Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l’omble de fontaine aurora (Salvelinus fontinalis timagamiensis) au Canada (version finale)


II. Rétablissement

  1. Buts, objectifs et approches du rétablissement
    1. Buts du rétablissement
    2. Objectifs de rétablissement à court terme
    3. Approches au rétablissement
  2. Habitat essentiel
    1. Désignation de l’habitat essentiel de l’espèce
    2. Exemples d’activités susceptibles d’ entraîner la destruction de l’habitat essentiel
    3. Calendrier des études
  3. Effets sur d'autres espèces
  4. Échelle de rétablissement recommandée
  5. Énoncé sur le moment où un ou plusieurs plan d'action relatif au programme de rétablissement sera complété
  6. Évaluation
  7. Activités permises dans le cadre du Programme de rétablissement

1. Buts, objectifs et approches du rétablissement

a) Buts du rétablissement

Bien que les données historiques sur la population et la biomasse de ces lacs ne soient pas disponibles, l'équipe de rétablissement a pu établir des buts pour le rétablissement de l'omble de fontaine aurora. Ces buts sont fondés sur la  connaissance des populations d'omble de fontaine vivant dans des eaux oligotrophes similaires, sur la population et la biomasse actuelles des lacs indigènes et sur la réalisation que la réacidification représente la principale menace de ces populations.

Voici le principal but à long terme de ce programme de rétablissement :

Maintenir des populations autosuffisantes et viables d'omble de fontaine aurora  dans les deux lacs indigènes (Whirligig et Whitepine) avec une cible minimale de biomasse de 13 kg/ha pour le lac Whirligig et de 12 kg/ha pour le lac Whitepine, une densité de poissons adultes de 29 poissons par hectare pour le lac Whirligig et de 20 poissons par hectare pour le lac Whitepine, et une structure des classes où il n'y a pas de classes d'âge manquantes. Ces cibles doivent être atteints sans autre intervention humaine (p. ex. le chaulage).

Les valeurs ci-dessus représentent la limite inférieure de l'intervalle de confiance de 95 % des estimations de la biomasse et de la population adulte provenant d'une enquête sur le terrain (pour reconnaître l'incertitude statistique des estimations de population). Cette enquête a été effectuée plus de 10 ans après que l'omble de fontaine aurora a été réintroduit dans les lacs indigènes et on prend pour acquis que les populations sont maintenant stables.

L'équipe de rétablissement soutient que les cibles identifiées ci-dessus peuvent être atteintes sans que d'autre chaulage complet de lac soit nécessaire pour au moins 10 ans. Si tel est le cas, COSEPAC pourrait éventuellement songer à inscrire l'omble de fontaine aurora à une catégorie moindre de risque ou à le retirer de la liste.

En plus du but principal, trois buts secondaires de rétablissement ont été déterminés :

  1. établir une population autosuffisante viable d'omble de fontaine aurora dans un ou deux lacs non indigènes bien tamponnés qui serviront de refuge à un cheptel de géniteurs à l'état sauvage pour les populations indigènes des lacs Whitepine et Whirligig,
  2. élucider le statut taxinomique de l'omble de fontaine aurora, c'est-à-dire déterminer si l'omble de fontaine aurora est distinct de l'omble de fontaine au niveau de la génétique moléculaire,
  3. maintenir le programme de reproduction en captivité.

L'équipe de rétablissement croit qu'il est nécessaire d'établir une population  d'omble de fontaine aurora autosuffisante viable dans une masse d'eau libre de toute menace connue. La masse d'eau choisie servira de refuge aux cheptels de géniteurs à l'état sauvage dans l'éventualité d'une nouvelle disparition des eaux indigènes ou d'un événement imprévu qui pourrait compromettre le programme de reproduction en captivité. Si on ne trouve pas de différences génétiques significatives entre l'omble de fontaine aurora et l'omble de fontaine, il se pourrait que le COSEPAC songe à retirer l'omble de fontaine aurora de la liste ou de l'inscrire comme une race spécifique ou une population plutôt qu'une sous-espèce. Même si on ne trouve pas de différences génétiques, l'omble de fontaine aurora continuerait d'être géré par le MRNO en tant qu'élément unique de la biodiversité de l'Ontario étant donné ses variations phénotypiques.

b) Objectifs de rétablissement à court terme

Les objectifs de rétablissement à court terme suivants permettent centrer les initiatives de rétablissement des trois à cinq prochaines années (2005-2010). Ces objectifs seront atteints par la création d'un certain nombre de groupes de mise en vigueur du rétablissement (GMVR). L'ÉROFA continuera d'agir comme le GMVR surveillant, mais établira un certain nombre de GMVR axés sur des tâches précises afin d'appuyer la mise en vigueur des différents aspects de ce programme de rétablissement.

  1. Les GMVR s'assureront de la poursuite à long terme de la cueillette de données et de la surveillance de la qualité de l'eau, du niveau trophique des  chaînes alimentaires et de l'état des populations d'omble de fontaine aurora  rétablies dans les lacs Whirligig et Whitepine. Le protocole s'élargira pour inclure la cueillette de données et la surveillance des futures eaux où une population autosuffisante non indigène sera établie.

