Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le naseux moucheté (Rhinichthys osculus) au Canada - Mise à jour

HABITAT

Exigences en matière d’habitat

L’habitat de la rivière Kettle a été décrit de façon détaillée par Peden et Hughes (1981a, b) et Peden (1995ms). En été et en automne, les jeunes de l’année se trouvent normalement près des rivages, dans les zones rocailleuses et peu profondes (profondeur inférieure à 10 cm) où le courant est moins fort. À ces endroits, il est probable que les prédateurs aquatiques soient moins nombreux; la productivité est également stimulée par le réchauffement plus rapide de l’eau des hauts fonds et des fosses exposés au soleil et où le courant est moins rapide (Peden a mesuré des différences de 2 oC ou plus entre le courant principal et les eaux du rivage où vivaient les jeunes naseux.) Les plus grandes concentrations ont été trouvées dans les zones de cailloux propres présentant des interstices assez grands pour permettre aux poissons de s’y cacher. On trouve rarement des naseux de grande taille, sauf si on pratique la pêche électrique à une profondeur de 0,5 à 1,5 m. Dans tous les cas, le R. osculus occupait les radiers les plus propres où le courant était modéré et qui offraient des abris de rochers et de cailloux, parmi lesquels les individus se cachaient rapidement en cas de dérangement. Dans les zones où les naseux étaient abondants, on trouvait une fine pellicule d’algues (cependant, les tapis épais d’algues semblaient décourager la présence de cette espèce).

La rivière Kettle se caractérise par de grandes crues de printemps produites par la fonte des neiges (Peden et Hughes, 1981a, b). Près de Cascade, la présence de débris dans les arbres permet de penser que les crues atteignent 6 m au-dessus du niveau de l’automne (Peden, observation personnelle). Au mois d’octobre, le débit n’est que de 3 p. 100 de ce qu’il est pendant les crues de printemps (Peden, 1994). Dans la plus grande partie du cours inférieur de la rivière Granby, où le fond est constitué de sable, on ne trouvait que quelques juvéniles dispersés. Par contre, la densité de R. osculus était significative dans la rivière Kettle où l’on trouve des pierres propres et un courant modéré. On a supposé que les individus ayant une LS inférieure à 40 mm étaient âgés d’un an à un an et demi; ils étaient plus nombreux que les adultes dans les zones de petits cailloux. Immédiatement en amont des chutes Cascade, où vivent des adultes de plus grande taille (> 40 mm), les interstices entre les rochers sont de 30 à 40 cm et constituent des abris en présence d’un courant modéré à rapide. Des algues brunâtres colorent ces roches, et il est évident que, dans les secteurs occupés par le naseux, le fort courant emporte les particules de sable et les détritus. Le fait que le Rhinichthys osculus se cache sous ces rochers explique peut-être pourquoi cette espèce a été observée en moins grand nombre par Triton Environmental Consultants, qui procédait en plongée libre autonome, que par Peden, qui pratiquait la pêche électrique (tableau 2). Le courant rapide gênait le travail de l’équipe chargée de la pêche électrique, qui éprouvait des difficultés à échantillonner les individus vivant dans plus de quatre pieds d’eau; il est donc probable que des naseux mouchetés se trouvaient à une plus grande profondeur. En 1990-1991, Peden a relevé la présence de tapis d’algues séchées et croûtées à une bonne hauteur sur les rives, ce qui permet de penser que la productivité est élevée dans les premiers mois de l’année. Ces accumulations sont emportées par le courant pendant les crues printanières de l’année suivante.

Comme on s’y attend dans le cas des rivières alimentées par la fonte des neiges en montagne, l’eau s’échauffe graduellement à mesure qu’elle s’écoule vers les régions plus basses. Le Rhinichthys osculus était présent à Carmi, à une altitude de 884 m, endroit où la température moyenne de l’eau en été atteint 14 oC (figure 7). En aval, à la frontière américaine (Laurier, 457 m), les températures atteignaient 18 oC (Peden et Hughes, 1981a, b); on observe cependant une variation considérable d’une année à l’autre. L’eau est très claire pendant la plus grande partie de l’année. Les solides dissous totaux montrent une augmentation de l’alcalinité (de 60 à 77,5 mg/L) et une diminution du pH (de 8,7 à 7,7) au fur et à mesure que l’eau s’écoule en direction de la frontière américaine.

