Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Évaluation et Rapport de situation du COSEPAC sur le Tétras des armoises de la sous-espèce Phaios et la sous-espèce urophasianus au Canada – Mise à jour

Facteurs limitatifs et menaces

Les déclins actuels de population sont probablement attribuables à une accumulation de causes (Crawford et al., 2004). La perte et la dégradation de l’habitat étaient considérées comme les facteurs les plus importants influant sur les déclins (Connelly et al., 2000a; Aldridge et Brigham, 2002). Les pratiques de réensemencement, l’invasion de plantes exotiques, la déviation de cours d’eau, l’extraction de sources énergétiques et l’aménagement industriel, les insecticides, le broutage et les changements climatiques constituent également des facteurs liés à la perte, à la dégradation et à la fragmentation d’habitat (Braun, 1998; Miller et Eddleman, 2000; Lyon et Anderson, 2003; Adams et al., 2004; Aldridge, 2007). La pression des prédateurs et l’intensité des incendies ont peut-être augmenté en raison des changements de l’habitat (Storch et Willebrand, 1991; Crawford et al., 2004). Le virus du Nil occidental et la perte de diversité génétique pourraient constituer des menaces supplémentaires envers les petites populations.

Pratiques agricoles

Bon nombre des relations précises entre la démographie et la qualité de l’habitat du Tétras des armoises demeurent incertaines, mais les populations restantes sont associées à des habitats intacts, ce qui illustre la relation globale (Crawford et al., 2004). De vastes étendues d’armoises ont été éliminées aux États-Unis depuis la colonisation afin d’améliorer les pâturages de l’Ouest (Beck et Mitchell, 2000). L’épandage d’herbicides (Klebenow, 1970; Martin, 1970; Wallestad, 1975), le brûlage, (Fischer et al., 1996b; Nelle et al., 2000) et les dispositifs mécaniques (Swenson etal., 1987) ont fait partie des méthodes d’enlèvement d’armoises. Il y a peu d’exemples d’objectifs de gestion similaires visant à éliminer l’armoise argentée des paysages naturels publics au Canada (Adams et al., 2004). La culture de paysages en Alberta a probablement provoqué la désertion de deux arènes (Aldridge et Brigham, 2003). Il ne semble pas que la culture soit associée à l’abandon d’arènes en Saskatchewan (McAdam, 2003; Thorpe et al., 2005). Bien que la culture ait éliminé 60 p. 100 de la végétation indigène dans l’écorégion de prairie mixte de la Saskatchewan (Hammermeister et al., 2001), il n’est pas possible de lier l’énorme diminution du Tétras des armoises dans la province aux changements d’utilisation des terres (Thorpe et al., 2005).

Historiquement, des feux de friches ont lieu tous les 30 à 50 ans dans l’habitat aride d’armoises et tous les 100-200 ans dans les types d’armoises bas (Braun, 1998; Miller et Eddleman, 2000). Les feux ont produit une mosaïque de parcelles brûlées, une amélioration de la production végétale d’herbacées (Pyle et Crawford, 1996; Miller et Eddleman, 2000) et une réduction de l’abondance de plantes ligneuses (Miller et Eddleman, 2000). Au Canada, les incendies ont constitué une force écologique dans le paysage au début du xxe siècle, au cours d’une période de pâturage intensif du bétail (Adams et al., 2004).

La régénération d’armoises tridentées après un incendie s’effectue au moyen du réensemencement, et le brûlage dirigé a eu des répercussions négatives à court et à long terme sur l’approvisionnement alimentaire, l’habitat de nidification et l’abondance du Tétras des armoises (Fischer et al., 1996b; Connelly et al., 2000c; Nelle et al., 2000). Les conséquences des incendies pourraient être moins graves sur la communauté de l’armoise argentée, car elle est assez résistante au feu et possède un fort potentiel de régénération (Aldridge et Brigham, 2002; Thorpe, 2002; Adams et al., 2004). Les répercussions du brûlage naturel ou dirigé sur la communauté écologique de l’armoise argentée sont peu connues (Connelly et al., 2000a), mais on s’attend maintenant à ce que le feu réduise davantage la qualité et la disponibilité de l’habitat au Canada (Adams et al., 2004).

Pâturage par le bétail

Le pâturage par le bétail peut avoir une forte influence sur la productivité des populations de Tétras des armoises (Beck et Mitchell, 2000). Il est possible que le pâturage affecte directement la composition, la densité et la structure de la végétation. De plus, de vastes zones de prairies d’armoises ont été converties en prairies d’agropyres à crête (Agropyron desertorum) exotiques pour le fourrage destiné au bétail (McAdoo et al., 1989). Ces peuplements introduits ont restreint le potentiel de fourrage ainsi que de couvert d’arbustes et de plantes herbacées non graminéennes pendant l’hiver (Miller et Eddleman, 2000). Une réduction d’arbustes et de tapis herbacé affecte négativement le succès de la nidification (Gregg et al., 1994; Delong et al., 1995; Aldridge et Brigham, 2002; Holloran et al., 2005) ainsi que le fourrage et le couvert disponible pour l’élevage de couvées (Call et Maser, 1985; Aldridge, 2000). Dans le sud-est de l’Alberta, le piétinement dans les sites d’hivernage du bétail représente peut-être la principale raison du déclin de l’armoise argentée (Adams et al., 2004). La perte de couvert peut avoir des répercussions négatives sur les tétras en les exposant aux intempéries et aux prédateurs (Aldridge, 2000), ce qui réduirait la quantité d’aire de répartition hivernale possible.

