Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le requin griset au Canada

Interactions avec les pêches

On sait que le requin griset a été la cible d’au moins trois pêches dirigées en eaux canadiennes. La première s’est tenue au début des années 1920, à proximité des eaux de l’île Mayne, dans la partie sud du détroit de Géorgie, et s’intéressait à leur peau, utilisée dans la fabrication de cuir de requin (voir l’annexe 1). On ignore la durée de cette entreprise et le nombre de requins capturés. Des articles de journaux de cette période font mention d’une pêche expérimentale qui a permis de capturer 357 requins en 24 jours (Times, 4 mai 1922, p. 13).

La deuxième pêche destinée à la capture de ces requins a eu lieu de 1937 à 1946 sur l’ensemble du territoire de la Colombie-Britannique. Elle s’intéressait principalement aux foies de requins pour en extraire la vitamine A. La pêche s’effectuait à des profondeurs allant de 20 mètres (m) à 100 m au moyen de palangres munies de 300 à 500 hameçons (Sunderland, 1937). Les statistiques sur les quantités débarquées de cette espèce ne figurent pas dans les documents gouvernementaux jusqu’en 1942, où elles sont rapportées sous l’en-tête « mudshark livers landed » (foies de requins grisets débarqués). Entre 1942 et 1946, 276 tonnes de foies de requins grisets ont été mises en marché en Colombie-Britannique (tableau 1).

Tableau 1. Quantités débarquées de foies de requins grisets ayant été consignées dans les statistiques gouvernementales sur les prises entre 1942 et 1946 et nombre estimé de requins en supposant une taille de foie moyenne équivalant à 72 kg. Source : Statistiques sur les pêches du Canada.
AnnéeLivres de foiesTonnes de foiesNombre estimé de requins
1942
124 219
56
776
1943
245 444
111
1 534
1944
140 800
64
880
1945
84 200
38
526
1946
15 100
7
94
Total
609 763
276
3 810

Des publications non-scientifiques de l’époque mentionnent qu’un foie de taille moyenne pèse 72 kilogrammes (kg) (160 lb) (Anonyme, 1943). Le foie du requin griset représente entre 10 p. 100 et 20 p. 100 du poids brut de l’animal (Bailey, 1952). Si l’estimation de 72 kg est juste, la grosseur moyenne du requin serait de 360 à 720 kg environ, ce qui correspond à une longueur approximative de 370 à 450 cm d’après l’équation longueur-poids Poidskg = (7,80X10-7) * longueur totalecm3,38 (Gallucci et al., 2005). (Il est à noter que cette équation est dérivée d’animaux de taille inférieure). Cette plage estimée de longueurs est élevée si on la compare aux autres longueurs connues observées dans les eaux du Pacifique du Canada, qui sont d’environ 200 à 250 cm (Dunbrack et Zielinksi, 2003; section « Habitat » du présent rapport). Le poids estimé du foie de 72 kg par requin semble élevé, à moins qu’on ait pu pêcher de façon constante des adultes ou des gros juvéniles.

On peut calculer de façon approximative le nombre de requins capturés en divisant le poids total des foies (276 t) par le poids moyen rapporté du foie (72 kg), ce qui revient à une capture modérée d’environ 3 800 animaux (tableau 1) de 1942 à 1946. En supposant que le ratio de poids du foie par rapport au poids corporel est exact, entre 1 380 et 2 760 tonnes de poids brut de requins pourraient avoir été débarquées au cours de cette période. Si le poids du foie a été surestimé, le nombre de requins capturés au cours de la pêche (tableau 1) aura alors été sous-estimé.

Des pêches semblables visant le foie de requins grisets se sont tenues dans les eaux de l’État voisin de Washington au cours de la même période (Bargmann, comm. pers., 2006). On n'a jamais examiné l’effet conjugué à long terme des deux pêches sur la population du nord-est du Pacifique. Si la structure de la population durant les années 1930 et 1940 était similaire à celle que l’on observe aujourd’hui en eau peu profonde, les prises effectuées par les pêches d’alors se composaient surtout d’individus juvéniles. La ségrégation entre adultes et juvéniles pourrait avoir offert une certaine résilience étant donné la longévité supposée de cette espèce et l’effort de pêche relativement bref (dix ans). Cependant, si la pêche comportait à la fois la capture de requins matures et juvéniles, l’incidence sur la population et sur son rétablissement subséquent aura sans doute été beaucoup plus importante.

La troisième pêche commerciale de requins grisets a été amorcée à titre expérimental à la fin des années 1980 et s’est tenue jusqu’au début des années 1990. Elle a cependant été interrompue en raison de préoccupations ayant trait à la conservation (McFarlane et al., 2002). Entre 1985 et 2005, 75 tonnes (t) de requins grisets au total (désignés « cowshark » et « sixgill » dans les registres) ont été consignées dans les bases de données fédérales sur les prises des pêches – 1985 aura été l’année la plus abondante avec 14,6 tonnes (figure 9). Le détroit de Géorgie et la côte ouest de l’île de Vancouver totalisent 75 p. 100 (55,7 t) des prises consignées (figure 10; annexe 2).

