Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Table ronde de la ministre tenue en 2006 aux termes de la Loi sur les espèces en péril

Résumé du compte-rendu

Jour 1

Activités d’ouverture

L’aîné William Commanda procède à l’ouverture de la table ronde par une bénédiction traditionnelle. Il est le chef héréditaire et le chef spirituel de la nation algonquine de la région. Il insiste sur l’importance de manifester un profond respect pour le milieu naturel, y compris les espèces sauvages, et affirme que les humains doivent se percevoir comme un seul des éléments de la toile intégrée qui compose la vie sur Terre. L’aîné Commanda souligne que la collaboration et le respect mutuel à l’égard des divers points de vue sont des éléments fondamentaux de la réalisation des objectifs en matière de conservation des espèces sauvages.

Après la cérémonie de purification animée par l’aîné Commanda, l’honorable Rona Ambrose, ministre de l’Environnement, prononce le discours d’ouverture qui prépare la voie pour les délibérations dans le cadre de la table ronde. Elle souligne d’abord l’importance de la rencontre puisqu’il s’agit de la première table ronde de la ministre en vertu de la Loi sur les espèces en péril et que les recommandations aideront le gouvernement à améliorer ses actions en matière de protection des espèces en péril. Elle mentionne que la diversité des participants offre une occasion unique de collaboration et d’échange des idées et des connaissances. Elle précise que le nouveau gouvernement adopte à l’égard de la protection des espèces en péril une approche axée sur les résultats. Cette approche reconnaît la biodiversité et tient également compte du fait que, pour les Canadiens, la valeur sociale, économique et culturelle de la nature est démesurée. La ministre Ambrose fait ressortir certaines réalisations dans le cadre de la LEP, en particulier le Programme d’intendance de l’habitat et divers programmes de rétablissement. Elle insiste aussi sur l’importance d’intégrer les connaissances traditionnelles autochtones à tous les aspects du processus de conservation et met en relief la valeur d’une consultation permanente avec les peuples autochtones à tous les paliers de gouvernements. Elle annonce qu’un cadre stratégique national portant sur la protection des espèces en péril a été approuvé au cours d’une récente réunion avec ses homologues provinciaux et territoriaux. Elle ajoute que, par le truchement de ce cadre approuvé par toutes les compétences, elle a chargé les représentants d’Environnement Canada et de l’Agence Parcs Canada, en collaboration avec Pêches et Océans Canada, de parachever le cadre stratégique de la LEP du gouvernement fédéral d’ici six mois. La ministre Ambrose conclut en énonçant certains des défis que doit relever la LEP, souligne l’importance d’une action immédiate et souhaite aux participants du succès dans leurs délibérations.

Après le discours de la ministre Ambrose, Cynthia Wright, la sous-ministre adjointe associée  responsable des questions liées aux espèces sauvages au sein d’Environnement Canada et présidente de la table ronde, donne un aperçu des événements qui se dérouleront les deux prochains jours. Il importe de mentionner que Mme Wright souligne qu’elle a la responsabilité, en tant que présidente, de communiquer les recommandations issues de la table ronde au ministre de l’Environnement. Après avoir donné un aperçu de l’ordre du jour, Mme Wright présente le groupe d’experts.