Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la situation du fouille-roche gris au Canada – Mise à jour

Répartition

Aire de répartition en Amérique du Nord

La répartition du fouille-roche gris en Amérique du Nord, caractérisée comme fortement localisée (Alan Dextrase, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (MRNO), communication personnelle), a été décrite dans le rapport de situation antérieur (Goodchild, 1994). Aux États-Unis, le Percina copelandi est largement réparti, mais présent en petits nombres (figure 2). On le trouve le long de la bordure orientale de la basse péninsule du Michigan, à l’Ouest des Appalaches, et jusqu’en Alabama, en Arkansas, en Oklahoma et dans le Sud-Est du Kansas, au sud (Scott et Crossman, 1973). On en a capturé dans le lac Champlain, qui borde les États de New York et du Vermont. Des mentions de captures ont également été confirmées dans l’angle Sud-Ouest de l'Oklahoma, dans les ruisseaux East Cache et Medicine, dans le comté de Comanche (Brown et al., 1997).

Figure 2. Répartition du fouille-roche gris (Percina copelandi) en Amérique du Nord. La zone en pointillé représente l’aire de répartition connue de l’espèce en Amérique du Nord.

Figure 2. Répartition du fouille-roche gris (Percina copelandi) en Amérique du Nord

Aire de répartition au Canada

Le fouille-roche gris était et est toujours peu commun au Canada, mais on en trouve des populations disjointes en Ontario et au Québec (figure 3). En Ontario, on a trouvé des individus dans des affluents du lac Ontario ainsi que le long des rives et dans les affluents des lacs Érié et Sainte-Claire. Au Québec, on a capturé des individus dans des affluents du Saint-Laurent, dans les régions suivantes : Chaudière – Appalaches, Estrie, Lanaudière, Mauricie – Bois-Francs, Montérégie et Outaouais.

Deux mentions de captures n’étaient pas incluses dans le rapport de situation précédent. Un individu a été récolté en 1989 dans le comté de Prescott et Russell en Ontario, à l’embouchure du ruisseau Little Rideau, là où celui-ci se jette dans l’Outaouais, dans le parc provincial Voyageur. Ce individu est catalogué au Musée royal de l’Ontario (ROM) à Toronto [ROM 70682]. L’autre mention concerne un individu capturé en 1979 dans un affluent du ruisseau Black, à Enniskillen en Ontario [CMNFI 79-1028]. Après un nouvel examen par E. Holm (ROM) en 1999, ce individu a toutefois été identifié comme un dard noir, Percina maculata.

Depuis la parution du rapport de situation précédent, on a récolté des individus de fouille-roche gris dans quatre nouveaux plans d’eau en Ontario (annexe 1). En 1996, on en a capturé quatre dans le lac Sainte-Claire, à la plage Laforet, dans le comté d’Essex [ROM 70523], de même que 65 autres en divers endroits, le long de la St. Clair River, près de l’île Walpole, dans le comté de Kent, en Ontario [ROM 70533; 70534; 70789; 70535; 70791; 70537]. Dans le comté de Hastings, des individus ont été récoltés par Golder Associates dans la rivière Moira au printemps de 1999 (nombre exact inconnu). Sept autres poissons ont été capturés au même endroit en juin de la même année (MRNO, dossier DS-99-01). En juin et en juillet 2001, 47 autres individus ont été capturés dans la rivière Moira (Jason Lean, Trent University, communication personnelle). La rivière Black semble offrir un habitat convenable au fouille-roche gris, à proximité d’autres populations du comté de Hastings dans l’Est de l’Ontario. Les biologistes du MRNO ont tenté sans succès d’y capturer des individus à la senne en 1999 (Alan Dextrase, MRNO, communication personnelle). Toutefois, en 2001, trois individus ont été capturés dans cette rivière, de 7 à 8 km en aval du site de 1999 (Jason Lean, Trent University, communication personnelle). Il est peu probable que le fouille-roche gris ait accès au site situé en amont à cause de la présence d’une série de rapides.

Au Québec, des individus ont été capturés dans six nouveaux plans d’eau dans les environs de la rivière des Outaouais (annexe 1) : un dans la rivière Rouge, deux dans la rivière Blanche, deux dans la Petite-Nation et 16 dans la rivière Kinonge (Dubuc, 1999). En outre, en 1999, la Société de la faune et des parcs du Québec (MEF) et l’Université d’Ottawa ont capturé 76 individus sur une période de deux mois dans la rivière Gatineau, 12 km en amont de sa confluence avec l’Outaouais (Richard Pariseau, MEF, communication personnelle). Le Percina copelandi a été capturé pour la première fois dans le lac Saint-Pierre en 1995 : un individu sur la rive Nord du lac, et quatre sur sa rive sud. Aucun n’a été capturé dans l’archipel du lac Saint-Pierre. (Fournier et al., 1996).

Figure 3. Répartition du fouille-roche gris (Percina copelandi) au Canada. Les cercles pleins représentent les nouvelles mentions de capture et les mentions enregistrées depuis la parution du rapport de situation original (Goodchild, 1994). Les cercles vides représentent les sites d’où l’espèce a disparu.

Figure 3. Répartition du fouille-roche gris (Percina copelandi) au Canada