Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Liste officielle des espèces aquatiques

3.9 Saumon rouge du lac Sakinaw (Oncorhynchus nerka) Statut : En danger Dernier examen par le COSEPAC : Mai 2003

Distribution et biologie de l'espèce :

Le lac Sakinaw, ou lac « Sauchenauch », est situé sur la péninsule Sechelt dans le secteur de gestion 16 de MPO. C'est le plus grand lac de la péninsule Sechelt. Les saumons rouges du lac Sakinaw atteignent généralement leur maturité sexuelle à l'âge de 4 ans. La plupart des jeunes saumons grandissent un an dans le lac avant d'entamer leur migration vers la mer.

Raison(s) invoquée(s) par le COSEPAC pour l'inclusion de l'espèce sur la liste officielle

La population du lac Sakinaw possède des caractéristiques génétiques et biologiques uniques (remonte précoce, résidence prolongée dans le lac avant le frai, petite taille des adultes, fécondité faible, jeunes saumons de grande taille). Les tentatives manquées de lâchers de saumons rouges dans le lac Sakinaw et d'autres lacs suggèrent que la population des saumons rouges de ce lac est irremplaçable. Cette population s'est effondrée à cause principalement de la surexploitation, notamment les prises dirigées et accessoires dans les pêches mixtes à des niveaux supérieurs au seuil d'exploitation durable. De plus, le débit et le niveau de l'eau ont parfois été insuffisants pour permettre aux poissons adultes d'entrer dans le lac. L'exploitation forestière, les développements résidentiels et l'utilisation de l'eau affectent également l'écologie du lac. Compte tenu du faible nombre de poissons restants, la population court un sérieux danger d'extinction en cas d'impacts mineurs dus à la pêche, au braconnage, à la présence d'obstacles lors de la remonte, à la prédation, à la dégradation de l'habitat et à l'utilisation de l'eau.

Mesures de protection et impacts potentiels :

Les parties intéressées pourront être touchées par les mesures découlant des interdictions automatiques, de l'élaboration et
de la mise en oeuvre d'un plan de rétablissement et de l'identification des habitats critiques.

Mesures pouvant être mises en oeuvre pour observer les fermetures obligatoires et réaliser les objectifs du plan de rétablissement :

  • Les Premières nations pourront capturer quelques saumons rouges du Fraser à des fins alimentaires, sociales et rituelles (la récolte restera inférieure au quota convenu au cours des années précédentes).
  • L'activité des pêcheurs récréatifs ne devrait pas être sérieusement touchée.
  • Les possibilités de pêche commerciale du saumon rouge du Fraser seront réduites dans le détroit de Johnstone.
  • Amélioration des habitats locaux, notamment élimination des débris ligneux dans les frayères.
  • Mises en valeur stratégiques, notamment programme d'élevage de géniteurs.

Ces mesures diverses peuvent avoir un impact sur les pêches des Premières nations à des fins alimentaires, sociales et rituelles, sur les pêcheurs professionnels à la traîne, à la seine et au filet maillant dans le Sud, sur les pêcheurs récréatifs et sur d'autres groupes d'intérêt et industries.

Il faut noter que les mesures de gestion seront élaborées dans le cadre du processus de planification du rétablissement et mises en oeuvre à l'issue de nouvelles consultations.

3.10 Bocaccio (Sebastes paucispinis) Statut : Menacé Dernier examen par le COSEPAC : Novembre 2002

Distribution et biologie de l'espèce :

Les bocaccios fréquentent les eaux côtières de l'Est de l'océan Pacifique. La plupart des captures en Colombie- Britannique s'effectuent côté Pacifique, les prises les plus importantes provenant en général du nord-ouest de l'île de Vancouver et de la baie des îles de la Reine-Charlotte. Les bocaccios sont physoclistes, c'est-à-dire que leur vessie natatoire ne peut s'adapter aux changements de pression occasionnés par une remontée rapide en surface. Ils meurent donc lorsqu'ils sont pris à des profondeurs supérieures à 20 - 30 m.

Raison(s) invoquée(s) par le COSEPAC pour l'inclusion de l'espèce sur la liste officielle

Un recrutement faible combiné à l'impact de la pêche a entraîné un sérieux déclin de la population et des remontes de cette espèce canadienne. Bien que le Bocaccio pourrait être considéré comme étant « en danger » puisque sa population a diminué de plus de 50 %, il a simplement été déclaré « menacé » - soit un déclin supérieur à 30 % de sa population - l'échantillonnage n'ayant porté que sur la partie sud de son aire de distribution.

Mesures de protection et impacts potentiels :

Certaines parties intéressées pourront être touchées par les mesures découlant des interdictions automatiques, de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'un plan de rétablissement et de l'identification des habitats critiques.

Mesures pouvant être mises en oeuvre pour observer les fermetures obligatoires et réaliser les objectifs du plan derétablissement :

  • Réduction des récoltes par rapport aux récents niveaux.
  • Restrictions de la pêche basées sur les changements réglementaires concernant les périodes, les secteurs et les engins de pêche afin de réaliser les objectifs en matière de quota.
  • Intensification de la surveillance des prises en mer et des débarquements sur les quais.

La planification du rétablissement prolongera plus particulièrement les mesures de protection générale du Bocaccio et de ses habitats. L'examen récent des rapports d'interception de bateaux de pêche indique que la majorité des bocaccios sont pris par les pêcheurs visant les poissons démersaux à l'aide de chaluts ou à la ligne. On mettra donc l'accent sur l'élaboration de stratégies protectrices adaptées à ces pêches. L'aire de distribution de cette espèce sur tout le littoral de la Colombie-Britannique est étendue et le Bocaccio n'est souvent qu'une prise rarissime dans un grand nombre de secteurs. Des stratégies spécifiques devront donc peut-être être élaborées pour assurer le rétablissement de l'espèce.

Ces mesures diverses peuvent avoir un impact sur les pêches des Premières nations à des fins alimentaires, sociales et rituelles, sur les pêcheurs professionnels à la traîne, à la seine et au filet maillant dans le Sud, sur les pêcheurs récréatifs et sur d'autres groupes d'intérêt et industries.

Il faut noter que les mesures de gestion seront élaborées dans le cadre du processus de planification du rétablissement et mises en oeuvre à l'issue de nouvelles consultations.