  2. Un GMVR génétique effectuera un examen des données génétiques moléculaires en utilisant les techniques les plus avancées et les marqueurs moléculaires les plus récents (tels que le ITS nucléaire des introns de régions et de gènes). La raison d'être de ces études consiste à déterminer si l'omble de fontaine aurora est génétiquement distinct de l'omble de fontaine, à entreprendre des enquêtes sur une éventuelle dépression génétique de consanguinité, et à présenter une recommandation de plan d'action pour réduire les impacts si la consanguinité est jugée comme étant une menace.

  3. Voici les tâches du GMVR à vocation scientifique :
    1. S'assurer que les données et les analyses pour les évaluations sur le terrain des lacs indigènes sont complétées et que les résultats sont documentés en temps opportun afin d'offrir des conseils sur les plans d'action futurs. Synthétiser les données et les analyses antérieures dans un rapport pour que les renseignements pertinents soient disponibles.
    2. Compléter la modélisation de la charge critique de dépôts de sulfate dans les lacs indigènes qui maintiendrait le pH au-dessus de 5,0.
    3. Effectuer des évaluations de l'habitat de frai du lac Whitepine. Présentement, on ne connaît que les emplacements généraux dans le lac Whitepine. Des calculs du flux de l'eau souterraine du lac Whirligig sont également requis.
    4. Élaborer une gamme de critères fondée sur les besoins de l'habitat essentiel de l'omble de fontaine aurora afin d'appuyer les gestionnaires à identifier les eaux appropriées pour l'établissement d'une ou de deux populations d'omble de fontaine aurora non indigènes. Si établies, ces populations agiraient comme refuge pour les cheptels de géniteurs à l'état sauvage afin de minimiser les risques entourant la viabilité de l'omble de fontaine aurora dans l'éventualité d'une perte catastrophique au sein du programme de reproduction en captivité ou de sa nouvelle disparition des lacs indigènes.
    5. Aider à l'établissement d'une telle population de géniteurs à l'état sauvage.
    6. Élaborer une stratégie de reproduction qui met en pratique la connaissance recueillie dans le cadre de l'objectif à court terme nº 2  (ci-dessus).


  4. Un programme de rétablissement approuvé permettra de poursuivre les occasions limitées de pêche sportive (pour obtenir plus de détail, consultez la section 12 – Activités permises dans le cadre du programme  de rétablissement).

  5. Voici les tâches du GMVR axé sur les communications :
    1. Élaborer et mettre en vigueur un plan de communications pour obtenir la coopération d'intervenants et partenaires éventuels, dont les organismes gouvernementaux, l'industrie, les groupes environnementaux et le public.
    2. Réviser, livrer et contrôler une campagne de sensibilisation pour mesurer le succès du maintien des occasions de pêche sportive spécialement réglementées de l'omble de fontaine aurora. Il s'agit d'un moyen d'accroître la sensibilité du public et de générer de l'appui pour les espèces en péril en général.
    3. Mettre à jour les brochures, les vidéos, les expositions et les sites Web et en créer de nouveaux, au besoin, pour faciliter la diffusion des messages de rétablissement.
    4. Réviser et mettre à jour la politique et la législation provinciales sur l'omble de fontaine aurora qui offrent une protection à toutes les populations d'omble de fontaine aurora et aux bassins versants qu'ils habitent.

c) Approches au rétablissement

Les approches générales qu'on a déterminées pour le rétablissement comprennent la législation et la politique, la recherche, la gestion de l'habitat et la gestion de la population. Le détail des mesures se rapportant à chaque approche se trouve au tableau 2.

Tableau 2. Stratégies et approches au rétablissement
PrioritéNº du SujetApproche généraleMenace traitéeÉtapes spécifiquesEffets anticipés
Mineure5(iv)Législation et politiqueTouteRéviser les politiques et la législation pertinente pour déterminer le niveau actuel de protection accordé à l'omble de fontaine aurora et recommander les améliorations appropriées.Établir un cadre réglementaire efficace pour l'ensemble de la préservation de l'omble de fontaine aurora.
 
