Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la Paruline hochequeue (Seiurus motacilla) au Canada - Mise à jour

Information sur l'espèce

Name and classification

Nom scientifique :

Seiurus motacilla

Nom français :

Paruline hochequeue

Nom anglais :

Louisiana Waterthrush

On ne reconnaît aucune sous-espèce ni race, bien que les oiseaux de l’est tendent à être légèrement plus gros que ceux de l’ouest (Eaton, 1958).

Description morphologique

La Paruline hochequeue est une espèce de Parulidés d’assez grande taille, de couleur terne, semblable à la grive. L’apparence extérieure des deux sexes est similaire. Les parties supérieures sont brun olive. Les parties inférieures sont couleur crème et présentent des traits foncés sur la poitrine et les flancs, qui s’estompent aux tectrices de la queue. Une large rayure sourcilière blanche va jusqu’à la nuque. Les pattes sont roses, et le bec est plutôt long et puissant pour une paruline (voir Curson et al., 1994).

On confond facilement cette espèce avec la Paruline des ruisseaux (Seiurus noveboracensis; Curson et al., 1994), qui est plus commune et répandue au Canada. La plus grande différence de plumage entre les deux espèces est que le sourcil de la Paruline des ruisseaux est couleur crème ou jaunâtre et relativement mince, s’effilant derrière l’œil. La Paruline des ruisseaux arbore également des taches brunes foncées sur les tectrices de sa queue, qui sont moins évidentes chez la Paruline hochequeue (bien que cette différence soit difficile à déceler, à moins qu’on ne puisse observer l’oiseau dans sa main). On distingue mieux les deux espèces sur le terrain à leur chant et à leurs préférences en matière d’habitat. Le chant de la Paruline hochequeue est précédé par une courte série de notes sifflantes, claires et perçantes, suivies d’un méli-mélo confus de phrases courtes. Bien que les deux espèces puissent parfois occuper des forêts marécageuses chevauchant leurs aires de reproduction, la Paruline hochequeue est plus susceptible de se retrouver le long des cours d’eau froide pendant la période de reproduction que la Paruline des ruisseaux.

Description génétique

Il n’y aucune donnée à ce sujet.