Perturbation par les humains

La prospection pétrolière et gazière a eu des effets nocifs sur le comportement reproducteur, la sélection de l’habitat saisonnier et la démographie du Tétras des armoises (Aldridge, 2000; Braun et al., 2002; Lyon et Anderson, 2003; Holloran, 2005; Aldridge et Boyce, 2007). Dans toute l’aire de répartition de l’espèce, les puits de pétrole et de gaz ainsi que les pipelines connexes influent sur 28 p. 100 des habitats d’armoises (Connelly et al., 2004). La prospection pétrolière et gazière a commencé en Alberta dans les années 1940 et l’exploitation s’est intensifiée dans les années 1980 (Braun et al., 2002). La densité des puits dans l’aire de répartition du Tétras des armoises dans le sud de l’Alberta en 2002 était d’un puits actif et de deux inactifs par km² (Braun et al., 2002).

Pendant l’expansion de l’exploration dans les années 1980, le nombre de mâles faisant des parades dans les arènes dans le sud de l’Alberta a diminué d’environ 50 p. 100 (Braun et al., 2002). Les arènes à 200 m ou moins d’une route ou de puits ont été rendus inactives, et les arènes à proximité d’un site d’exploitation ont été réduites ou rendues inactives (Aldridge, 2000). De même, les forages à 5,0 km des arènes dans l’ouest du Wyoming ont entraîné le déplacement de mâles adultes et le faible recrutement de juvéniles (Holloran, 2005). Les conséquences se sont poursuivies après l’arrêt des activités de forage et de construction; le nombre de mâles reproductifs ne s’est pas rétabli dans un diamètre de 3,0 km des puits de production (qui restent habituellement sur le site de 30 à 50 ans) même après la fin des forages. La perturbation occasionnée par le faible trafic de l’exploitation de gaz naturel (de 1 à 12 véhicules par jour) au cours de la période de reproduction dans l’ouest du Wyoming a entraîné la réduction des taux de construction de nids et l’augmentation de la distance entre les arènes et les nids (Lyon et Anderson, 2003). Les femelles évitent les infrastructures des champs de gaz au moment de choisir l’habitat des nids et d’élevage de couvées (Holloran, 2005; Aldridge et Boyce, 2007). En outre, la survie d’oisillons a diminué en raison de l’accroissement de la densité des emplacements de puits (Aldridge et Boyce, 2007).

L’aménagement a également fragmenté l’habitat des armoises par l’ajout d’édifices, de routes, de chemins, de clôtures et de poteaux électriques. Ces structures fournissent des sites de perche pour les accipitridés (Connelly et al., 2000a) et risquent de blesser ou de tuer des Tétras des armoises qui volent vers des objets fabriqués par des humains ou le trafic (Patterson, 1952; Crowley et Connelly, 1996; ASGRAG, 2005).

L’armoise argentée est présente dans des sites mésoïques aux sols fertiles profonds nécessitant des inondations périodiques (Thorpe, 2002; Jones et al., 2005). Les obstacles au drainage, tels que les barrages, les étangs artificiels, les bermes et les réservoirs se sont quadruplés de 1951 à 2001 dans le sud-est de l’Alberta, ce qui a modifié les régimes hydrologiques et a dégradé les communautés d’armoises argentées (McNeil et Sawyer, 2003). Plus de 80 p. 100 de l’aire de répartition actuelle du Tétras des armoises en Alberta a été modifiée par des obstacles (ASGRAG, 2005).

Maladies

Historiquement, la maladie n’était pas considérée comme un facteur important des changements démographiques du Tétras des armoises, jusqu’à la découverte du premier cas mortel de virus du Nil occidental (VNO) en 2003. Une étude transfrontalière d’envergure a fait rapport des graves répercussions du VNO sur la survie des populations munies de radioémetteurs (Naugle et al., 2004). Les cas de mortalité liés au VNO ont fait diminuer les taux de survie chez les femelles de 25 p. 100 en 2003 dans quatre populations au Wyoming, au Montana et en Alberta (Naugle et al., 2004). En 2004 et en 2005, la prévalence des maladies a diminué dans toute l’aire de répartition et un seul cas de mort liée au VNO a été signalé en Alberta (Naugle et al., 2005; Nicholson, comm. pers., 2006), en raison peut-être des températures fraîches en été qui ont réduit la production de moustiques (Culex tarsus), le vecteur du VNO (Naugle et al., 2005). Jusqu’ici, l’espèce n’a pas acquis de résistance au VNO et les faibles taux de survie pourraient dévaster les petites populations (Naugle et al., 2004, 2005).

Génétique

Le déclin et la disparition de populations naturelles ont été liés à la perte d’hétérozygotie et à l’endogamie; par conséquent, les petites populations sont exposées à une réduction de leur diversité génétique (Bush, comm. pers., 2006). Le flux génétique au sein des populations et entre elles est essentiel au maintien de la viabilité des populations. La perte de diversité génétique chez les populations de Tétras des armoises risque d’accroître la vulnérabilité aux agents parasitiques ou aux maladies (Oyler McCance et al., 2005).

Des analyses génétiques préliminaires menées en Alberta indiquent que l’endogamie pourrait entraîner un rapport des sexes favorisant les femelles à l’éclosion et des malformations congénitales (Bush, 2004). Selon une analyse d’embryons du Tétras des armoises, 13 p. 100 (n = 48) d’entre eux présentaient des anomalies externes (anophtalmie [absence de l’un ou des deux yeux], microphtalmie [petits yeux], malformation du bec et nanisme) et 52 p. 100 des embryons anormaux et apparemment « normaux » montraient une variété de malformations crâniennes (anophtalmie, microphtalmie, malformation du bec, bec raccourci, malformation du cartilage crânien et déviation du septum nasal) (Bush, comm. pers., 2006). L’endogamie et la toxicité du sélénium sont actuellement examinées comme facteurs déterminants potentiels.