Mineure5(iv)Législation et politiqueTouteOffrir des données et des conseils sur les révisions à la politique provinciale sur l'omble de fontaine aurora.Mettre à jour la politique provinciale sur l'omble de fontaine aurora offrant une orientation stratégique à la préservation et à la gestion de l'omble de fontaine aurora et son habitat.
Mineure5(iv)Législation et politiqueTouteOffrir des données et des conseils sur lignes directrices existantes relatives à la protection de l'habitat protection.Mettre à jour la protection provinciale accordée aux lacs de l'omble de fontaine aurora, particulièrement les lacs renfermant l'omble de fontaine aurora qui se trouvent à l'extérieur des zones protégées (c.-à-d. les parcs provinciaux)
Élevée2RechercheConsanguinitéEnquêter sur la taxinomie de l'omble de fontaine aurora en utilisant de nouvelles procédures et de nouveaux marqueurs génétiques. Recueillir des données moléculaires des échantillons représentatifs des populations d'omble de fontaine aurora et d'omble de fontaine vivant à l'état sauvage et en écloserie. On utilisera des marqueurs moléculaires plus récents (ITS nucléaire, introns de gènes) pour déterminer si des différences fixes et précises existent entre l'omble de fontaine aurora et l'omble de fontaine.Si on trouve des différences fixes, le COSEPAC aurait la preuve quantitative nécessaire pour conserver l'omble de fontaine aurora sur la liste statutaire des espèces en péril. Si l'utilisation de ces nouvelles techniques n'en arrive pas à repérer des différences fixes (ce qui serait compatible avec les évaluations génétiques antérieures), il n'y aurait pas de justification de génétique moléculaire pour le maintien de l'omble de fontaine aurora sur la liste statutaire et on pourrait songer à l'inscrire dans une catégorie de moindre risque ou de le retirer de la liste (ou l'omble de fontaine pourrait être maintenu comme une population désignée à risque). Si cette recherche fournit au COSEPAC de preuves pour retirer l'omble de fontaine aurora de la liste nationale des espèces en péril, la province de l'Ontario continuerait de gérer l'omble de fontaine aurora comme un élément unique de la biodiversité mondiale. Deuxièmement, il faut établir le statut taxinomique de l'omble de fontaine aurora  avant de songer à des solutions éventuelles d'infusion de nouveau matériel génétique.
Élevée2RechercheConsanguinitéEnquêter sur la possibilité de dépression de consanguinité découlant de la faible population originelle en examinant le matériel génétique historique disponible (p. ex. tissue, écailles, spécimens préservés).On a émis l'hypothèse que la faible quantité originelle mène à la diversité plus faible (et donc à moins de résistance) de la présente population par rapport aux populations des 1940 et 1950. Les analyses génétiques établiront peut-être si la diversité historique est représentée adéquatement aujourd'hui. Cette analyse offrirait également des renseignements sur la présente vigueur du stock et appuiera peut-être l'élaboration de solutions pour traiter la viabilité à long terme de l'omble de fontaine aurora.
Moyenne2, 3(vi)RechercheConsanguinitéPoursuivre l'évaluation de l'étendue des menaces potentielles de consanguinité au moyen d'examens supplémentaires de la 2e génération de croisements de l'omble de fontaine aurora et de la souche du Nipigon de l'omble de fontaine. Ces poissons doivent être élevés et maintenus uniquement en écloserie. Il n'est pas question d'utiliser ces poissons pour empoissonner dans la nature sauvage avant que la taxinomie de l'omble de fontaine aurora soit clarifiée.Des croisements expérimentaux clarifieraient si une consanguinité existe chez l'omble de fontaine aurora élevé en captivité. De plus, la recherche donnerait une idée de la diversité du CMH (complexe majeur d'histocompatibilité – les gènes fonctionnels responsables des capacités de réponse immunitaire) de l'omble de fontaine aurora et indiquerait si ces gènes ont encore la capacité d'évoluer.
Moyenne2, 3(vi)RechercheConsanguinitéSi l'omble de fontaine aurora est génétiquement distinct de l'omble de fontaine, il peut encore y avoir une menace de consanguinité. Afin d'optimiser la diversité génétique disponible, il faut axer les efforts vers la localisation des individus plus génétiquement diversifiés afin de développer la meilleure combinaison possible pour les croisements. Il existe une chance d'augmenter la valeur adaptive du système de reproduction de l'omble de fontaine aurora sans causer d'impacts sur le phénotype.Permettre d'exploiter au maximum l'ensemble de la diversité génétique disponible présentement chez l'omble de fontaine aurora. Il s'agit d'un travail intense, exigeant beaucoup de temps, qui ne résoudra peut-être pas la menace de consanguinité, si elle existe. Malgré cela, cette méthode demeure la meilleure pour optimiser la diversité génétique sans compromettre l'intégrité génétique et phénotypique de l'omble de fontaine aurora.
