

 

La figure 1 montre l’aire de répartition totale du putois d’Amérique d’après Henderson et al., 1978. Selon Banfield (1974), l’espèce aurait disparu du Canada (figure 2).

Retournez à la table des matières

Protection

 

Le putois d’Amérique, qui appartient à la famille des Mustélidés, bénéficie de la protection accordée aux animaux à fourrure. Il peut donc être chassé durant une période limitée de l’année seulement. L’espèce n’est pas mentionnée expressément dans la Fur Act de la Saskatchewan, mais sa protection en vertu de cette loi est implicite.

Une partie de l’habitat que le putois d’Amérique pourrait occuper au Canada se trouve protégée; il s’agit du territoire d’une colonie de chiens de prairie, auxquels l’espèce est associée, établie dans une réserve faunique en Saskatchewan. La totalité de l’aire de répartition probable (ou possible?) de l’espèce au Canada est enclavée dans les limites prévues de l’éventuel parc national des Prairies. Ce parc assurerait à l’espèce une protection complète.

Figure 1.  Aire de répartition totale du putois d’Amérique, selon Henderson et al., 1978.

Figure 1.  Aire de répartition totale du putois d’Amérique, selon Henderson et al., 1978.

Figure 2.Répartition du putois d’Amérique Mustela nigripes : E = disparu

Figure 2.  Répartition du putois d’Amérique Mustela nigripes : E = disparu.

Retournez à la table des matières

Taille et tendances des populations

 

Selon Banfield (1974), le putois d’Amérique serait l’animal le plus rare d’Amérique du Nord, et il aurait disparu du Canada. Palmer (1957) prévoyait la disparition de l’espèce avant la fin de son époque.

Les registres ne contiennent que quelques mentions non confirmées de l’espèce en Saskatchewan. Le manque de mentions accompagnées de données précises laisse croire que l’espèce est extrêmement rare et probablement disparue.

Retournez à la table des matières

Habitat

 

Répartition

L’habitat propice au putois d’Amérique est extrêmement restreint. Il coïncide étroitement avec celui du chien de prairie, qui constitue la proie principale de l’espèce.

À l’heure actuelle, le seul endroit au Canada pouvant soutenir une population de putois est une petite région dans la vallée de la rivière Frenchman, dans le Sud‑Ouest de la Saskatchewan, où résident 16 colonies de chiens de prairie.

Tendances quant à la qualité de l’habitat essentiel

La situation de l’habitat essentiel de ce mammifère est identique à celle de l’habitat du chien de prairie : il est plutôt stable, mais demeure très restreint. Comme la qualité de l’habitat du chien de prairie ne semble pas s’être détériorée, il devrait en être de même pour l’habitat propice au putois d’Amérique.

Protection des habitats

De l’ensemble du territoire pouvant abriter le putois d’Amérique, soit les quelque 1 244 acres habités par des colonies de chiens de prairie, 160 acres (secteur NE 23‑2‑13‑W3) font partie d’une réserve faunique. La totalité du territoire pouvant convenir à l’espèce est comprise dans les limites de l’éventuel parc national des Prairies.

Spécialisation

Le putois d’Amérique dépend très largement du chien de prairie pour se nourrir. Il trouve d’autres proies chez les souris, le spermophile de Richardson et les oiseaux nichant au sol, mais comme le soulignent Henderson et al. (1968), ces proies ne pourraient probablement pas à elles seules soutenir une population de putois en permanence.

Retournez à la table des matières

Biologie générale

 

Reproduction

On ne connaît pas la biologie de l’espèce au Canada.

Même dans son aire de répartition actuelle aux États-Unis, la reproduction de l’espèce n’a pas été beaucoup étudiée. Banfield (1974) décrit une espèce asiatique apparentée, chez laquelle l’accouplement a lieu à la fin de l’hiver, et les petits, au nombre de trois à six par portée, naissent au début du printemps.

Déplacements

On connaît peu de choses sur les déplacements de ce mammifère, sauf le fait qu’il se disperse par familles à l’automne (Henderson et al., 1968)

Comportement et adaptabilité

Le putois d’Amérique n’est pas très méfiant à l’égard des humains et il tolère leur présence dans une certaine mesure. Il est de mœurs nocturnes, de sorte qu’il se trouve rarement en présence d’humains.

