Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l'Aster feuillu (Symphyotrichum frondosum) au Canada

Habitat

Besoins en matière d’habitat

Au Canada, le S. frondosum est une espèce émergente tardive observée principalement sur la rive des lacs, dans les abaissements humides des plages sablonneuses et autour des lacs et des étangs alcalins de la Colombie-Britannique. L’espèce pousse dans la zone biogéoclimatique de la graminée cespiteuse (Douglas et al., 1998) de steppes d’armoises du sud de la vallée de l’Okanagan. Dans ces sites, l’eau se retire à la fin de l’été et au début de l’automne, exposant ainsi des terres humides légèrement inclinées adéquates pour la fleuraison et la dispersion des graines. Les rédacteurs ont également observé cette espèce dans des zones de plage plus sèches situées à proximité d’abaissements. De manière générale, l’habitat convenable pour l’espèce se trouve dans toute la portion sud de la vallée de l’Okanagan. En Californie, l’espèce pousse également dans le sol granitique des prés et des montagnes, et à proximité des battures, des marais, des étangs et des fossés humides et alcalins (Munz et Keck, 1970; Wiggins, 1980).

La population éphémère unique observée à Surrey (C.-B.) poussait dans du sable de dragage sur la rive du fleuve Fraser, mais était probablement issue de matériel ayant descendu le fleuve à partir de l’intérieur de la province (Lomer, 1996 ; idem, 2001).

Voici l’habitat type de l’espèce en Colombie-Britannique :

  • Le Symphyotrichyum frondosum a été observé au lac Skaha et au lac Vaseux en août 2002 et 2003, dans le sable humide d’étroites bandes de plage situées juste en dessous du niveau moyen de l’eau l’été dans la zone d’abaissements. Parce que ces sites sont perturbés, les espèces associées sont notamment des espèces non indigènes, comme le Plantago major, le Poa annua, le Chenopodium glaucum, le Lythrum salicaria, le Melilotus alba et le Polygonum aviculare. Les espèces indigènes associées sont notamment des espèces tolérantes à l’alcalinité, comme le Symphyotrichum ciliatum (Aster brachyactis) et le Distichlis spicata var.stricta (obs. pers., et collection Lomer  3908).

  • Au lac Osoyoos, aucune recherche n’a été menée sur la majeure partie de la rive est et des secteurs de plage. Le S. frondosum a été observé en 2002 sur un terrain de camping public, sur une plage de sable basse située au-dessus de la zone d’abaissements, mais à proximité, sur un site partiellement ensoleillé sous des peupliers. Cette population est peut-être une relique d’une plus grande population ayant déjà occupé la zone d’abaissements.

  • Au lac Max, le S. frondosum a été observé sur la rive saline exposée après l’abaissement estival du niveau d’eau (Baumbrough, 2003, comm. pers.). Il était évident que ce site avait été surtout sec au cours des trois années précédentes (Baumbrough, comm. pers., 2003).

  • La collection de 1994 de Lomer prélevée à Surrey est décrite comme provenant « d’une petite touffe poussant sur des amas temporaires de sable de dragage dans le fleuve Fraser... formant des dépressions compactes montrant des traces de dépôts salins lessivés des sables environnants » (Lomer, comm. pers., 2002).

Tendances en matière d’habitat

L’habitat du lac Vaseux est en déclin. Les utilisateurs de la plage limitent présentement cette espèce aux zones moins perturbées en marge du site. Les perturbations sont notamment causées par le piétinement, l’amarrage des bateaux et le creusage de trous dans le sable. Par ailleurs, en 2003, le site a été envahi par le mélilot blanc, ce qui a créé de l’ombre aux endroits où pousse l’aster feuillu.

Au lac Skaha, les travaux de retournement du sol ont gravement réduit le nombre de plants en 2002. À cet endroit, le sol est retourné depuis plusieurs années afin de maintenir une plage pour la baignade (Harrison, comm. pers., 2002), mais le moment et l’étendue de ces travaux ont une incidence sur la qualité de l’habitat pour l’aster.

Au lac Osoyoos, il n’existe aucune donnée sur les tendances en matière d’habitat pour la sous-population confirmée, mais comme dans le cas de toutes les autres populations poussant sur des plages, la grande fréquentation de la plage et les travaux d’aménagement de la plage et du lac ont sans aucun doute entraîné le déclin de l’habitat. Une autre sous-population est disparue à la suite de l’exploitation du site sur lequel elle poussait.

Aucune information n’est disponible sur les changements dans l’habitat de Penticton, mais il n’y a aucune gestion active connue.

Le site de Surrey était éphémère et se trouvait sur du sable de dragage sur un terrain en construction.

Protection et propriété

Le lac Vaseux est un parc provincial, mais il n’y a aucune mesure de protection spéciale en place (Gunoff, comm. pers., 2003) pour le secteur de la plage. Le site du lac Skaha appartient à deux compétences : le gouvernement provincial (parc provincial, protection légale) et le district régional Okanagan-Similkameen (parc régional) (Harrison, comm. pers., 2003). Lorsqu’elles ont été contactées, aucune des deux compétences n’était au courant de la présence de plantes rares sur ce site ni n’avait de plan d’action en place pour leur protection (Gunoff, comm. pers., 2003; Harrison, comm. pers., 2003). La population du lac Osoyoos pousse sur une plage très fréquentée d’un camping public. Le camping fait partie de la réserve indienne adjacente. Le site de Penticton se trouve sur un terrain privé, mais est maintenant protégé par une entente de conservation officielle conclue avec le propriétaire en raison de la valeur du site au plan faunique.