Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Paruline hochequeue (Seiurus motacilla) au Canada - Mise à jour

Protection actuelle ou autres désignations de statut

La Paruline hochequeue est actuellement considérée comme une espèce « préoccupante » par le COSEPAC et le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario. Cette désignation ne lui procure cependant aucune protection particulière en vertu de la Loi sur les espèces en péril du Canada ni de la Loi sur les espèces en voie de disparition de l’Ontario. La Loi de 1994 sur la convention concernant les oiseaux migrateurs lui assure une protection générale. Aucune autre loi particulière n’a pour but de protéger la Paruline hochequeue dans quelque province ou État que ce soit, ni dans ses aires d’hivernage. Néanmoins, les règlements et les politiques qui promeuvent la protection de ses habitats de reproduction et d’hivernage ont un effet positif sur l’espèce. À titre d’exemple, la composante Natural Heritage de la déclaration de principes provinciale de l’Ontario (en cours d’examen) soutient l’adoption de mesures de conservation à l’égard des terres humides, bois, vallées et habitats fauniques d’importance, ainsi que des zones d’intérêt naturel et scientifique, qui sont tous des zones où l’on peut retrouver la Paruline hochequeue. En outre, le ministère des Richesses naturelles de l’Ontario a produit des lignes directrices sylvicoles sur la gestion des forêts dans le sud de l’Ontario, qui sont pertinentes pour la protection de l’habitat de la Paruline hochequeue (MRNO, 2000).

Dans leplan nord-américain de conservation des oiseaux terrestres publié par Partenaires d’envol – Canada (Rich et al., 2003), la Paruline hochequeue est considérée comme l’une des 195 espèces d’« importance continentale » en raison de son statut d’« espèce d’intendance » (un pourcentage élevé de sa population mondiale est confiné à un biome). Elle ne figure pas sur la « liste de surveillance » de Partenaires d’envol – Canada (la liste des espèces dont la conservation continentale suscite le plus d’inquiétude). Même si elle est relativement commune et répandue dans l’est des États-Unis et classée G5 par NatureServe (2005), elle est considérée comme une espèce « préoccupante » en Ontario, au Michigan, au Minnesota et au Wisconsin (tableau 2).

Tableau 2. Rangs et désignations de statut officiels accordés par l’organisme NatureServe pour l’Ontario et les États adjacents aux Grands Lacs
CompétenceRangNote de bas de pagebDésignation
IllinoisS4Non classée
IndianaS4Non classée
MichiganS2S3Préoccupante
MinnesotaS3Préoccupante
New YorkS5Non classée
OhioS5Non classée
OntarioS3Préoccupante
PennsylvanieS5Non classée
WisconsinS3Préoccupante
Note de bas de page b

Tiré de NatureServe (2005). L’espèce n’a ni désignation ni rang officiel au Québec.

Retour à la référence de la note de bas de pageb