La spécialisation de son régime alimentaire (le chien de prairie) fait qu’il s’adapte difficilement à un changement de sources de nourriture. Si la maladie venait à décimer la population de sa proie d’élection, l’espèce serait fortement touchée.

Retournez à la table des matières

Facteurs limitatifs

 

L’absence des proies d’élection, qui sont nécessaires à la survie de l’espèce, sauf dans une région très restreinte, limite la répartition et l’effectif du putois d’Amérique au Canada.

Retournez à la table des matières

Importance de l’espèce

 

Le putois d’Amérique se rencontre uniquement dans la région centrale de l’Amérique du Nord. Il est réputé y être le mammifère le plus rare. Ce critère constitue à lui seul une raison suffisante pour assurer la protection de l’espèce.

Retournez à la table des matières

Recommandations/moyens de rétablissement

 

Le seul moyen de rétablir la population de putois d’Amérique au Canada est de rétablir d’abord la population de chiens de prairie dans les habitats qui conviennent à l’espèce, puis de réintroduire le putois (s’il y a possibilité de recrutement de l’extérieur, bien entendu). Il s’agirait ensuite d’assurer une bonne gestion de cette population et d’assurer sa protection.

Si le projet de création du parc national des Prairies se concrétise, il serait peut‑être avantageux de mettre en liberté un ou deux couples de putois au sein des colonies existantes de chiens de prairie.

Retournez à la table des matières

Évaluation

 

Le chien de prairie étant la proie principale du putois d’Amérique, la diminution du nombre de colonies de chiens de prairie a entraîné une baisse de la population de putois.

En outre, compte tenu du lien extrêmement étroit entre le putois d’Amérique et le chien de prairie, une hausse du nombre de colonies de chiens de prairie augmenterait les chances de rétablissement du putois.

Le putois d’Amérique est rare, et il peut s’avérer très difficile, voire impossible, de capturer suffisamment d’individus pour réintroduire l’espèce au Canada. Les chances de rétablissement à long terme de cette espèce sont donc extrêmement minces.

Retournez à la table des matières

Ouvrages cités

 

Aldous, Shaler E. 1940. Notes on a black-footed ferret raised in captivity. J. Mammal. 21(1):23-26.

Allen, Glover M. 1942. Extinct and vanishing mammals of the Western hemisphere. Am. Com. International Wild Life Protection Spec. Pub. 1. 11. 620 p.

Anonyme. 1889. The black-footed ferret. Forest and Stream 32(17):335.

------. 1906.Black-footed ferrets. Trappers World. 4(2):20.

Anthony, H.E. (éd.).1937. Mammals of America. Garden City Publ. Co., N.Y. 335 p.

Audubon, John James, et John Bachman. 1851. The viviparious quadrupeds of North America. Vol. II. V.G. Audubon, N.Y. 334 p.

Bailey, Vernon, 1926. A biological survey of North Dakota. U.S. Dept. Agr. N. Am.Fauna No. 49, 226 p.

Baker, A.B. 1889, Mammals of western Kansas. Trans. 20th and 21st Annual Meeting Kans. Acad. Sci.11:56-58.

Banfield, A.W.F. 1974. Les Mammifères du Canada. Les Presses de l’université Laval et University of Toronto Press 1974. p. 305‑306.

Burnett, W. L. 1915. The prairie-dog situation in Colorado. Office Colo. State Entomol. Circ. 17, 15 p.

Burt, William H., et Richard P. Grossenheider, 1964. A field guide to the mammals. Houghton Mifflin Co., Boston. 284 p.

Cahalane, Victor H. 1954. Status of the black-footed ferret. J. Mammal.35(3):418-424.

Cottam, Clarence, et Milton Caroline. 1965. The black-tailed prairie dog in Texas. Texas J. Sci. 17(3):294-302.

Coues, Elliott. 1877. Fur-bearing animals -- a monograph of the North American Mustelidae. Dept. Interior U.S. Geol. Survey of the Territories Misc. Publ. No. 8. 348 p.

Crandall, Lee S. 1964. The management of wild mammals in captivity. Univ. Chicago Press. 769 p.

Garst, W.E. 1954. Black-footed ferret in South Dakota, J. Mammal 35(4):594.

Harding, A.R. 1943. Ferret facts and fancies. A.R. Harding Pub. Co., Columbus (Ohio). 214 p.

