Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement du pèlerin (Cetorhinus maximus) dans les eaux canadiennes du Pacifique

2. Information sur la situation de l’espèce

À l’échelle mondiale, la situation du pèlerin comporte diverses désignations. Selon la Liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), le pèlerin est considéré comme vulnérable à l’échelle mondiale et en voie de disparition dans le Pacifique Nord (Fowler, 2005). Le pèlerin figure à l’annexe II de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES, 2009), et il figure également aux annexes I et II de la Convention sur la conservation des espèces migratrices (CMS) depuis 2005 (CMS, 2010a). En février 2010, les délégués de la CMS se sont entendus sur le contenu d’un protocole d’entente sur la conservation des requins migrateurs (CMS, 2010b). En 2010, le U.S. National Marine Fisheries Service, qui relève de la National Oceanographic and Atmospheric Administration (NOAA), a déclaré que la population de pèlerins du Pacifique était « préoccupante » (NOAA, 2010).

L’aire de répartition de la population de pèlerins du Pacifique se situe sur le plateau continental, depuis le centre de la Colombie-Britannique jusqu’au sud de la Californie (MPO, 2009). Environ 30 % de son aire de répartition latitudinale observée se trouve dans les eaux canadiennes. Des données de suivi par satellite récentes provenant de l’Atlantique Nord semblent indiquer que le pèlerin migre sur des distances beaucoup plus grandes et utilise des habitats plus profonds que ce que l’on croyait auparavant (Gore et al., 2008; Skomal et al., 2009). Il est donc probable que l’aire de répartition de la population de pèlerins du Pacifique soit différente de celle décrite présentement.