Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le quiscale rouilleux (Euphagus carolinus) au Canada

Information sur l’espèce

Nom et classification

Le nom français de l’espèce Euphagus carolinus (Müller, 1776) est « Quiscale rouilleux ». Son nom anglais est « Rusty Blackbird ». Sa taxinomie est comme suit :

Classe :
Aves
Order:
Passériformes
Famille :
Icteridés
Genre :
Euphagus
Espèces :
carolinus

On trouve deux espèces de Quiscales appartenant au genre Euphagus en Amérique du Nord : le Quiscale rouilleux et le Quiscale de Brewer (E. cyanocephalus; American Ornithologists’ Union, 1998). On croit que le genre Euphagus est plus proche du genre Quiscalus que du genre Agelaius (Lanyon, 1994).

Il existe deux sous-espèces reconnues de Quiscale rouilleux : E. c. carolinus, qui occupe presque toute l’aire de répartition de l’espèce, et E. c. nigrans (Burleigh et Peters, 1948), qui niche à Terre-Neuve-et-Labrador, en Nouvelle-Écosse et aux Îles-de-la-Madeleine (Godfrey, 1986; American Ornithologists’ Union, 1998). Bien que le E. c.nigrans soit généralement plus foncé et que sa tête soit irisée de bleu, les différences entre son plumage et celui du E. c. carolinus sont mineures par rapport aux variations individuelles (Pyle, 1997). Le présent rapport de situation porte sur le E. carolinus et ses sous-espèces.

Description morphologique

Le Quiscale rouilleux est un passereau de taille moyenne (longueur du corps : de 21 à 25 cm; masse corporelle : 64 g) aux ailes relativement longues, minces et pointues, et au bec légèrement courbé (Godfrey, 1986). Les oiseaux des deux sexes ont des yeux jaune pâle, un bec noir plus court que la tête et des pattes complètement noires. La queue est pratiquement de la même longueur que les ailes et est quelque peu arrondie. Pendant la saison de reproduction, le plumage du mâle est entièrement noir et légèrement irisé de vert sur le corps et de violet sur la tête et le cou. À l’automne, le plumage vire légèrement : les bouts des rémiges tertiaires, des scapulaires et des tectrices, et les plumes de la tête, de la poitrine et du dos prennent une couleur rouille (Pyle, 1997). Pendant la saison de reproduction, le plumage de la femelle est brun gris et n’est pas irisé (Pyle, 1997). Le plumage d’hiver de la femelle diffère de celui porté pendant la reproduction : il est globalement roux, alors que le dos, la queue et les ailes sont noirs. Les bouts des rémiges tertiaires, des scapulaires et des tectrices sont de couleur rouille. En automne, les oiseaux immatures ne présentent plus les attributs (la couleur des plumes et de l’iris) qui les distinguent des adultes (Pyle, 1997), toutefois l’iris des jeunes juvéniles reste foncé.

À cause de leur taille et coloris similaires, on peut parfois confondre le Quiscale rouilleux avec le Quiscale de Brewer (Avery, 1995). Le plumage du Quiscale de Brewer mâle est plus irisé que celui du Quiscale rouilleux. Le Quiscale de Brewer a également la tête irisée de violet et de vert, mais son bec est plus court, plus droit et plus épais que celui du Quiscale rouilleux (Avery, 1995). De plus, la queue et les pattes du Quiscale de Brewer sont généralement plus longues que celles du Quiscale rouilleux (Avery, 1995). La couleur de l’iris des femelles est différente : celui du Quiscale rouilleux est jaune, alors que celui du Quiscale de Brewer est foncé (Avery, 1995). Chez les femelles, la couleur générale du plumage est aussi différente. Le Quiscale rouilleux femelle est grisâtre, alors que le Quiscale de Brewer femelle est plutôt brunâtre (Avery, 1995).

Description génétique

Peu d’études moléculaires ou génétiques ont été réalisées sur la parenté entre le Quiscale rouilleux et d’autres espèces ou sous-espèces (Lanyon et Omland, 1999).