Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le quiscale rouilleux (Euphagus carolinus) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

Perte d’habitat

Habitat d’hivernage

On estime que la transformation des forêts humides dans les aires d’hivernage du Quiscale rouilleux dans le sud des États-Unis est l’une des principales causes du déclin de cette espèce (Greenberg et Droege, 1999). Au cours des 150 dernières années, le massif forestier a perdu 80 p. 100 de sa superficie, et n’est aujourd’hui constitué que de parcelles de forêt discontinues (Hefner et Brown, 1984). On signale également la disparition d’importants habitats dans le cours supérieur du Mississippi (http://www.birds.cornell.edu/ivory/story11.htm, en anglais seulement)

Habitat de reproduction

La transformation des milieux humides à des fins agricoles ou d’habitation humaine a entraîné la perte d’habitat dans le sud de l’aire de reproduction canadienne de l’espèce (Hobson et al., 2002). Au Canada, l’habitat du Quiscale rouilleux a perdu environ 5 p. 100 de sa superficie, et l’on prévoit qu’il reculera d’encore 4 p. 100 au cours des 50 prochaines années (Global Forest Watch Canada, 2000; Hayeur, 2001; Griffiths et Woynillowicz, 2003; Kling et al., 2003; Habitat faunique Canada, 2003).

Programmes de lutte antiaviaire

Les populations de Quiscales rouilleux sont probablement aussi touchées par les programmes américains de lutte antiaviaire visant la réduction des populations d’oiseaux ravageurs des cultures (Avery, 1995). Entre 1974 et 1992, les programmes de lutte contre le Carouge à épaulettes et de l’Étourneau sansonnet ont causé la perte de 100 000 Quiscales rouilleux, qui représentaient 1 p. 100 des oiseaux abattus dans les aires de repos (Dolbeer et al., 1997). De nombreux programmes de lutte contre les « oiseaux noirs » (Carouges, Quiscales, Étourneaux, Vachers, etc.) sont actuellement en vigueur dans plusieurs États américains, toutefois on n’a pas réalisé d’études sur le nombre de Quiscales rouilleux dont ils provoquent la disparition.

Les populations migratrices de Quiscales rouilleux pourraient également être décimées par les programmes de lutte antiaviaire actuellement planifiés dans les États du centre et du sud-est des États-Unis, dont les plantations de tournesols et de riz font l’objet d’une forte prédation par le Carouge à épaulettes (Linz et al., 2002; Blackwell et al., 2003; Custer et al., 2003).

Détérioration de l’habitat dans les aires de reproduction

Bien qu’aucune étude n’ait été menée, nous soupçonnons que les populations de Quiscales rouilleux pourraient aussi être touchées par : 1) la dégradation des milieux humides de forêt boréale, attribuable aux changements climatiques (Sillett et al., 2000; Jones et al., 2003; Both et al., 2004); 2) l’acidification des milieux humides par les déchets industriels (Schindler, 1988; Graveland et al., 1994, mais voir DesGranges et al., 1998); 3) la contamination par le mercure des milieux humides boréaux, à la suite d’activités forestières et de la création de réservoirs hydroélectriques (DesGranges et al., 1998; Gracia et Carignan, 2000; Gerrard et St. Louis, 2001).

Autres facteurs limitatifs

L’invasion des milieux humides boréaux par des espèces dominantes, comme le Carouge à épaulettes peut également nuire au Quiscale rouilleux (Ellison, 1990; Erskine, 1992).