Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de la lamproie du ruisseau Morrison (Lampetra richardsoni var. marifuga) au Canada (version finale)


Sommaire

La population de lamproies du ruisseau Morrison appartient à un cycle biologique unique, distinct de la lamproie de l'Ouest (Lampetra richardsoni) qui, croit-on, est répandue seulement dans le ruisseau Morrison, sur l'île de Vancouver. (Beamish 1985). Elle a été découverte en 1977 et est considérée comme un descendant de L. richardsoni, qu'on a étiqueté L. richardsoni var. marifuga (Beamish 1987). Bien qu'elle ait été décrite en détails, la lamproie du ruisseau Morrison n'a pas été classée dans un groupe taxinomique et des recherches additionnelles sont nécessaires pour clarifier son groupe d'appartenance. Sa répartition extrêmement endémique constitue le principal facteur de son statut « en voie de disparition » et postule de fait que l'espèce demeurera toujours en quelque sorte en péril.

Une variété de facteurs menace la lamproie du ruisseau Morrison et son habitat. La principale menace provient des répercussions associées à l'urbanisation des bassins hydrographiques. Le programme de rétablissement focalise sur l'objectif d'assurer la viabilité à long terme de la lamproie du ruisseau de Morrison et présente une gamme de solutions pour y parvenir. Les actions prioritaires consistent à recueillir l'information reliée au cycle biologique et à l'habitat de la lamproie, à rechercher d'autre données pour combler les lacunes dans les connaissances sur la conservation de cette espèce et recueillir des informations pour circonscrire l'habitat essentiel sauvage. On suggère également des activités visant à réduire les répercussions des conséquences de l'urbanisation. Les activités visant à protéger et à améliorer d'autres espèces de poissons et la faune profiteront sans doute aussi à la lamproie du ruisseau Morrison et vice-versa.