Moyenne2, 3(vi)RechercheConsanguinitéSi les résultats de l'enquête taxinomique déterminent que l'omble de fontaine aurora n'est pas génétiquement distinct de l'omble de fontaine, on aura la possibilité de concevoir une méthode de gestion expérimentale. C'est-à-dire que l'ensemencement croisé de l'omble de fontaine aurora pur par rapport à l'omble de fontaine aurora  x  l'omble de fontaine pourrait être élevé et suivi pendant deux ou trois générations afin de comparer sa capacité reproductrice. Au départ, on ne garderait ces poissons en écloserie que pour 2 ou 3 générations, mais selon ce scénario, les poissons pourraient servir à empoissonner des lacs non indigènes et les comparaisons au sujet de leur valeur adaptive se feraient dans le cadre des conditions du terrain.Les deux ne feraient pas partie d'une telle expérience et contiendraient toujours de l'omble de fontaine aurora pur en stock. Les résultats de cette recherche permettraient aux chercheurs de déterminer quelle souche est la plus féconde. De plus, l'étude permettrait d'examiner les avantages et les conséquences de l'introduction de gênes de l'omble de fontaine dans l'omble de fontaine aurora pour améliorer la valeur adaptive du système de reproduction de l'omble de fontaine aurora sans compromettre le phénotype  (c.-à-d. créer un phénotype de l'omble de fontaine aurora portant des gènes pour augmenter la diversité génétique). Des discussions supplémentaires sur l'ÉROFA seront requises avant la mise en vigueur de cette approche.
Moyenne1, 2RechercheConsanguinitéLa surveillance génétique doit se faire chez l'omble de fontaine aurora jeune et adulte dans les deux lacs indigènes. Des échantillons génétiques non létaux sont requis pour repérer la diversité génétique à travers plusieurs générations.Fournir la preuve que des changements dans la diversité génétique a lieu au fil du temps. Il permettra de prouver si les populations d'omble de fontaine aurora sont ou non encore capables de changement évolutif. Cela permettra également de faire des liens avec des poissons individuels afin d'établir un pedigree.
Élevée1, 3(iii), 4(iv)Gestion de l'habitatTouteEnquêter sur l'habitat essentiel (p. ex. l'habitat du frai) de l'omble de fontaine aurora en se fondant  sur les études effectuées dans les deux lacs et décrire les détails nécessaires.Fournir une connaissance de base sur l'habitat essentiel qui pourra servir à développer les critères d'évaluation des éventuels lacs non indigènes pour des introductions futures, permettant ainsi l'établissement de populations autosuffisantes supplémentaires viables.
Élevée1, 3(ii), 3(iv)Recherche, habitat et gestion de la populationAcidificationLa modélisation de la charge critique sera complétée pour déterminer les objectifs de réduction des polluants atmosphériques nécessaire pour empêcher la réacidification. On doit réduire les polluants à un niveau où le pH ne sera pas amoindri de nouveau dans l'avenir. Cela éliminera les impacts négatifs de l'acidification sur le recrutement de l'omble de fontaine aurora.Une modélisation similaire est déjà complétée pour un certain nombre de lacs dans le parc provincial de Killarney. Les réductions des émissions atmosphériques responsables des pluies acides contribueront à l'amélioration de la qualité de l'eau. La modélisation fournira des renseignements supplémentaires à l'Équipe de rétablissement et aux groupes associés de mise en vigueur du rétablissement, leur permettant de déterminer quand il sera nécessaire d'effectuer un chaulage dans l'avenir. De plus, la connaissance de l'étendue des réductions en polluants atmosphériques requises représente une information historique nécessaire au ME pour le développement des certificats d'autorisation pour l'industrie.
Élevée3(iii), 3(iv)Recherche, habitat et gestion de la populationCorrige une lacune du savoirLe besoin de définir les caractéristiques d'un site de frai adéquat. Il semble que les remontées d'eau souterraine sont nécessaires, bien qu'on ne soit pas bien renseigné sur la vitesse du débit requise pour un frai réussi.Il faut connaître les besoins en eau souterraine pour le frai afin de sélectionner les lacs qui deviendront des candidats pour des introductions dans l'avenir. L'établissement de populations satellites autosuffisantes et non indigènes est souhaitable pour le maintien de la vitalité future de l'espèce.
Élevée3(v), 5(iv)Habitat et gestion de la populationAcidificationUne évaluation de classe (EC) des parcs provinciaux et des réserves de terres sous conservation sera complétée pour le lac Little Whitepine. Cette étape requière l'autorisation du surintendant du parc provincial Lady Evelyn Smoothwater puisque la présente politique de Parcs Ontario interdit généralement l'introduction d'espèces qui ne sont pas indigènes aux eaux réceptrices. Un dépistage de l'évaluation des risques tel qu'exposé dans le Code national sur l'introduction et le transfert d'organismes aquatiques sera requis.L'achèvement de l'ÉE permettra d'obtenir une autorisation pour des empoissonnements du lac Little Whitepine dans le futur. Le lac Little Whitepine est un candidat idéal puisqu'il se trouve dans le bassin hydrographique original, sans jamais avoir été acidifié pourtant. L'hydrochimie est acceptable pour les besoins de l'établissement d'une population autosuffisante; toutefois, les questions relatives à l'habitat de frai doivent être évaluées.
Élevée5(iv)Habitat et gestion de la populationAcidificationUne évaluation de classe des parcs provinciaux et des réserves de terres sous conservation sera requise pour permettre un traitement de chaulage complet des lacs indigènes, s'il y a lieu.Bien que les résultats suggèrent que le chaulage complet de lac n'est pas nécessaire à court terme, ce serait idéal de compléter une ÉE au préalable pour s'assurer qu'il n'y aura pas de délai si le chaulage devenait nécessaire pour les lacs indigènes dans l'avenir. L'ÉROFA décidera si une ÉE peut être complétée d'avance pour éviter des délais éventuels.
