Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur l’orthocarpe à épi feuillu (Orthocarpus bracteosus) au Canada

Facteurs limitatifs et menaces

La dégradation de l’habitat constitue une menace critique et urgente pour Orthocarpus bracteosus au Canada. La dernière population subsistante occupe une superficie de moins de 300 . Cette superficie est aussi occupée par un certain nombre de plantes introduites telles que Plantago lanceolata, Hypochaeris radicata, Holcus lanata, Vulpia bromoides et Geranium molle. De plus, Hedera helix a atteint le périmètre de la population et pourrait continuer à coloniser (de type phalange) le site en tant que couvre-sol. Plusieurs espèces introduites d’arbustes incluant le genêt à balais (Cytisus scoparius), l’ajonc d’Europe (Ulex europaeus) et le laurier des bois (Daphne laureola) sont également présentes près du site et pourraient constituer une menace à plus long terme si elles se montraient capables d’envahir le site ou de le modifier par leur ombrage et le dépôt de litière.

Cette population est également menacée par la circulation piétonnière. Seuls les employés de la Garde côtière et les plaisanciers des environs de Victoria peuvent avoir  accès à l’île Trial. Néanmoins, la population d’orthocarpe à épi feuillu se situe dans une contrainte de la roche attirant la circulation piétonnière, vraisemblablement des kayakistes.

La population de l’île Trial est aussi potentiellement menacée par la pollution marine puisqu’elle croît à quelques mètres seulement au-dessus de la laisse de haute mer le long d’une des voies maritimes les plus achalandées d’Amérique du Nord.

Le potentiel de dispersion de la population de l’île Trial dans des habitats propices est faible. Il semblerait qu’elle soit peu habile à se disperser sur de longues distances. Plusieurs sites riverains avoisinant l’île de Vancouver, susceptibles à l’origine de supporter cette espèce, ont depuis été irréversiblement modifiés par l’urbanisation. D’autres sites potentiels sur l’île Trial et à proximité de l’île de Vancouver sont présentement inappropriés en raison de l’envahissement de graminées et d’arbustes introduits.

Le fait que cette espèce soit limitée à une seule population au Canada représente une contrainte sérieuse puisque des forces stochastiques pourraient rapidement éliminer cette population. Il n’y a ici aucune opportunité pour une immigration de source externe. Toutes les autres populations de la région de Victoria et de Puget Sound seraient disparues. Les populations subsistantes les plus proches se trouvent à environ 300 km.