Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Gravelier (Erimystax x-punctatus)

Taille et tendances des populations

Le gravelier a été signalé à deux endroits seulement au Canada. La première capture comportaitt six individus pris à la senne dans la rivière Thames, dans la réserve  indienne de Muncey, en 1923, par D.E.S. Brown, du musée de zoologie de la University of Michigan (Holm et Crossman, 1986). Les captures faites en 1941 par Dymond et Harkness pour le Musée royal de l’Ontario (ROM), au même endroit ou à proximité, ne contenaient aucun gravelier. Un certain A.H. McIntyre (qui pourrait être un pêcheur commercial) a capturé en 1958 neuf individus de cette espèce au sud-ouest de la réserve Moravienne à Muncey (Holm et Crossman, 1986). Six de ces individus portent le numéro de catalogue ROM 20018.

Des tentatives de capture de cette espèce menées au début des années 1970 par le Musée national des sciences naturelles (MNSN), le ROM et le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario (MRNO) ont échoué, tout comme les efforts de B. Parker et P. McKee de 1971 à 1980 (Parker et McKee, 1980). La rareté du matériel recueilli montre que les populations étaient très localisées. Parker et McKee (1980, 1981) pensent que l’échec des tentatives récentes visant précisément les endroits où le gravelier avait été capturé laisse planer le doute sur la présence de populations au Canada (Scott et Crossman, 1973). McAllister et Gruchy (1977) considèrent que le gravelier était en voie de disparition au Canada, désignation qui a été confirmée en 1985 par le COSEPAC.

Étant donné que le doute subsistait quant à la présence de l’espèce, deux campagnes ont été menées sur le terrain par le ROM, du 22 au 26 juillet et du 20 au 23 octobre 1985. Elles visaient particulièrement à échantillonner des lieux proches des localités connues, mais des échantillonnages ont également été pratiqués à la senne ou par pêche électrique dans des habitats favorables sur un tronçon de 17 km de la rivière Thames, en amont et en aval des sites de capture (Holm et Crossman, 1986). Aucun spécimen de H. x-punctata n’a été découvert dans les captures de 1985.