Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le requin griset au Canada

Répartition

Aire de répartition mondiale

Les requins grisets sont vastement répandus dans toutes les mers tempérées et tropicales de la planète. Dans le Pacifique Nord on les trouve du Japon, au sud des îles Aléoutiennes, jusqu’en Californie et au Mexique, de même qu’aux îles Hawaï (figure 2) (Compagno, 1984; Mecklenburg et al., 2002). Dans le Pacifique Sud, on signale leur présence en Australie et en Nouvelle-Zélande. Dans l’Atlantique Est, leur aire de répartition est considéré s’étendre de la Caroline du Nord à la Floride et de la partie nord du Golfe du Mexique jusqu’à la portion nord de l’Argentine, en passant par le Nicaragua, le Costa Rica et Cuba; toutefois, deux indivivus immatures ont été capturés au large de la Nouvelle-Écosse en 1989 et 1990 (Gilhen et Coad, 1989). Dans l’Atlantique Ouest, on trouve ce requin depuis l’Islande et la Norvège jusqu’à la Namibie au sud, mer Méditerranée comprise. Dans l’océan Indien, son aire de répartition comprend les eaux au large de Madagascar et du Mozambique.

Figure 2. Répartition mondiale des requins grisets. Source : Compagno, 1984.

Figure 2. Répartition mondiale des requins grisets. Source : Compagno, 1984. (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description pour la figure 2

La figure 2 est une illustration du milandre, mettant en évidence la couleur bleu-gris foncée de sa face dorsale qui passe au blanc sur sa face antérieure. Le milandre possède deux nageoires dorsales, et sa nageoire caudale comporte un gros lobe subterminal qui est presque aussi long que le lobe inférieur. Son museau est long et pointu. Une ligne indiquant la longueur maximale consignée, soit de 175 cm (mâle) et de 195 cm (femelle), est située au bas de l’illustration.

Aire de répartition canadienne

On croit que les requins grisets sont bien répartis sur l’ensemble des eaux canadiennes du Pacifique, ce qui comprend les bras de mer, la plateforme et la pente continentales ainsi que le détroit de Géorgie (figure 3). Les données d’observations disponibles dans les bases de données se limitent à de récents enregistrements de captures commerciales (de 1996 à 2005) et à des relevés de recherche. Cela ne permet pas de bien comprendre la façon dont ils sont répartis à l’échelle canadienne (figure 3). Les flottes de chaluts capturent cette espèce à des profondeurs bien différentes (de 20 m à 1 000 m) (figure 4). Les bateaux de pêche aux lignes trouvent des membres de l’espèce à des profondeurs allant de 20 m à 440 m, la plupart du temps à moins de 200 m (figure 5). Dans la documentation, il est mentionné que ce requin peut se trouver à au moins 2 500 m de profondeur (Ebert, 2003). En l’absence d’autres données, on estime, pour le présent rapport, que la zone d’occurrence comprend toutes les eaux canadiennes situées à une profondeur de 20 m à 2 000 m, ce qui représente une zone de 133 139 km2 (figure 6). Un enregistrement de deux individus immatures en Nouvelle-Écosse en 1989 et 1990 indique que l’espèce est également présente dans les eaux canadiennes de l’Atlantique, bien que cela se produit probablement très rarement à cet endroit ou que l’espèce qui s’y trouve est errante (Gilhen et Coad, 1989).

Figure 3. Aire de répartition du requin griset au Canada selon des observations faites lors de pêches commerciales aux lignes et au chalut entre 1996 et 2005. Il est à noter que les enregistrements en amont des bras de mer donnent l’impression de provenir de la terre ferme. Source : base de données PacHarv.