Henderson, F. Robert, Paul F. Springer et Richard Adrian. 1968. The black-footed ferret in South Dakota. Dept. of Game, Fish and Parks, Pierre, Dakota du Sud.

Hillman, Conrad N. 1968. Field observations of black-footed ferrets in South Dakota. Trans. N. Am. Wildl. and Nat. Resources Conf. 33:(sous presse).

Hoffmeister, Donald F. 1963. Mammals. Golden Press, N.Y. 104 p.

Homolka, Charles L. 1964. Our rarest mammal? Audubon Mag. 66(4):244-246.

Kellogg, A. Remington. 1960. Mammals and how they live. P. 13-35, in National Geographic Society, Wildl. mammals of North America. Washington, D.C. 400 p.

Koford, Carl B. 1958. Prairie dogs, whitefaces, and blue grarna. Wiidb. Monographs No. 3. 78 p.

Lantz, D.E. 1905. Kansas mammals in their relations to agriculture. Kans. State Agr. Coll. Expt. St. Bull, No. 129, p. 331-404.

Leopold, A.S. (président). 1964. Predator and rodent control in the United States. Secy. Interior Advis. Board Wildl. Mgmt. 28 p.

Longhurst, William. 1944. Observations on the ecology of the Gunnison prairie dog in Colorado. J. Mammal. 25(1):24-36.

McCandless, A.D. 1908. A week in the saddle. Forest and Stream 71(9): 329-330.

Mead, J. R. 1885. Notes of two Kansas mammals. Bull. Washburn Coll. Lab. Nat.Hist. 1(3):91-92.

Murie, Olaus J. 1954. A field guide to animal tracks. Houghton Mifflin, Boston. 374 p.

Nelson, Edward W. 1918. Smaller mammals of North America. Natl. Geog. Mag. 33(5):371-493.

Olin, George. 1959. Mammals of the southwest deserts. 2e éd. rev. Southwestern Monuments Assoc. Popular Ser. No. 8. 112 p.

Palmer, E. Laurence. 1957. Fieldbook of mammals (204) E.P. Dutton and Co., New York.

Presnall, Clifford C. 1963. Inventory of areas occupied by prairie dogs -- 1961. U.S. Fish and Wildl. Serv. Branch of Predator and Rodent Control. Circulaire datée du 10 mai 1963. 3 p.

Reagen, Albert B. 1908. Notes on the flora and fauna of the Rosebud Reservation, west of Gregory County. P. 143-167, in Report of State Geologist. Geol. Survey Bull. No. 4.229 p.

Roosevelt, Theodore. 1900. The wilderness hunter.G.P. Putnam’s Sons. N.Y. 472 p.

Rudd, Robert L. 1964. Pesticides and the living land­scape. Univ.Wisc. Press. 320 p.

Seton, Ernest Thompson. 1929. Lives of game animals. Vol. II, Pt. II, p. 565-574, 579-632 et Vol. IV, Pt. I. p. 275-298. Doubleday, Doran Co., Garden City, N.Y.

Smith, Ronald E. 1967. Natural history of the prairie dog in Kansas. Univ. Kans. Museum Nat. Hist. and State Biol. Survey Misc. Publ. 49. 39 p.

Strecker, J. K., Jr. 1910. Notes on the fauna of a portion of the Canyon region of northwestern Texas. Baylor Univ. Bull. 13(4-5) :1-31.

U.S. Dept. of Interior. 1956. Prairie dogs and their control. Fish and Wildl. Serv. Wildl. Leaflet 357. 4 p.

------. 1964. Rare and endangered fish and wildlife in the United States. Compilation du Com. on Rare and Endangered Wildl. Species. 62 p.

van Riper, Walker, et Robert J. Niedrach. 1946. Black-footed ferret. Nat. Hist. 55(10):466-467.

Warren, Edward R. 1942. The mammals of Colorado. Univ. Okla. Press, Norman, 330 p.

Young, Stanley P. 1946. Sketches of American wildlife. Monumental Press, Baltimore. 143 p.

------. 1954. Black-footed ferret (Mustela nigripes) in South Dakota. J. Mammal.35(3):443.

Retournez à la table des matières

Remerciements

 

Ce rapport a été préparé par le Saskatchewan Department of Tourism and Renewable Resources, avec la contribution de la Colombie‑Britannique, de l’Alberta et du Manitoba.

Retournez à la table des matières