Élevée1, 5(i), 5(iii), 5(iv)Habitat et gestion de la populationTouteLe plan directeur du parc Lady Evelyn- Smoothwater doit être complété. L'équipe de rétablissement  suggère que ce plan doit non seulement être complété, mais doit aussi intégrer les mesures de rétablissement et la gestion des lacs indigènes de l'omble de fontaine aurora.L'achèvement du plan du parc permettra une meilleure coordination des mesures de rétablissement et de gestion entre les gestionnaires du parc et l'ÉROFA.
Élevée1Habitat et gestion de la populationTouteMaintenir des programmes à long terme de surveillance de la qualité de l'eau et des invertébrés benthiques dans les lacs Whitepine et Whirligig. Ce programme sera étendu à mesure que des populations non indigènes se reproduisant à l'état sauvage seront établies. Il faut examiner les données recueillies jusqu'à maintenant et réévaluer la fréquence actuelle de l'échantillonnage. Toutes les mesures de surveillance des lacs indigènes (ce point prioritaire et les deux suivants) doivent être accomplies en collaboration avec l'ÉROFA et Parcs Ontario.Fournir des renseignements essentiels sur l'état de la qualité de l'eau des lacs de l'omble de fontaine aurora. Cela est particulièrement essentiel aux populations des lacs indigènes. Ces renseignements aideront à déterminer si des événements d'intervention supplémentaires seront essentiels ou non à court terme pour empêcher une nouvelle disparition de l'omble de fontaine aurora. On doit noter qu'il faut obtenir une autorisation du surintendant du parc pour tout travail effectué à l'intérieur d'un parc provincial.
Élevée1, 3(i)Gestion de la populationTouteTerminer la présente ébauche du rapport d'étape sur l'omble de fontaine aurora. De plus, compiler toutes les données et compléter les rapports relatifs aux enquêtes sur les populations de poissons effectuées aux lacs Whitepine et Whirligig.L'achèvement de ces rapports offrira aux gestionnaires de ressources l'accès aux données les plus pertinentes et des mises à jour sur le statut de l'omble de fontaine aurora.
Élevée1, 2, 3(i), 3(iv)Gestion de la populationTouteContinuer d'effectuer des enquêtes pour établir des estimations sur la population, des estimations de biomasse, le taux de croissance, la structure des classes d'âges, la proportion des sexes, et pour obtenir du matériel génétique, etc. des lacs Whitepine et Whirligig. Répéter au moins une fois par 5 ans et à une plus grande fréquence si les résultats suggèrent une possibilité de disparition. Ce travail d'enquête sera élargi pour inclure toutes les eaux futures où l'omble de fontaine aurora est introduit avec l'intention d'établir des populations autosuffisantes.Offrir les renseignements essentiels de base requis pour évaluer le succès de la réintroduction dans les lacs indigènes (et dans les lacs non indigènes). Ces renseignements sur la population des lacs indigènes offriront également des idées sur la manière de déterminer le besoin d'une intervention future (p. ex. le chaulage complet d'un lac) pour prévenir la disparition de l'omble de fontaine aurora.
Élevée2, 3(v), 3(vi), 4, 5(ii)Gestion de la populationS/OTel que stipulé au paragraphe 83(4) de la Loi sur les espèces en péril, une personne peut participer dans une activité autrement interdite si l'activité est permise par un programme de rétablissement et la personne est autorisé par une acte de Parlement. Les activités qui sont permises par ce programme de rétablissement au paragraphe 83(4) sont décrites à la section 12 – Activités permises par le programme de rétablissement.Le maintien des occasions limitées de pêche à la ligne accroîtra la connaissance et l'intérêt du public à l'égard de l'espèce et son appui aux efforts de rétablissement. D'autres activités, telles que la collecte d'œufs dans le lac où il y a des cheptels de géniteurs et l'échantillonnage létal et non létal sont nécessaires pour s'assurer de la durabilité de l'omble de fontaine aurora. Le maintien de ces activités est essentiel pour que les gestionnaires puissent continuer de surveiller le succès à long terme des populations des lacs indigènes, de même que pour le personnel de l'écloserie qui doit s'assurer qu'aucun agent de maladie n'est introduit par mégarde dans l'environnement de l'écloserie.   
Élevée2, 3(v), 3(vi)Gestion de la population Maintien du cheptel géniteur de l'écloserieContinuer de maintenir la culture et les installations de production de l'omble de fontaine aurora à la Station piscicole Hills Lac et continuer d'utiliser le lac Alexander comme lac de cheptels de géniteurs.Offrir des occasions de collecte d'œufs parmi les cheptels de géniteurs présentement gérés afin de s'assurer de la survie à long terme des populations d'omble de fontaine aurora. Le maintien du lac Alexander fait en sorte que les l'ensemble du cheptel de géniteurs ne sera pas perdu dans l'éventualité d'une catastrophe chez la population de l'écloserie et vice versa. Le cheptel de géniteurs sert de comparaison avec les populations indigènes réintroduites afin de détecter les différences. On utilise également le cheptel géniteurs pour produire les poissons des stocks destinés aux lacs de pêche à la ligne ensemencés.
