Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le jonc de Kellogg (Juncus kelloggii) au Canada

Biologie

Généralités

Le Juncus kelloggii est une espèce annuelle qui a besoin de milieux humides à mouillés en hiver et au printemps, mais secs en été. Dans d’autres parties de son aire de répartition, il pousse dans des sols sableux à argileux. La période d’humidité est nécessaire à la germination des graines et à la croissance de la plante, probablement parce que les crues annuelles suivies d’un assèchement réduisent la compétition avec d’autres végétaux. D’autres espèces annuelles du genre Juncus résistent mal à la compétition et poussent donc habituellement sur des terrains dénudés (Ertter, 1986).

Reproduction

Cette espèce annuelle est en général autogame (Swab, 1993). Dans le complexe du Juncus triformis (au sein duquel le J. kelloggii appartient au « groupe kelloggii »), Ertter (1986) a constaté que les espèces de haute altitude ont besoin du froid pour germer. La germination commençait parfois juste deux jours après le traitement au froid et pouvait se poursuivre jusqu’à deux semaines. Selon Ertter (1986), comme seulement une certaine proportion des graines germe, une partie des autres pourrait rester dans le sol et germer plus tard. Chaque capsule du J. kelloggii contient environ 50 graines (Ertter, 1986). Aucune expérience de germination n’a été effectuée pour le présent rapport.

Survie

Dans les expériences de germination réalisées par Ertter (1986) sur le complexe du Juncus triformis, toutes les graines n’ont pas germé la même année. Il se pourrait donc que les graines ne germent que les années propices. Le cycle biologique annuel, la taille minuscule et le nombre réduit de fleurs du Juncus kelloggii sont autant de facteurs qui peuvent contribuer à sa survie dans un environnement sec (Ertter, 1986).

Physiologie

Les fleurs ont besoin de longues journées pour se former et pour s’ouvrir le matin. Les semis du complexe du J. triformis produisent leurs feuilles et leurs tiges après une période de latence suivant la production des cotylédons. Ce dernier phénomène pourrait cependant être dû aux conditions de croissance artificielles (Ertter, 1986).

Déplacements et dispersion

L’espèce pourrait être dispersée par les oiseaux qui porteraient les graines dans leur pattes et leurs plumes après avoir marché dans l’habitat boueux (Ertter, 1986).

Nutrition et relations interspécifiques

Certains membres du complexe du J. triformis ont besoin de sols acides comme ceux qu’on trouve dans les mares printanières. Le groupe « kelloggii » préfère toutefois les sols sableux ou limoneux (Ertter, 1986).

Comportement et adaptabilité

Le Juncus kelloggii peut survivre aux saisons défavorables sous forme de graines tolérant la sécheresse (Ertter, 1986). L’espèce a un cycle annuel qui lui permet de survivre dans un habitat qui se remplit d’eau puis sèche en été, phénomène qui pourrait réduire la compétition avec les autres espèces (Ertter, 1986).