 

Figure 7.    Variation annuelle de la température de surface de l’eau à quatre endroits du bassin de la rivière Kettle (rivière Granby à Grand Forks; rivière Kettle à Laurier, États-Unis; ruisseau Boundary à Greenwood; rivière West Kettle à Carmi). Source : Direction générale des eaux intérieures (1976).

Figure 7.    Variation annuelle de la température de surface de l’eau à quatre endroits du bassin de la rivière Kettle (rivière Granby à Grand Forks; rivière Kettle à Laurier, États-Unis; ruisseau Boundary à Greenwood; rivière West Kettle à Carmi). Source : Direction générale des eaux intérieures (1976).

 

Tendances

Bien que la qualité de l’eau ait fait l’objet d’un suivi sur plusieurs années (Water Investigations Branch, 1977), il n’existe pas d’études à long terme sur la présence du R. osculus dans la rivière Kettle, et on ne peut faire que des suppositions en ce qui concerne l’uniformité de la qualité de l’habitat de cette espèce. Le gouvernement de la Colombie-Britannique a proposé la construction d’un barrage hydroélectrique aux chutes Cascade, sur la rivière Kettle (figure 4). Le début des travaux de construction était prévu pour l’an 2000, mais il a été retardé par le processus d’étude d’impact environnemental. International Resource Consultants effectue actuellement un relevé des populations de poissons dans le cadre des études préalables menées en vue du projet de parc énergétique Cascade. Les résultats de cette étude seront probablement disponibles au cours de l’année 2002. Auparavant, l’abondance des poissons était faible dans la zone de la scierie de Midway; à cet endroit, il y avait peut-être une corrélation avec la présence d’effluents en provenance de cette scierie et de la station d’épuration située à Grand Forks, immédiatement en aval (Peden et Hughes, 1981). Près de Gilpin, des tronçons de la rivière étaient très clairs et ne contenaient apparemment pas de petits poissons pendant les années 1980. Après la construction du parc énergétique Cascade Heritage, il se produira probablement une réduction de l’habitat riverain propice; les répercussions de ce projet seront équivalentes ou supérieures à celles qu’avaient entraînées la construction du barrage en bois au début du XXe siècle. Dans la région, on pratique depuis longtemps l’exploitation forestière, l’agriculture et l’exploitation minière; cette dernière activité existe depuis longtemps près de Grand Forks et a probablement déjà eu un effet sur les populations de poissons.

 

Protection et propriété des terrains

L’habitat du Rhinichthys osculus n’est protégé que par les règlements provinciaux et fédéraux sur la pollution et la protection de la qualité de l’eau, et par les dispositions pertinentes des lois respectives sur les pêches. Actuellement, le gouvernement de la Colombie-Britannique reconnaît à la rivière Kettle le statut de rivière du patrimoine, ce qui devrait permettre de ralentir le l’expansion résidentielle et la dégradation de l’environnement (voir B.C. Heritage River System, page Web, 6 janvier 2001).

À la suite de l’élargissement de ses mandats et de ses plans stratégiques en 1991, B.C. Fisheries a accepté la responsabilité de toutes les populations de poissons avec inclusion subséquente dans tous les plans d’aménagement des bassins hydrographiques (voir B.C. Fish Protection Act, page Web, 2 mai 2001). Il n’existe aucune mesure administrative ou législative formelle visant tout particulièrement la protection du R. osculus bien que la B.C. Fisheries Branch ait reconnu avoir la responsabilité de la gestion des espèces de poissons indigènes rares dans ses plans stratégiques (B.C. Environment, 1991) et par l’intermédiaire du suivi actuel assuré par le B.C. Conservation Data Centre. En Colombie-Britannique, l’abolition du Forest Renewal Plan et la réduction des autres programmes de protection de l’environnement pourraient avoir des répercussions sur les habitats de la rivière Kettle.