Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le requin griset au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

La pêche représente la seule menace immédiate connue des populations de requins grisets au Canada. Cette espèce est régulièrement capturée au moyen d’engins à la ligne et, dans une moindre mesure, au moyen d’engins de chalutage. Bien que la capture réelle ne soit pas connue de façon précise, deux estimations de la capture à la ligne, dérivées de données d’observateurs utilisant des méthodes différentes, font état de 12 tonnes et de 38 tonnes par année pour la période de 2001 à 2004. La majorité des poissons capturés sont probablement des individus immatures (voir la section « Interactions avec les pêches »). Entre 1996 et 2005, les prises issues des pêches commerciales au chalut se chiffraient en moyenne à environ 1,1 tonne par année. On ne sait pas dans quelle mesure cette quantité de captures a une incidence sur l’ensemble de la population. Dunbrack et Zielinski (sous presse) ont montré que, des 35 requins qu’ils avaient observés, le tiers portait des cicatrices qui correspondaient à un contact avec un engin de pêche. Aucun des sept requins de taille supérieure à 280 centimètres ne portait de cicatrices, ce qui porte à croire que les animaux de plus grande taille ne viennent pas en contact avec les engins de pêche ou qu’ils sont plus aptes à s’en libérer sans se blesser.