Figure 9. Prises déclarées de requins grisets dans les eaux canadiennes du Pacifique pour l’ensemble de la côte de 1984 à 2005. Source : base de données PacHarv.

Figure 9. Prises déclarées de requins grisets dans les eaux canadiennes du Pacifique pour l’ensemble de la côte de 1984 à 2005. Source : base de données PacHarv.

Figure 10. Prises déclarées de requins grisets dans les zones de gestion 3CD-Côte ouest de l’île de Vancouver (graphique supérieur) et 4B-détroit de Géorgie(graphique inférieur).Source : base de données PacHarv.

Figure 10. Prises déclarées de requins grisets dans les zones de gestion 3CD-Côte ouest de l’île de Vancouver (graphique supérieur) et 4B-détroit de Géorgie(graphique inférieur). Source : base de données PacHarv.

Tout au long de l’histoire de la pêche commerciale effectuée sur la côte de la Colombie-Britannique, les requins grisets ont été capturés en tant que prises accessoires, alors que d’autres espèces commerciales étaient visées par la pêche à la palangre principalement et, dans une moindre mesure, par la pêche au chalut. Les prises actuelles (de 1996 à 2005) consistent exclusivement en des prises accessoires et, par conséquent, les quantités consignées sont fonction des systèmes de déclaration des prises accessoires en place dans les différentes pêches. La répartition géographique relative des prises déclarées est montrée à la figure 3.

Depuis 1996, le chalutage commercial de poissons de fond fait l’objet d’une présence d’observateurs en mer de 100 p. 100 et, par conséquent, les prises de requins grisets déclarées par ce type de pêche sont tenues pour exactes. Un total de 10,8 tonnes a été déclaré entre 1996 et octobre 2005, soit 1,1 tonne par année. Le nombre de requins que cela représente est inconnu. Si nous supposons une taille moyenne de 205 cm (~ 50 kg) tel que déterminé au cours de l’étude par marquage effectuée le long de la côte ouest, environ 22 requins grisets par année seraient alors capturés par les engins de chalutage. Un plus grand nombre de prises est effectué dans les zones 3C/D de la Commission des pêches maritimes du Pacifique, le long de la côte ouest de l’île de Vancouver. Ces prises totalisent environ 40 p. 100 de toutes les prises (tableau 2).

Tableau 2. Prises par chalut commercial (kg) et nombre de requins grisets trouvés dans les eaux de la Colombie-Britannique de 1996 à octobre 2005 selon les zones de gestion de la Commission des pêches maritimes du Pacifique. Le nombre de requins est estimé en supposant un poids moyen de 50 kg.Source : base de données PacHarvTrawl.
AnnéeZone et prises (kg)
3C
Zone et prises (kg)
3D
Zone et prises (kg)
4B
Zone et prises (kg)
5A
Zone et prises (kg)
5B
Zone et prises (kg)
5C
Zone et prises (kg)
5E
Total (kg)Nombre estimé de requins
1996
 
82
 
252
23
 
 
357
7
1997
107
34
 
84
130
 
 
355
7
1998
1 816
14
14
11
408
 
2 268
4 531
91
1999
308
34
 
194
38
 
581
1 155
23
2000
14
50
91
 
91
 
 
246
5
2001
794
248
441
68
 
 
 
1 551
31
2002
57
136
68
 
231
544
 
1 036
21
2003
103
576
193
27
291
 
 
1 190
24
2004
 
68
 
23
68
91
45
295
6
2005
 
 
65
 
 
 
 
65
1
Total (kg)
3 199
1 242
872
659
1 280
635
2 894
10 781
216

Ce n’est que depuis 2001 que les pêches aux lignes, dont les pêches à l’aiguillat commun, à la morue-lingue, au sébaste, au flétan et à la morue charbonnière, sont suivies par des observateurs en mer avec, généralement, une présence par flotte allant de 10 p. 100 à 15 p. 100 (MPO, 2003, 2004, 2005a). En plus des données d’observateurs en mer, on dispose également des données de quelques pêcheurs qui ont consigné des captures de requins grisets dans leurs journaux de bord. Le programme d’observateurs en mer a enregistré 7,2 tonnes de 2001 à 2004 (tableau 3) tandis que les journaux de bord de pêcheurs ont enregistré 4,7 tonnes de 2001 à 2005 (tableau 4). Puisque les pêcheurs n’étaient pas dans l’obligation de rendre compte des captures de requins grisets dans leurs journaux de bord, la capture réelle ne peut être déterminée, mais serait plus élevée. La pêche au flétan et la pêche à l’aiguillat commun (aussi nommées Annexe II) ont entraîné la capture de la plus importante quantité de requins grisets (annexe 3).

