Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Chevalier de rivière (Moxostoma carinatum)

Protection actuelle ou autres désignations de statut

Le tableau 1 présente un résumé des rangs de priorité attribués par l’Association of Biodiversity Information.

Tableau 1 : Rangs de priorité attribués au chevalier de rivière selon NatureServe (2002) à l’échelle du monde, des États-Unis, du Canada, des États américains et des provinces canadiennes.
MondeG4
États-UnisN4
CanadaN2
États/provincesAlabama (S4), Arkansas (S4), Floride (S1S2), Géorgie (S2), Illinois (S2), Indiana (S3), Iowa (S?), Kansas (S1S2), Kentucky (S4), Louisiane (S1S3), Michigan (S1), Minnesota (S?), Mississippi (S3), Missouri (S?), New York (S2?), Caroline du Nord (S2), Ohio (S3), Oklahoma (S1S2), Pennsylvanie (S3), Caroline du Sud (S1), Tennessee (S4), Virginie (S2S3), Virginie occidentale (S3), Wisconsin (S2S3), Ontario (S2), Québec (S2)

 

Canada

Le chevalier de rivière et ses habitats sont protégés par la Loi sur les pêches du gouvernement fédéral, qui interdit toute activité susceptible de nuire à l’habitat de l’espèce. Le chevalier de rivière a d’abord été désigné espèce préoccupante (rare) par le COSEPAC en 1983 (Parker et McKee, 1984). Cette désignation a été reconfirmée en 1987 (Parker, 1988). À l’échelle nationale, le chevalier de rivière est coté N2. En Ontario, il est considéré comme très rare (S2) et a été classé comme vulnérable par le MRNO. Le chevalier de rivière est visé dans les stratégies de rétablissement des espèces en péril dans les rivières Ausable et Grand en Ontario (Dextrase et al., 2003; Portt et al., 2003).

Le chevalier de rivière est classé comme poisson commun par le MRNO; il n’est donc protégé ni par des quotas de pêche, ni par des restrictions relatives à la taille minimale, ni par la réglementation sur la pêche au harpon (McAllister et al., 1985). L’espèce et/ou ses habitats peuvent être protégés par les lois fédérales et provinciales suivantes : Loi canadienne sur l’évaluation environnementale, Loi canadienne sur la protection de l’environnement, Loi sur les pêches, Loi sur les ressources en eau du Canada, Loi sur l’aménagement des lacs et des rivières de l’Ontario, Loi sur la protection de l’environnement de l’Ontario, Loi sur les évaluations environnementales de l’Ontario, Loi sur l’aménagement du territoire de l’Ontario, Loi sur les ressources en eau de l’Ontario, Loi sur la qualité de l’environnement du Québec,Loi sur la conservation et la mise en valeur de la faune du Québec et Loi sur les espèces menacées et vulnérables du Québec. On a créé un refuge faunique dans les rapides de Chambly afin de protéger les frayères de même que la période de fraye des chevaliers cuivrés et des chevaliers de rivière. Un sanctuaire ichtyologique a également été créé le long d’une partie de la rivière Mississippi afin de protéger les chevaliers de rivière reproducteurs (Ontario Fishing Regulations, 1989).

Au Québec, le chevalier de rivière figure sur la liste des espèces susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables. La pêche sportive de ce poisson est autorisée dans le fleuve Saint-Laurent et les rivières des Outaouais et Gatineau, mais elle est interdite ailleurs dans son aire de répartition. La pêche commerciale du chevalier de rivière est interdite dans la province (Moisan, 1998).