Élevée3(vi)Gestion de la populationConsanguinitéÉlaborer une stratégie de reproduction fondée sur les résultats de la recherche sur l'évaluation taxinomique et d'autres études génétiques.Fournir une méthode pour optimiser la diversité génétique de l'omble de fontaine aurora.
Élevée4, 5(ii)Gestion de la populationS/OMaintenir un total de neuf lacs de pêche à la ligne avec le surplus des poissons de l'écloserie.Fournir d'excellentes occasions de conscientiser et d'éduquer les gens au sujet des difficultés des espèces en péril et en particulier celles de l'omble de fontaine aurora. Cela n'affecte pas le rétablissement de l'omble de fontaine aurora parce que la pêche est interdite en tout temps aux lacs indigènes (de même qu'à tout lac non indigène où il y a de la reproduction naturelle et au lac Alexander). En limitant à neuf le nombre maximum de lacs de pêche à la ligne d'omble de fontaine aurora et en minimisant leur distribution géographique, on s'assure que l'omble de fontaine aurora demeurera un élément unique de la biodiversité mondiale. L'expansion sans restriction des occasions de pêche à la ligne ne servira qu'à minimiser le caractère unique de l'omble de fontaine aurora et la valeur de conservation qu'il représente.
Moyenne3(iv), 3(v)Gestion de la populationAcidification. Atteindre un but secondaire du rétablissementExaminer le potentiel d'autres eaux pouvant soutenir une population autosuffisante d'ombre de fontaine aurora. On accordera une préférence aux lacs qui se trouvent dans le bassin hydrographique d'origine. Cependant, étant donné les questions de dépôts d'acide et de qualité de l'eau des lacs indigènes,  il faudra peut-être évaluer des eaux à l'extérieur du  bassin versant d'origine. Dans ce cas, on accordera la préférence aux bassins versants adjacents, ensuite à ceux de la région du Nord-Est, et ensuite à d'autres bassins versants à l'extérieur de la région du Nord-est. Tout lac sélectionné doit satisfaire aux critères de sélection établis par l'Équipe de rétablissement. Les zones de dépôts acides seront également prises en considération au moment de l'évaluation des éventuelles nouvelles masses d'eaux.On accordera généralement la priorité aux eaux appropriées les plus rapprochées des lacs indigènes ayant le plus bas taux de dépôts acides pour l'établissement d'une population satellite autosuffisante. La zone de recherche d'eaux appropriées commencera dans le bassin versant d'origine et s'étendra vers l'extérieur à partir de là. Toute masse d'eau sélectionnée pour une introduction sera assujettie à une évaluation de classe et à l'exécution du dépistage de l'évaluation des risques exposée dans le Code national sur l'introduction et le transfert d'organismes aquatiques.
Mineure4, 5(i), 5(ii)Gestion de la populationRécolte illégaleEncourager une plus grande observation chez les pêcheurs par l'éducation et en augmentant le niveau actuel d'exécution et de surveillance.S'assurer que des événements de non-conformité relatifs à des fermetures de lac n'aient pas lieu afin d'aider aux efforts présents et futurs de rétablissement.
Mineure4, 5(ii), 5(iv)Gestion de la population Établir des critères pour la sélection des nouveaux lacs de pêche à la ligne dans l'éventualité où les lacs actuels cessent de convenir à l'empoissonnement.Offre des directives sur la sélection des masses d'eau qui seront les candidates éventuelles pour devenir des lacs de pêche à la ligne dans l'éventualité où les lacs actuels sont compromis.
Mineure5(i), 5(ii), 5(iii)Habitat et gestion de la populationTouteMettre à jour la brochure actuelle sur l'omble de fontaine aurora.Offre des messages clair au public et aux autres sur le statut présent de l'omble de fontaine aurora. Ceci et d'autres produits de communications doivent être élaborés en coopération avec Parcs Ontario et la Direction de la pêche et de la faune du MRNO.
Mineure5(i), 5(ii), 5(iii)Habitat et gestion de la populationTouteÉtablir une présentation sur la biodiversité dans le parc provincial Lady Evelyn Smoothwater (ou dans un autre bureau avoisinant de Parcs Ontario) et peut-être même aux lacs de pêche à la ligne.Semblable à la présentation élaborée à l'installation de pisciculture de Hills Lake, cette présentation servira d'outil éducatif dans la prestation des messages sur les espèces en péril.
Mineure5(i), 5(iii)Habitat et gestion de la populationÉcart de savoirObserver et documenter sur vidéo le comportement de l'omble de fontaine aurora pendant le frai pour utilisation dans les présentations.Fournir d'excellentes images vidéo aux entreprises de télévision qui recherchent toujours les plus récentes informations sur cette histoire phare à succès qu'est l'histoire des espèces en péril.
Mineure5(i), 5(ii), 5(iii)Habitat et gestion de la populationIntroduction d'espèces envahissantesÉduquer les pêcheurs à la ligne sur les conséquences de l'utilisation d'appâts vivants dans les lacs d'omble de fontaine aurora au moyen de brochures et de panneaux aux lacs de pêche à la ligne d'omble de fontaine aurora qui existent présentement.Aidera à prévenir l'introduction d'espèces non indigènes dans les lacs ensemencés d'omble de fontaine aurora. Cela sera coordonné par le programme sur les espèces envahissantes qui existe présentement au MRNO et pourrait comprendre des partenariats avec des organisations telles que l'OFAH.