Tableau 3. Prises de requins grisets consignées par des observateurs selon les zones de gestion de la Commission des pêches maritimes du Pacifique et résultant de la pêche aux lignes en Colombie-Britannique. Le nombre de requins est estimé en supposant un poids moyen de 50 kg. Source : base de données PacHarvHL.
AnnéeZone et prises déclarées
(kg)
3C
Zone et prises déclarées
(kg)
3D
Zone et prises déclarées
(kg)
4B
Zone et prises déclarées
(kg)
5A
Zone et prises déclarées
(kg)
5B
Zone et prises déclarées
(kg)
5C
Zone et prises déclarées
(kg)
5D
Zone et prises déclarées
(kg)
5E
Zone et prises déclarées
(kg)
Inconnues
Total (kg)Nombre estimé de requins
2001
18
 
363
 
 
 
 
295
 
676
14
2002
 
2 267
37
562
141
 
95
 
 
3 102
62
2003
262
295
1 031
 
182
113
91
286
 
2 260
45
2004
45
816
104
 
 
 
 
 
181
1 146
23
Total
325
3 378
1 535
562
323
113
186
581
181
7 184
144

 

Tableau 4. Données de prises déclarées (kg) de requins grisets dans journaux de bord de pêcheurs selon la zone de gestion de la Commission des pêches maritimes du Pacifique. Le nombre de requins est estimé en supposant un poids moyen de 50 kg.Source : base de données PacHarvHL.
AnnéeZone et prises déclarées
(kg)
3C
Zone et prises déclarées
(kg)
3D
Zone et prises déclarées
(kg)
4B
Zone et prises déclarées
(kg)
5E
Zone et prises déclarées
(kg)
Inconnues
Total (kg)Nombre estimé de requins
1986
 
 
 
 
67
67
1
1989
 
 
 
 
240
240
5
1990
 
 
 
 
186
186
4
1992
 
145
 
 
 
145
3
1996
 
 
 
 
13
13
0
2001
548
 
110
 
 
658
13
2002
 
 
2 631
987
329
3 947
79
2003
92
 
 
 
 
92
2
2004
14
 
 
 
 
14
0
2005
 
 
18
 
 
18
0
 Total
654
145
2 759
987
835
5 380
108


Il n’existe aucune méthode fiable permettant d’appliquer les données d’observateurs de manière à en dériver une capture réelle. L’application des données relatives aux espèces moins fréquemment capturées comme le requin griset doit se faire avec prudence; néanmoins, ces données offrent un point de départ pour déterminer la capture réelle. On convient aussi de noter que le niveau de présence des observateurs dans le domaine de la pêche aux lignes n’est pas réparti en nombre égal selon le type de bateau (c’est-à-dire que les bateaux plus petits ne peuvent transporter de personnes supplémentaires), ce qui entraîne une source d’erreurs additionnelle puisque les bateaux plus petits sont portés à pêcher dans des eaux mieux protégées et moins profondes. Dans l’hypothèse où les prises de requins grisets observées sont directement proportionnelles à la flottille dans son ensemble, la capture réelle, établie en fonction d’une présence d’observateurs de l’ordre de 15 p. 100, pourrait plutôt avoir été de 12 tonne par année (~ 240 requins) entre 2001 et 2004.

Une autre méthode qui permet d’estimer la capture accessoire réelle est de considérer le ratio de requins grisets observés comme une proportion de l’espèce cible prélevée. Dans le cas de l’aiguillat commun et du flétan du Pacifique, les ratios de requins grisets observés sont respectivement de 7,0 kg et de 1,9 kg par tonne prélevée (annexe 4). De 2001 à 2005, environ 4 100 tonnes d’aiguillats communs et 5 100 tonnes de flétans du Pacifique ont été prélevées annuellement en Colombie-Britannique. Cela aura entraîné une capture estimée possible de 38 tonnes de requins grisets par année (~ 760 requins) (annexe 4).

De façon générale, on en sait très peu sur la capture de requins grisets en Colombie-Britannique. De récentes données d’observateurs montrent que des requins grisets sont régulièrement capturés par les pêches qui visent le flétan et l’aiguillat commun. Depuis 2006, grâce à la surveillance électronique (vidéosurveillance), la pêche aux lignes fait l'objet d’une observation en mer de 100 p. 100 qui aidera à déterminer la capture accessoire réelle de requins grisets. Ces données n’étaient pas encore disponibles au moment de rédiger le présent rapport. Par ailleurs, il se peut que des requins soient capturés mais qu’ils soient en mesure de se libérer de l’hameçon avant d’être amenés à la surface. La mortalité rattachée à la capture accessoire de requins grisets n’a pas été étudiée. Selon un pêcheur d’aiguillats communs, il peut arriver que l’on trouve un requin griset mort dans la ligne-mère s’il s'enchevêtre dans la ligne, mais généralement les requins sont ramenés vivants à la surface et, une fois libérés, ils ont tendance à s’éloigner en nageant vigoureusement (Edwards, comm. pers., 2006).