Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le renard véloce (Vulpes velox) au Canada - Mise à jour (2000)

Remerciements

Beaucoup trop de personnes ont participé à ce programme pour qu'il me soit possible de les remercier toutes. Pour ce qui est de la rédaction du présent rapport, j'aimerais toutefois exprimer mes sincères remerciements à Jeff Johnson, étudiant et bénévole, pour sa bonne humeur et son enthousiasme sans faille; à Gary Weiss, pour ses observations pertinentes et efficaces à propos des cartes SIG; à Susan MacEachran, qui a réalisé les figures; à Jim Burns, de l'Alberta Provincial Museum, qui a analysé les dossiers du musée sur les renards fossiles; à Loney Dickson, pour son indéfectible soutien administratif, malgré le changement de mon statut au SCF; à Steve Brechtel, Wayne Harris, Shelley Pruss, Ann Kitchen, Axel Moehrenschlager, Dick Russell, Karyn Scalise, Clio Smeeton, Ed Telfer, Ken Weagle et David Nagorsen, qui ont soumis le document à leur analyse critique. Je remercie également Vi Jespersen et Christine Scott pour l'attention soutenue qu'elles ont apportée aux détails lors de la dactylographie du manuscrit; Pat Fargey, de Parcs Canada, qui a fourni les données sur les mises en liberté dans la région de Wood Mountain; et Al Oeming, qui a partagé ses connaissances des dossiers historiques. Jamie Meeks, spécialiste des espèces sauvages à problème à Alberta Agriculture, a fourni des données à jour sur le programme de lutte contre la rage. Minette Johnson, Defenders of Wildlife, m'a tenu au courant des détails concernant le programme de réintroduction en cours au Montana. Le succès du projet dépendait aussi de la bonne volonté et de l'appui de la communauté des grands éleveurs. De nombreuses personnes vivant le long de la frontière Alberta/Saskatchewan ont gracieusement toléré la présence de générations d'étudiants, de techniciens et de biologistes sur leurs terres. Je voudrais notamment exprimer toute ma reconnaissance aux grandes familles d'éleveurs, les Buchanan, les Heydlouft, les Kuezler, les Piotrowski, les Saville et les Wallburger. Les éleveurs, propriétaires fonciers et biologistes des États du Wyoming et du Colorado ont apporté une aide précieuse pour la capture de renards dans la nature aux États-Unis. Sans leur aide, le programme canadien n'aurait pu être mené à terme. Enfin, le Turner Endangered Species Fund, notamment en la personne de Michael Phillips, m'a permis d'utiliser dans ce rapport des cartes qui avaient été dressées à l'origine pour un autre rapport que j'ai rédigé pour cet organisme. Une partie du financement a été fournie par le Service canadien de la faune d’Environnement Canada.