Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Table ronde de la ministre tenue en 2006 aux termes de la Loi sur les espèces en péril

Annexe 6 : Évaluation de la Table ronde

Résumé des réponses des participants à l’évaluation de la table ronde

Au total, 40 réponses ont été reçues. Les réponses du questionnaire sont présentées sous forme de tableau de la façon suivante :

La table ronde a atteint les objectifs énoncés.

La table ronde a atteint les objectifs énoncés.

La présentation générale de la table ronde était appropriée en vue d’atteindre les objectifs énoncés (une combinaison de présentations, de discussions en petits groupes et de discussions en séances plénières).

La présentation générale de la table ronde était appropriée en vue d’atteindre les objectifs énoncés (une combinaison de présentations, de discussions en petits groupes et de discussions en séances plénières).


Le carnet de travail du participant était utile.

Le carnet de travail du participant était utile.

 

 

Le document de discussion était utile.

Le document de discussion était utile.


 

 

L’animation de l’atelier était efficace.

L’animation de l’atelier était efficace.

 

  

J’ai eu la possibilité d’exprimer mes opinions.

J’ai eu la possibilité d’exprimer mes opinions.


 

 Impression générale de la table ronde.

Impression générale de la table ronde.

 

 

Dîner et activités de la soirée du mercredi

Dîner et activités de la soirée du mercredi


 

Les deux choses les plus importantes pour moi

Les réponses indiquent clairement que l’élément le plus intéressant de la table ronde était la possibilité de réseautage parmi les participants. Ces derniers ont formulé une rétroaction très positive sur la diversité et les différents points de vue exprimés par les participants. Cela a fait que les participants étaient exposés à différents points de vue sur les questions et qu’ils pouvaient partager leurs points de vue. En plus des points de vue, le partage d’information a également été perçu comme un élément positif important d’une valeur considérable.

À partir des réponses obtenues, il semble que le cadre et la structure, la gestion et la facilitation de la table ronde ont créé un environnement propice à cet échange d’information. De nombreux participants ont mentionné la valeur des discussions de la table et la combinaison de divers secteurs connexes à chaque table, en soulignant particulièrement la forte représentation des collectivités autochtones. 

La conférence de Monte Hummel donnée après le repas, la possibilité de mieux comprendre l’importance des connaissances traditionnelles autochtones et l’émergence de quelques dénominateurs communs pour améliorer la mise en œuvre de la LEP, particulièrement la nécessité d’obtenir le financement à long terme des initiatives de la LEP, sont des exemples d’éléments importants plus précis.

Les deux choses les moins importantes pour moi

Une préoccupation régulièrement soulevée dans la présente section de l’évaluation est la direction prédéterminée de la discussion. Quelques participants ont estimé que le format et les thèmes allaient jusqu’à diriger les discussions vers un résultat prédéterminé de la table ronde. Une idée était très commune parmi les participants : les sujets prédéterminés diminuaient au minimum les possibilités de nombreux participants de soulever des questions qu’ils estimaient importantes et, par conséquent, certaines opinions clés n’ont pas été exprimées ni discutées en séance plénière.

Une autre préoccupation soulevée par plusieurs répondants est qu’ils ne disposaient pas  suffisamment de temps pour discuter convenablement des points à l’ordre du jour, et qu’ils avaient encore moins de temps pour soulever d’autres questions préoccupantes (c.-à-d. celles qui n’entraient pas dans les trois thèmes prédéterminés). Les participants ont suggéré, entre autres, de prolonger la durée de la table ronde à trois jours.

Des participants ont exprimé des préoccupations supplémentaires en mentionnant que le déroulement de la deuxième journée semblait avoir été prévu au fur et à mesure. Certains participants n’ont pas aimé le recours au vote pour déterminer comment se déroulerait la réunion. Les mêmes personnes ont également ajouté avoir l’impression que l’objectif de la deuxième journée était d’arriver à un consensus quelconque, objectif qu’ils ont jugé complètement irréaliste.

Des personnes ont également formulé quelques commentaires sur les questions de « mise en train » et les documents envoyés à l’avance qui étaient peu utiles.

Autres commentaires

  • La table ronde était très intéressante : « Il était temps qu’elle ait lieu » [traduction];
  • Certaines personnes croyaient que, à la fin de la séance, la table ronde faisait la promotion d’une politique de priorité à la conservation qu’elles jugeaient très excellente. « Bravo! »
  • Les peuples autochtones devraient organiser leur propre table ronde avant celle du ministre;
  • Il ne faut pas avoir peur des sujets de conversation controversés;
  • Les installations étaient très bien, mais elles étaient peut-être un peu trop luxueuses. Quelques participants ont mentionné qu’ils auraient été plus à l’aise dans un endroit moins luxueux;
  • Étudier la possibilité d’organiser une table ronde nationale liée par télévision satellite afin que plus de personnes y participent;
  • Perforer les documents supplémentaires afin que les participants puissent les placer dans les classeurs à anneaux;
  • Il était très important que la ministre Ambrose s’adresse aux participants;
  • Il semble que les attentes étaient trop élevées;
  • C’était la première table ronde et une expérience d’apprentissage. Nous devrions maintenant examiner son déroulement, l’améliorer et l’organiser encore tous les deux ans.

Que devons-nous faire à partir de maintenant pour poursuivre sur notre lancée?

La grande majorité des participants a souligné l’importance de rester en communication avec les participants. Les points particuliers vont des rapports d’étape mensuels, aux tables rondes annuelles, en passant par la tenue d’ateliers tous les deux ans pour évaluer les progrès. Un sentiment général est paru parmi les participants qui ont demandé une séparation rapide des recommandations et un affichage public ultérieur.

Certains participants estimaient que, pour aller de l’avant, les préoccupations, qui n’étaient pas à l’ordre du jour de la table ronde, devraient être recueillies et prises en compte. D’autres ont en fait utilisé cette évaluation comme forum pour promouvoir cet objectif. Une opinion fréquente était le fait qu’il fallait veiller à tenir compte des différences entre le nord et le sud ainsi que des réunions avec les peuples autochtones qui respectent la gouvernance autochtone lors de la formulation des recommandations.

Enfin, un nombre important de répondants voulaient voir une forme quelconque de mesures positives et évidentes en temps utile. Certains répondants ont exprimé des doutes quant à la détermination du gouvernement actuel de passer à l’action.