Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le quiscale rouilleux (Euphagus carolinus) au Canada

Résumé technique

Euphagus carolinus

Quiscale rouilleux – Rusty Blackbird

Répartition au Canada : Île-du-Prince-Édouard, Nouvelle-Écosse, Nouveau-Brunswick, Terre-Neuve-et-Labrador, Québec, Ontario, Manitoba, Saskatchewan, Alberta, Colombie-Britannique, Yukon, Territoires du Nord-Ouest et Nunavut

Information sur la répartition

Superficie de la zone d’occurrence (km²) au Canada
70 p. 100 de l’ensemble de l’aire de reproduction nord-
américaine, qui couvre 7,6 millions km².
5,3 millions de km²
Préciser la tendance (en déclin, stable, en expansion, inconnue) Stable
Y a-t-il des fluctuations extrêmesdans la zone d’occurrence
(ordre de grandeur > 1)?
Non
Superficie de la zone d’occupation (km²) : Inconnue, mais très grande
Préciser la tendance(en déclin, stable, en expansion, inconnue). Inconnue
Y a-t-il des fluctuations extrêmesdans la zone d’occupation
(ordre de grandeur > 1)?
Probablement pas
Nombre d’emplacements actuels connus ou inférés. Sans objet
Préciser la tendance du nombre d’emplacements (en déclin, stable, en croissance, inconnue). Sans objet
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’emplacements(ordre de grandeur > 1)? Sans objet
Tendance de l’habitat : préciser la tendance de l’aire, de l’étendue ou de la qualité de l’habitat (en déclin, stable, en croissance ou inconnue). Probablement stable dans les aires de reproduction, mais en déclin dans les aires d’hivernage

Information sur la population

Durée d’une génération (âge moyen des parents dans la population :indiquer en années, en mois, en jours, etc.). De 2 à 3 ans
Nombre d’individus matures (reproducteurs) au Canada (ou préciser une gamme de valeurs plausibles). - Minimum calculé en extrapolant les dénombrements d’oiseaux effectués dans les aires de repos dans les années 1970.
- Maximum calculé à partir des données du Relevé des oiseaux nicheurs. De 110 400 à 1,4 million
Tendance de la population quant au nombre d’individus matures en déclin, stable, en croissance ou inconnue. En déclin
S’il y a déclin, % du déclin au cours des dernières/prochaines
dix années ou trois générations, selon la plus élevée des deux
valeurs (ou préciser s’il s’agit d’une période plus courte).

Selon les données du Recensement des oiseaux de Noël :
- déclin de 85 % entre 1966 et 2003;
- déclin de 18,3 % au cours des 10 dernières années.
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre d’individus matures (ordre de grandeur > 1)? Non
La population totale est-elle très fragmentée (la plupart des individus se trouvent dans de petites populations, relativement isolées [géographiquement ou autrement] entre lesquelles il y a peu d’échanges, c.-à-d. migration réussie de < 1 individu/année)? Non
Préciser la tendance du nombre de populations (en déclin,
stable, en croissance, inconnue).
Sans objet
Y a-t-il des fluctuations extrêmes du nombre de populations (ordre de grandeur > 1)? Sans objet
Énumérer les populations et donner le nombre d’individus
matures dans chacune :
sans objet

Menaces (menaces réelles ou imminentes sur les populations ou les habitats)

  • Pertes d’habitat attribuables à la transformation des milieux humides en terres agricoles dans les aires d’hivernage.
  • D’autres pertes supplémentaires localisées d’habitat dans les aires de reproduction en raison d’activités comme la transformation des milieux humides et la création de réservoirs d’hydroélectricité.
  • Programmes de contrôle aviaire dans les aires d’hivernage.

Effet d’une immigration de source externe

Statut ou situation des populations de l’extérieur? É.-U. : en déclin
Une immigration a-t-elle été constatée ou est-elle possible? Oui
Des individus immigrants seraient-ils adaptés pour survivre au Canada? Oui
Y a-t-il suffisamment d’habitat disponible au Canada pour les individus immigrants? Oui
La possibilité d’une immigration de populations externes
existe-t-elle?
Immigration limitée parce que la majeure partie de l’aire de répartition est située au Canada

Analyse quantitative

Aucune

Statut existant

COSEPAC : espèce préoccupante (2006)

Statut et justification de la désignation

Statut : Espèce préoccupante

Code alphanumérique : s.o.

Justification de la désignation : Plus de 70 % de l’aire de reproduction de cette espèce se trouve dans la forêt boréale du Canada. L’espèce a connu un grave déclin qui semble se poursuivre, bien que ce soit à un rythme plus lent. Il n’existe aucune preuve permettant d’affirmer que cette tendance sera renversée. Les menaces connues, qui se manifestent principalement dans l’aire d’hivernage, comprennent la conversion d’habitat et les programmes de contrôle des oiseaux noirs aux États-Unis.

Applicabilité des critères

Critère A (Population globale en déclin) : Ne correspond pas à ce critère : déclin de la population inférieur à 30 %.

Critère B (Petite aire de répartition, et déclin ou fluctuation) : Ne correspond pas à ce critère : zone d’occurrence supérieure à 20 000 km² et zone d’occupation supérieure à 2 000 km².

Critère C (Petite population globale et déclin) : Ne correspond pas à ce critère : taille totale de la population supérieure à 10 000 individus.

Critère D (Très petite population ou aire de répartition limitée) : Ne correspond pas à ce critère : taille de la population supérieure à 1 000 individus et zone d’occupation supérieure à 20 km².

Critère E (Analyse quantitative) : Aucune.