Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur la corydale de Scouler au Canada - Mise à jour

Mise à jour
Rapport de situation du COSEPAC
sur la
corydale de Scouler
Corydalis scouleri
au Canada
2006

Information sur l'espèce

Nom et classification

Nom scientifique :
Corydalis scouleri Hook.
Nom français :
Scouler’s Corydalis; Western Corydalis
Famille :
Fumariacées
Grand groupe végétal :
Eudicotylédones


Description morphologique

La corydale de Scouler est une grande herbacée vivace à rhizomes épais (Douglas et al., 1999a; Douglas et Jamison, 2000). Ses tiges sont creuses, simples ou légèrement ramifiées dans leur partie supérieure, longues de 40 à 120 cm.Les feuilles, vert‑bleu, glauques (couvertes d’une poudre cireuse blanche ou bleue), sont généralement au nombre de trois et sont situées près du milieu de la tigeou au-dessus de celle-ci; la plus basse est souvent longue de 20 à 30 cm (figure 1). L’inflorescence, terminale, apparaît en mai ou en juin et est généralement une grappe composée (inflorescence allongée portant les plus jeunes fleurs à son extrémité) de 15 à 20 fleurs éperonnées de couleur rose. Les feuilles de la plante, grandes et découpées, forment un délicat couvert vert-bleu qui, dans les peuplements denses, s’enchevêtre avec celui des autres plantes pour former un luxuriant tapis de feuillage surélevé à environ 1 m du sol (figure 2). Il n’existe aucune monographie exhaustive sur le genre, mais on connaît environ 110 espèces, indigènes de la zone tempérée boréale et de l’Afrique du Sud (Liden, 1986).


Figure 1 : Morphologie de la corydale de Scouler

Figure 1 : Morphologie de la corydale de Scouler.

Tirée de Douglas et al., 1999a; reproduction autorisée.


Figure 2 : Habitat de la corydale de Scouler dans le bassin de la rivière Nitinat

Figure 2 : Habitat de la corydale de Scouler dans le bassin de la rivière Nitinat.

Douglas Ecological Consultants 2003

Les fleurs de la corydale de Scouler présentent une symétrie bilatérale; elles ont deux pétales externes en position latérale, dont l’un est muni d’un éperon ou forme un capuchon, et deux pétales internes en position dorsiventrale, devant les sépales, qui sont rudimentaires et très rapidement caducs. Les pointes des pétales internes se joignent pour former un deuxième capuchon abritant le stigmate, bilobé, ainsi que les six étamines, fusionnées en deux groupes alternant avec les pétales. La capsule est obovoïde et bicarpellée et s’ouvre au moindre choc avec effet de ressort pour projeter les graines, noires et luisantes, jusqu’à un ou deux mètres de distance. Comme chez la majorité des corydales, les graines sont pourvues d’un élaïosome, corps oléagineux qui favorise la dispersion par les fourmis.


Description génétique

À ce que l’on sache, il n’y a eu aucune recherche génétique sur les populations canadiennes de corydale de Scouler.