Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Chevalier de rivière (Moxostoma carinatum)

Importance de l'espèce

Le chevalier de rivière a longtemps été une source de nourriture pour les peuples autochtones et pour les premiers colons européens; elle était d’une importance commerciale mineure près de Montréal (Mongeau et al., 1986; Moisan, 1998). La pêche de cette espèce n’existe plus.

Comme toutes les espèces de meuniers et de chevaliers, le chevalier de rivière joue un rôle important, bien qu’encore sous-estimé, dans le cycle des nutriments des écosystèmes aquatiques. Il transfère de l’énergie (p. ex. des nutriments) du réseau trophique benthique (où il se nourrit) au réseau trophique pélagique, où il devient une proie. Parmi les poissons icthyophages que l’on trouve dans les rivières abritant des chevaliers de rivière figurent l’achigan à grande bouche (Micropterus salmoides), le maskinongé (Esox masquinongy), le grand brochet (E. lucius), l’achigan à petite bouche (M. dolomieu) et le doré jaune (Sander vitreus). Le chevalier de rivière est également un des rares poissons d’eau douce qui mange de grandes quantités de mollusques et qui, par conséquent, remplit une fonction écologique unique (Portt et al., 2003). French (1993) a indiqué qu’en nombre suffisant les chevaliers de rivière pourraient servir de moyen de lutte biologique contre les moules zébrées là où leurs aires de répartition et leurs habitats se chevauchent.