2. Habitat essentiel

a) Désignation de l'habitat essentiel de l'espèce

Ce programme de rétablissement identifie les deux lacs indigènes, le lac Whirligig et le lac Whitepine, comme habitat essentiel pour le rétablissement de l'omble de fontaine aurora. Une approche globale a été fait, plutôt qu'une approche en fonction de l'habitat, étant donné que l'habitat essentiel de l'espèce dépend du fait que les lacs soient traités comme un système holistique. Cette approche est prudente à cause de la petite taille des lacs indigènes et elle est raisonnable étant donné qu'ils sont situés dans une aire protégée – le parc provincial Lady Evelyn Smoothwater (un parc sauvage).

b) Exemples d'activités susceptibles d'entraîner la destruction de l'habitat essentiel

Les deux lacs indigènes sont situés dans les limites d'un parc sauvage, de sorte qu'ils sont protégés des activités d'utilisation du sol (p. ex. exploitation des ressources comme la foresterie ou l'exploitation minière, construction de routes, aménagement urbain, etc.) qui poseraient autrement une préoccupation en raison des impacts négatifs éventuels sur l'habitat essentiel. Toutefois, ils continuent de demeurer vulnérables à l'acidification en raison des rejets industriels, ce qui doit être surveillé de près.

Les deux lacs bénéficient d'une certaine protection par l'application des Lignes directrices sur la gestion des matières ligueuses pour la protection de l'habitat du poisson. De plus, la Loi sur les pêches prévoit une protection générale de l'habitat du poisson. Tous les lacs sont protégés contre la détérioration, la description ou la perturbation de l'habitat en vertu de cette loi.

c) Calendrier des études

Selon l'équipe de rétablissement, il existe de l'information suffisante pour justifier la proposition d'identifier les masses d'eaux globales comme habitat essentiel pour les lacs indigènes (section 6 (a)). Toutefois, des études sont nécessaires pour documenter pleinement les frayères dans le lac Whitepine et pour identifier les débits des eaux souterraines dans les deux lacs indigènes. Une considération supplémentaire associée à la définition de l'habitat essentiel des lacs non indigènes doit être accordée, particulièrement pour les lacs qui seraient maintenus par la reproduction naturelle. Une surveillance de la reproduction naturelle dans tout nouveau lac introduit sera nécessaire. Si une reproduction naturelle est constatée dans un des lacs non indigène, des éléments de l'habitat essentiel comme les frayères pourraient être ajoutés comme modification à cette stratégie à mesure que ces lieux sont identifiés. Si on détermine que la désignation de l'habitat essentiel est avantageuse dans les lacs empoissonnés, les habitats de ces lacs pourraient également être ajoutés par une modification à cette stratégie.

Le lac Alexander et les autres lacs qui doivent être utilisés pour l'établissement de populations non indigènes autosuffisantes (p. ex. le lac Southeast Campcot et le lac Northeast Campcot) ne seront pas identifiés comme l'habitat essentiel de l'espèce à ce moment-là. À mesure que les études supplémentaires seront complétées pour déterminer l'habitat essentiel spécifique de l'omble de fontaine aurora, les éléments de l'habitat des lacs non indigènes pourront être identifiés comme habitat essentiel par une modification à cette stratégie.

3. Effets sur d'autres espèces

Avant la disparition, mais durant les stades ultérieurs du déclin, Sale (1964) a constaté que l'omble de fontaine aurora du lac Whitepine coexistait avec l'omble de fontaine et le meunier noir (Catostomus commersoni) et seulement avec le meunier noir dans le lac Whirligig. Aucune autre espèce n'était apparente. Il a signalé que la faune invertébrée était caractéristique des lacs de la région avec la présence des Chironomidae, Trichoptera, Odonata, Notonectidae et Gyrinidae; toutefois, le zooplancton (Copépodes et Cladocères) était présent seulement en petite quantité et le Gammarus était absent. L'écrevisse (Orconectes sp.) était également présente.

Actuellement, les populations d'omble de fontaine aurora réintroduites autosuffisantes sont la seule espèce de poisson dans les deux lacs indigènes. Des évaluations des communautés d'invertébrés ont été entreprises après chaque traitement à la chaux du lac Whirligig pour déterminer les impacts des traitements sur le biote. La richesse et l'abondance des espèces ont augmenté après chaque chaulage, mais dans l'ensemble, la composition des espèces reflète des environnements de faible productivité (E. Snucins, communication personnelle). Le nombre de taxons de phytoplancton a presque doublé au milieu des années 1990, alors que les espèces de zooplancton n'ont que légèrement augmenté comparativement à leur abondance avant le chaulage. Les espèces sensibles aux acides sont rares ou absentes, mais les espèces tolérantes aux acides, particulièrement les plus grands cladocères, qui sont la proie préférée d'espèces planctivores comme l'omble de fontaine aurora, sont présentes en grand nombre. Les odonates ont diminué. Par contre, éphéméroptères ont augmenté en raison d'une augmentation de l'abondance d'une espèce existante (Leptophlebia sp.) et de la colonisation fructueuse d'une espèce sensible aux acides (Stenacron interpunctatum) (Carbone et al. 1998).

Dans les cas où l'introduction de l'omble de fontaine aurora est considérée dans des eaux non indigènes, on prévoit qu'il y aura un certain impact. Il est recommandé dans chaque cas qu'une évaluation des facteurs abiotiques et de la communauté biotique avant et après soit entreprise afin de déterminer s'il y a des effets négatifs et leur étendue. Avant toute future introduction, une évaluation environnementale par catégorie pour les projets d'intendance des ressources et d'aménagement d'installations devra être entreprise pour tout lac situé sur les terres de la Couronne, ou l'évaluation environnementale par catégorie pour les parcs provinciaux et les réserves de conservation devrait être entreprise pour tout lac situé dans un parc provincial ou une réserve de conservation. De plus, le processus d'examen préalable de l'évaluation des risques souligné dans le Code national sur les introductions et les transferts d'organismes aquatiques devrait être complété. Les évaluations environnementales par catégorie ont été complétées pour toutes les introductions récentes d'omble de fontaine aurora. Au moment de rédiger ce rapport, une évaluation environnementale par catégorie et un examen préalable de l'évaluation des risques sont en cours pour un nouveau lac contenant l'omble de fontaine aurora (lac Timmins no57). Aucune autre introduction n'a eu lieu depuis la publication du Code national en septembre 2003.

4. Échelle de rétablissement recommandée

L'omble de fontaine aurora convient idéalement à l'effort de planification du rétablissement d'une espèce puisque son aire indigène est très limitée et qu'elle se retrouve naturellement dans de simples communautés de poissons. Il n'y a aucune autre espèce « en péril » ou rare occupant les mêmes lacs ou les mêmes bassins versants pour permettre la considération d'un processus de planification du rétablissement de multiples espèces. Puisque le parc provincial Lady Evelyn Smoothwater est en voie d'élaborer un plan de gestion, il y aura des possibilités de compléter les mesures de rétablissement (associées aux deux lacs indigènes) avec les activités et les politiques du parc.

