Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Grenouille Léopard (Rana Pipiens)

Protection

The Nature Conservancy a attribué à la grenouille léopard la cote G5 à l’échelle mondiale, jugeant l’espèce très commune et globalement non en péril (Oldham, 1996).

Le Centre de données sur la conservation du Manitoba a attribué à la grenouille léopard la cote S4, réservée aux espèces communes (Duncan et al., 1994). Au Manitoba, la grenouille léopard est mentionnée pour la première fois dans la Loi sur la conservation de la faune, le 19 juillet 1980, à la Section 5 de l’annexe A -- Amphibiens et Reptiles. Avant cette date, l’espèce était considérée dans la Loi sur la conservation de la faune sous la définition générale de faune et jouissait à ce titre d’une certaine protection (R. Larche, comm. pers.). Depuis septembre 1971, un permis est exigé pour la collecte de grenouilles léopards et, depuis avril 1973, cette collecte est assujettie à un système de quota et restreinte à une saison bien précise. En vertu de ce régime, un résidant détenant un permis de collecte d’amphibiens ou de reptiles peut chasser, prélever et vendre à toutes fins des adultes et des têtards de cette espèce entre le 1er août et le 31 octobre, ou en vendre comme appâts pour la pêche entre le 1er mai et le 1er août. La limite de grenouilles léopards adultes pouvant être capturées par année civile a été fixée à 50 tonnes. Bien qu’il existe une saison commerciale de chasse aux grenouilles comme appâts pour la pêche au Manitoba, peu de personnes s’adonnent à cette activité dans la province (R. Larche, comm. pers.).

La réglementation varie d’une province ou d’un territoire à l’autre. En Saskatchewan, aucun amphibien n’est protégé en vertu d’une loi (Seburn, 1992a), et aucun permis n’est exigé pour la collecte, l’étude, la chasse ou l’élevage en captivité de tout amphibien (Russell, 1996). La cote S4, réservée aux espèces communes, a été attribuée à la grenouille léopard en Saskatchewan (Oldham, comm. pers.). En janvier 1997, le gouvernement de l’Alberta a désigné la grenouille léopard « espèce en voie de disparition » (Wagner, 1997). Comme il n’y a pas de centre de données sur la conservation en Alberta, aucune cote S n’y est attribuée. En Colombie‑Britannique, il est interdit de tuer ou de capturer des grenouilles léopards en vertu de la loi provinciale sur la protection de la faune (L. Friis, comm. pers.). La grenouille léopard y est cotée S1, c’est‑à‑dire extrêmement rare (habituellement cinq populations ou moins, et particulièrement sujette à la disparition) (Oldham, comm. pers.). Dans les Territoires du Nord‑Ouest, la grenouille léopard est désignée « espèce sauvage », et sa capture ou sa chasse à des fins de gestion ou de recherche nécessite un permis (Russell, 1996). Aucune cote S n’a été attribuée à la grenouille léopard dans les Territoires du Nord‑Ouest. Dans les États américains adjacents, la grenouille est classée comme suit : Washington - S1, extrêmement rare; Idaho - S5, très commune; Montana - S3/4, rare à peu commune et/ou commune; Dakota du Nord - aucune cote (Oldham, comm. pers.). Ces cotes ne reflètent pas nécessairement la répartition actuelle de l’espèce dans ces États. Ainsi, la grenouille léopard est aujourd’hui presque disparue de l’Ouest du Montana, alors qu’elle y était autrefois commune (J. Reichel, comm. pers.).