Figure 3. Aire de répartition du requin griset au Canada selon des observations faites lors de pêches commerciales aux lignes et au chalut entre 1996 et 2005. (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description pour la figure 3

La figure 3 est une carte qui montre l’aire de répartition du requin griset dans les mers tempérées et tropicales autour du monde. La répartition est indiquée en rouge, mettant en évidence une forte représentation dans le Pacifique Nord touchant le Japon, les îles Aléoutiennes, la Californie, le Mexique et les îles Hawaï. Dans le Pacifique Sud, on le retrouve en Australie et en Nouvelle-Zélande. Dans l’Atlantique Ouest, on le retrouve de la Caroline du Nord et du nord du golfe du Mexique jusqu’au Nicaragua, au Costa Rica, à Cuba et en Argentine. Dans l’Atlantique Est, on retrouve le requin griset de l’Islande et de la Norvège jusqu’en Afrique du Sud ainsi que dans la Méditerranée. Dans l’océan Indien, on en recense près de Madagascar et du Mozambique.

Figure 4. Répartition en profondeur des traits de chaluts commerciaux pour l’ensemble de la côte entre 1996 et 2005 et pour lesquels le requin griset a été enregistré (barres vides) comparativement à l’effort total de chalutage selon la profondeur (barres grises pleines). Les enregistrements qui se trouvent entre les deux lignes verticales représentent l’intervalle de profondeur où 95 p. 100 des observations ont été effectuées. Source : base de données PacHarvTrawl.

Figure 4. Répartition en profondeur des traits de chaluts commerciaux pour l’ensemble de la côte entre 1996 et 2005 et pour lesquels le requin griset a été enregistré (barres vides) comparativement à l’effort total de chalutage selon la profondeur (barres grises pleines) (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description pour la figure 4

La figure 4 est une représentation détaillée de la répartition des occurrences de prises de requins grisets dans les eaux du Pacifique canadien. Elle indique que le requin griset est vraisemblablement bien répandu dans la majeure partie de la région, y compris les bras de mer, le plateau et le talus continentaux ainsi que le détroit de Georgia. L’image comprend des petits points noirs qui représentent les prises enregistrées de l’espèce (plus d’un individu peut être inscrit par entrée au registre) pour chaque endroit, révélant des concentrations autour de Haida Gwaii, du détroit de la Reine-Charlotte et du plateau continental le long de la côte ouest de l’île de Vancouver ainsi qu’à quelques endroits dans le détroit de Georgia.

Figure 5. Répartition en profondeur des calées de pêche aux lignes commerciale ayant capturé du requin griset le long de la côte de la Colombie-Britannique entre 1996 et 2004. Source : base de données PacHarvHL.

Figure 5. Répartition en profondeur des calées de pêche aux lignes commerciale ayant capturé du requin griset le long de la côte de la Colombie-Britannique entre 1996 et 2004. Source : base de données PacHarvHL. (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description pour la figure 5

La figure 5 est une carte de la répartition du milandre dans les zones tempérées et subtropicales entre les latitudes de 68° N et de 55° S. La répartition est indiquée en rouge et met en évidence une forte représentation dans le nord-est de l’océan Pacifique, de la Colombie-Britannique jusqu’à la Basse-Californie. Dans le sud de l’océan Pacifique, on le retrouve en Australie et en Nouvelle-Zélande ainsi que le long de la majeure partie de la côte Pacifique de l’Amérique du Sud. Dans l’Atlantique Ouest, on retrouve le milandre le long de l’extrémité sud de l’Amérique du Sud, du sud du Brésil à l’Argentine. Dans l’Atlantique Est, on le retrouve le long des côtes européennes, y compris la mer Méditerranée, ainsi que le long de la côte ouest de l’Afrique.

Figure 6. Répartition probable du requin griset dans les eaux du Pacifique au Canada (zone grise) selon la tranche d’eau préférée (de 20 m à 2 000 m de profondeur).

Figure 6. Répartition probable du requin griset dans les eaux du Pacifique au Canada (zone grise) selon la tranche d’eau préférée (de 20 m à 2 000 m de profondeur). (Voir description longue ci-dessous.)
Longue description pour la figure 6

La figure 6 est une représentation détaillée des occurrences de prises de milandres dans les eaux du Pacifique canadien. L’image comporte des petits points noirs qui représentent les prises enregistrées de l’espèce (plus d’un individu peut être inscrit par entrée au registre) pour chaque endroit. La carte révèle qu’on a surtout pris cette espèce dans les eaux du plateau continental le long de l’île de Vancouver, du détroit de la Reine-Charlotte et du détroit d’Hécate.