Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le renard véloce (Vulpes velox) au Canada - Mise à jour (2000)

Résumé : du Rapport de situation de 1998

Renard véloce

Vulpes velox

La population de renards véloces a commencé à diminuer au moment où les prairies indigènes ont été converties en terres agricoles vers la fin des années 1800. La dégradation de l’habitat, combinée à la prédation, à la compétition (principalement des coyotes et des Aigles royaux), à la concurrence interspécifique avec les coyotes, à la vulnérabilité au piégeage, aux programmes d’empoisonnement, aux sécheresses et à la rigueur des hivers, ont vraisemblablement contribué à la disparition du renard véloce au Canada vers la fin des années 1930. L’élevage en captivité, commencé au début des années 1960, s'est poursuivi en 1973 et est devenu un programme intensif de réintroduction mettant à contribution des organismes fédéraux, des universités et des organismes non gouvernementaux. En 1983, on a commencé à mettre en liberté des renards véloces en Alberta, puis, l'année suivante, en Saskatchewan. En 1997, 942 renards avaient été mis en liberté dans les deux provinces.

Les initiatives de réintroduction ont porté leurs fruits. De petites populations se sont établies dans la région frontalière du sud-est de l'Alberta et du sud-ouest de la Saskatchewan ainsi que dans la région de Wood Mountain et la réserve du parc national des Prairies, au centre de la Saskatchewan. À présent, ces populations sauvages se reproduisent, et la majorité de la population actuelle est constituée d'individus nés dans la nature de parents mis en liberté.

On estime que la population canadienne de renards véloces comptait plus de 289 individus en 1997 (intervalle de confiance à 95 % : de 179 à 412 renards). La population frontalière Alberta/Saskatchewan en compterait 192 (intervalle de confiance à 95 % : de 93 à 346 renards) et celle de la région de Wood Mountain, 87 (il a été impossible d’obtenir un intervalle de confiance fiable pour cette dernière région en raison de la taille réduite de l’échantillon).

Quatre-vingt pour cent des renards capturés en 1997 sont nés dans les Prairies canadiennes. Les renards mis en liberté ont survécu et se sont reproduits, et leur progéniture forme le noyau de la nouvelle population canadienne. D'après les observations, certains renards auraient vécu jusqu'à sept ans et peut-être même plus. On a documenté une reproduction chez plusieurs couples au cours de plusieurs années successives. En plus de la population canadienne, on a aussi enregistré la présence de renards véloces dans le nord du Montana.

 

MANDAT DU COSEPAC

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) détermine le statut, au niveau national, des espèces, des sous-espèces, des variétés et des populations sauvages  canadiennes importantes qui sont considérées comme étant en péril au Canada. Les désignations peuvent être attribuées à toutes les espèces indigènes des groupes taxinomiques suivants : mammifères, oiseaux, reptiles, amphibiens, poissons, lépidoptères, mollusques, plantes vasculaires, mousses et lichens.

 

COMPOSITION DU COSEPAC

Le COSEPAC est composé de membres de chacun des organismes fauniques des gouvernements provinciaux et territoriaux, de quatre organismes fédéraux (Service canadien de la faune, Agence Parcs Canada, ministère des Pêches et des Océans, et le Partenariat fédéral sur la biosystématique, présidé par le Musée canadien de la nature), de trois membres ne relevant pas de compétence, ainsi que des coprésident(e)s des sous-comités de spécialistes des espèces et des connaissances traditionnelles autochtones. Le Comité se réunit pour étudier les rapports de situation des espèces candidates.

DÉFINITIONS

Espèce: Toute espèce, sous‑espèce, variété ou population indigène de faune ou de flore sauvage géographiquement définie.

Espèce disparue (D): Toute espèce qui n'existe plus.

Espèce disparue du Canada (DC): Toute espèce qui n'est plus présente au Canada à l'état sauvage, mais qui est présente ailleurs.

Espèce en voie de disparition (VD)*: Toute espèce exposée à une disparition ou à une extinction imminente.

Espèce menacée (M): Toute espèce susceptible de devenir en voie de disparition si les facteurs limitatifs auxquels elle est exposée ne sont pas renversés.

Espèce préoccupante (P)**: Toute espèce qui est préoccupante à cause de caractéristiques qui la rendent particulièrement sensible aux activités humaines ou à certains phénomènes naturels.

Espèce non en péril (NEP)***: Toute espèce qui, après évaluation, est jugée non en péril.

Données insuffisantes (DI)****: Toute espèce dont le statut ne peut être précisé à cause d'un manque de données scientifiques.

*          Appelée « espèce en danger de disparition » jusqu'en 2000.
**        Appelée « espèce rare » jusqu'en 1990, puis « espèce vulnérable » de 1990 à 1999.
***      Autrefois « aucune catégorie » ou « aucune désignation nécessaire ».
****    Catégorie « DSIDD » (données insuffisantes pour donner une désignation) jusqu'en 1994, puis « indéterminé » de 1994 à 1999.

Le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) a été créé en 1977, à la suite d’une recommandation faite en 1976 lors de la Conférence fédérale-provinciale sur la faune. Le comité avait pour mandat de réunir les espèces sauvages en péril sur une seule liste nationale officielle, selon des critères scientifiques. En 1978, le COSEPAC (alors appelé CSEMDC) désignait ses premières espèces et produisait sa première liste des espèces en péril au Canada. Les espèces qui se voient attribuer une désignation lors des réunions du comité plénier sont ajoutées à la liste.

Environnement                      Environment
Canada                                Canada

Service canadien                  Canadian Wildlife
de la faune                           Service

Le Service canadien de la faune d’Environnement Canada assure un appui administratif et financier complet au Secrétariat du COSEPAC.