Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Gravelier (Erimystax x-punctatus)

Habitat

En Ontario, le gravelier habitait des tronçons de la rivière Thames. À l’heure actuelle, les conditions qui prévalent aux sites de capture sont les suivantes : le débit de la rivière est constant, sa largeur est de 20 à 30 m et sa profondeur, de 1 à 3 m, et les habitats de fosse et de radier prédominent. Les matériaux du fond se composent de sable, de roche et de galets, avec des zones de matière organique molle et de limon. L'eau est plutôt trouble (profondeur de moins d’un mètre au disque de Secchi [Parker et McKee, 1980; Holm et Crossman, 1986]) à cause de l’envasement. Le couvert végétal des berges est minimal, et la végétation immergée se limite à des algues encroûtantes et filamenteuses. La plage de température de l'eau allait de 18 à 25 ºC en juillet (Holm et Crossman, 1986), de 21 à 24 ºC en août (Parker et McKee, 1981) et de 12 à 15 ºC en octobre (Holm et Crossman, 1986).

Dans d'autres régions d’Amérique du Nord, on signale que le gravelier habite des rivières d'eau claire ou modérément trouble, à débit permanent et présentant des radiers bien définis de sable, de gravier ou de roche, où le courant nettoie le fond du limon et de l’argile non consolidés (Pflieger, 1957; Trautman, 1981). Trautman (1981) signale que l'espèce évite les zones où sont présents des macrophytes, des algues de grande taille et des mousses aquatiques. On peut penser que de telles zones sont favorables à l’envasement. Moore et Paden (1950) décrivent le micro-habitat préféré du gravelier comme de petites cavités sous les roches dans les zones de radier où le courant est atténué.