5. Énoncé sur le moment où un ou plusieurs plan d'action relatif au programme de rétablissement sera complété

Un plan d'action, sous la forme du plan provincial de gestion de l'omble de fontaine aurora, guide les mesures de rétablissement depuis 1983. Ce plan, produit par le Comité de gestion de l'omble de fontaine aurora, a été révisé deux fois – une fois en 1993 pour la période d'exploitation de 1994 à 2004, et une deuxième fois en 2000 pour la période de 2000 à 2010. Le plan de gestion actuel doit être examiné et mis à jour pour s'assurer qu'il satisfait aux exigences d'un plan d'action de rétablissement en vertu de la Loi sur les espèces en péril moins d'un an après l'approbation de ce programme de rétablissement. Le plan d'action de rétablissement fournira des détails supplémentaires sur les tâches de rétablissement à compléter, les protocoles d'échantillonnage et de gestion à suivre et le moment et la fréquence de tâches comme la surveillance et l'évaluation.

Depuis le tout début du plan de gestion de l'omble de fontaine aurora en 1983, le Comité de gestion de l'omble de fontaine aurora (appelé ÉROFA dans cette stratégie) a fonctionné comme un GMVR superviseur. La structure et le rôle actuels de l'ÉROFA se poursuivraient pour le processus décisionnel et pour guider les mesures de gestion concernant les initiatives de rétablissement. Étant donné l'orientation du rétablissement indiquée dans cette stratégie, il est probable que l'ÉROFA continuera d'agir comme GMVR superviseur, mais qu'il établira des GMVR axés sur les tâches pour aborder chacune des approches globales dont il est question dans la section 6 (b).

6. Évaluation

Le succès de ce programme de rétablissement sera évalué par l'établissement de programmes de surveillances pour chaque lac et par les résultats de la recherche appliquée. L'évaluation sera entreprise par le GMVR approprié, mais doit viser à réaliser ce qui suit :

  • Le maintien à long terme des populations autosuffisantes d'omble de fontaine aurora atteignant les objectifs de biomasse énoncée, de présence par classe d'âge et de densité à l'âge de frai de l'énoncé des objectifs;
  • Aucune autre intervention humaine requise pour manipuler la qualité de l'eau dans les lacs indigènes. Plus particulièrement, l'intervention sous la forme d'autres chaulages pour assurer un pH d'au moins 5,0 ne devrait pas être nécessaire;
  • L'établissement fructueux d'une (ou plus) population autosuffisante d'omble de fontaine aurora non indigène;
  • La clarification du statut taxinomique de l'omble de fontaine aurora;
  • Le succès des réductions de sulfate et des autres rejets industriels;
  • L'établissement d'une stratégie de reproduction en captivité, y compris les solutions éventuelles pour réduire la menace de dépression de consanguinité  et optimiser la valeur adaptive du système de reproduction de l'omble de fontaine aurora; et
  • Rapports sur l'établissement de nouveaux partenaires et partenariats de rétablissement, la sensibilisation du grand public à l'omble de fontaine aurora, le nombre de contacts médiatiques, les pêcheurs à la ligne utilisant les possibilités récréatives limitées, etc.

7. Activités permises dans le cadre du programme de rétablissement

Tel qu'indiqué au paragraphe 83(4) de la Loi sur les espèces en péril, une personne peut participer à une activité autrement interdite si l'activité est permise par un programme de rétablissement et que la personne est autorisée sous le régime d'une loi fédérale.

La pêche à la ligne sportive

Ce programme de rétablissement autorise les titulaires d'un permis de pêche sportive délivré en vertu du règlement de la Loi sur la protection du poisson et de la faune, de participer à la pêche sportive de l'omble de fontaine aurora selon le règlement du Règlement de pêche de l'Ontario, 1989, concernant la pêche récréative d'omble de fontaine aurora.

Depuis un certain nombre d'années, le MRNO maintient un maximum de neuf lacs ensemencés d'omble de fontaine aurora pour sensibiliser et obtenir le soutien du public et des intéressés au programme de rétablissement de l'omble de fontaine aurora  (et des espèces en péril en général). Ces lacs offrent une pêche sportive fermement réglementée et saisonnière, en rotation. Un maximum de trois lacs seront ouverts en une année donnée, et chacun ne sera ouvert que tous les trois ans pour la période du 1er août au 15 octobre, avec une limite de prise et de possession d'un poisson.  Le taux d'exploitation permis de l'omble de fontaine aurora dans les lacs non indigènes ne devra pas dépasser la limite de prise et de possession d'un poisson par jour. Ces lacs sont maintenus par l'empoissonnement, les alevins âgés d'un an ou le poisson adulte (selon la disponibilité) de la pisciculture du lac Hills.

Les possibilités de pêche à la ligne sont actuellement réglementées par le Règlement de pêche de l'Ontario, 1989 (en vertu de la Loi sur les pêches fédérale) et sont autorisées par un permis de pêche sportive délivré en vertu du règlement de la Loi sur la protection du poisson et de la faune. La pêche sportive utilise les poissons d'écloserie excédentaires non nécessaires pour l'empoissonnement ou l'établissement d'un lac refuge non indigène autosuffisant (note – les lacs indigènes sont soutenus par la reproduction naturelle et ne sont pas empoissonnés actuellement). La pèche à la ligne dans les lacs ne compromet pas le rétablissement de l'omble de fontaine aurora à l'état sauvage parce que la pêche est basée uniquement sur le poisson des écloseries et qu'il n'y a aucune reproduction naturelle dans ces lacs. Les deux lacs indigènes contenant l'omble de fontaine aurora sont fermés en permanence à la pêche à la ligne en vertu du Règlement de pêche de l'Ontario depuis 1950.