Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le naseux moucheté (Rhinichthys osculus) au Canada - Mise à jour

FACTEURS LIMITATIFS ET MENACES

Il n’existe pas de données de référence couvrant une longue période et permettant de documenter les pertes d’habitat touchant plus particulièrement le naseux moucheté. En 1991, juste au‑dessus des chutes Cascade, Peden a découvert une très importante population canadienne de naseux mouchetés adultes dépassant largement les chiffres cités par Peden et Hughes (1981a, b, ms), dont les rapports étaient ceux sur lesquels le COSEPAC s’était fondé pour classifier le R. osculus comme espèce rare (Campbell, 1990). Plus tard, Powerhouse Development Ltd proposait la construction du Heritage Power Park qui devait inonder 2,5 km du même tronçon de rivière (B.C. Environment Assessment Office, 2000). Les évaluations provisoires préalables effectuées par Triton Environmental Consultants (1994ms) montrent que dans le même secteur, au-dessus des chutes Cascade, les adultes du R. osculus sont abondants dans 11,4 km d’habitat convenable dont 2,7 km seront inondés par le réservoir qui est proposé (Pavey, communication personnelle, 1993). La retenue qui serait créée par ce projet correspond à la superficie du réservoir de l’ancien barrage en bois et des retenues détruites par les crues dans la première moitié du XXe siècle. Avant cela, Peden et Hughes (1981ms, 1988) n’avaient trouvé que de petits nombres de R. osculus dans la partie de la rivière située en aval des chutes Cascade; ils avaient alors supposé que ces individus provenaient des populations vivant en amont des chutes et formaient ainsi des populations au moins transitoires dans la partie inférieure de la rivière. Si le réservoir proposé déplace l’habitat riverain qui existe immédiatement au-dessus des chutes, le nombre d’individus entraînés dans les chutes sera probablement moindre, et il est possible que la population vivant en aval ne soit plus viable.

Les populations de Rhinichthys umatilla sont présentes en beaucoup plus grand nombre en aval, dans la partie de la rivière qui passe aux États-Unis, et elles exercent probablement une exclusion compétitive qui empêche le R. osculus de proliférer (Hughes et Peden, 1989; Peden et Hughes, 1981ms, a, b, 1988). À long terme, les populations de R. osculus vivant en aval des chutes Cascade constituent une curiosité d’ordre théorique et illustrent l’isolement reproductif ou l’exclusion écologique entre le R. osculus et le R. umatilla, ou peut-être les deux phénomènes à la fois. Cependant, du point de vue de la protection de l’espèce, cette population présente un intérêt très secondaire si on la compare aux populations nombreuses qui vivent en amont des chutes Cascade, surtout si elle n’est viable qu’avec l’apport d’immigrants entraînés au-dessus du barrage.

Cette région abrite 24 espèces de poissons dont 6 ou 7 sont menacées ou ont un habitat restreint. La construction du barrage proposé au-dessus de Cascade aura pour effet de réduire l’habitat critique du naseux moucheté et de nuire à la population concentrée localement. Ce projet pourrait entraîner la perte de 22 p. 100 de l’habitat existant au Canada. La construction du nouveau barrage de Cascade aurait des répercussions sur plus de 85 p. 100 de l’habitat en aval, où se trouvent également d’autres espèces vulnérables (p. ex. le R. umatilla et le Cottus confusus, voir Peden [1991]). Les agences provinciales, fédérales et américaines qui ont participé à l’évaluation environnementale considèrent que le projet aurait un impact majeur sur les populations de poissons vivant en amont et en aval (voir par exemple les commentaires suivants : B.C. Ministry Review Comments, août 1999; Commentaires du MPO, 6 août 1999; U.S. Lands Council Comments); en effet, ce projet pourrait avoir de graves conséquences pour les espèces vivant en aval parce qu’il entraînera un échauffement de l’eau et une réduction du débit (1 cm d’eau seulement passera dans la chute).

Peden et Hughes (1981a, b) ont remarqué que le naseux était absent juste en aval de Grand Forks, ce qui permet de penser que la présence de l’usine de traitement des eaux usées de cet endroit a des répercussions néfastes. Peu de naseux étaient présents dans le secteur de la scierie de Midway, mais on ignore si des naseux mouchetés ont déjà vécu à cet endroit. La partie de la rivière Kettle qui décrit un arc de cercle dans le territoire des États-Unis entre Midway et Grand Forks pourrait être polluée par des sources situées dans l’État de Washington; cependant, étant donné l’abondance des naseux dans ce tronçon jusqu’à aujourd’hui, il est permis de penser qu’il n’existe actuellement aucun problème de cette nature. La construction de chemins d’exploitation forestière et l’activité agricole pourraient également provoquer un envasement et/ou une contamination chimique.

Haas (1998) énumère les menaces suivantes  : exploitation forestière, modification ou perte d’habitat, introduction d’espèces de poissons exotiques ou autres, urbanisation, pollution d’origine agricole et industrielle, aménagement hydroélectrique et erreurs d’identification taxinomique. Malheureusement, la plus grande partie de la seule population canadienne de naseux moucheté vit dans le même bassin versant et ne dispose d’aucun refuge significatif. Tout événement catastrophique majeur qui aurait des reepercussions sur la qualité de l’eau et de l’habitat en amont pourrait menacer cette population, qui est la seule en son genre au Canada.