Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l'isoète d'engelmann (Isoetes engelmannii) au Canada (proposition)


2.0 Menaces

Comprendre ce qui menace l'isoète d'Engelmann est tout un défi étant donné la nature discrète de l'espèce et la difficulté que pose son étude. Cependant, nos connaissances actuelles sur l'isoète d'Engelmann nous ont permis de décrire dix catégories générales de menaces contre cette plante. Le tableau 1 indique si la menace est réelle ou potentielle, d'origine humaine ou naturelle et d'une priorité élevée, modérée ou faible. Chacune des menaces est décrite après le tableau.

Tableau 1. Caractéristiques des menaces contre l'isoète d'Engelmann, selon l'état actuel des connaissances
MenaceRéelle ou potentielleHumaine ou naturelleNiveau d'importance
1. Dommage mécanique
Réelle
Humaine et naturelle
Élevé
2. Enrichissement en matières nutritives
Potentielle
Humaine
Élevé

3. Épandage d'herbicide

  • Épandage d'herbicide aquatique
  • Épandage d'herbicide terrestre

Réelle/Potentielle

Humaine

Élevé

4. Compétition
Potentielle
Naturelle et humaine
Élevé
5. Érosion
Potentielle
Humaine
Modéré
6. Espèces envahissantes
Potentielle
Humaine et naturelle
Modéré
7. Changements à long terme des niveaux de l'eau
Potentielle
Humaine
Faible
8. Autres contaminants de l'eau
Potentielle
Humaine
Élevé
9. Prédateurs
Potentielle
Naturelle
Faible
10. Enlèvement
Potentielle
Humaine
Modéré


2.1. Description des menaces

Les dommages mécaniques (p. ex. circulation d'embarcations, mouvement des vagues, mouvement des glaces, activités de dragage et de raclage, circulation à pied, construction de quais et de remises à bateaux, épandage de sable lors de la création de plages) peuvent nuire aux sites ou aux plantes. La perte d'habitat se produit quand un quai recouvre les plantes, ce qui peut les détruire ou réduire leur chance de se reproduire. Ce type de dommages a été observé à certains endroits de la rivière Severn, où la circulation des bateaux est nettement plus élevée que sur la rivière Gull (Heydon et Pidgen, 2005).

L'enrichissement en matières nutritives causé par le ruissellement ou d'autres sources peut favoriser d'autres espèces plus agressives, et entraîner le déclin ou la disparition des plantes localement. La hausse des niveaux de phosphore à certains endroits peut contribuer à l'enrichissement en matières nutritives et à la prolifération apparente de plantes aquatiques concurrentes et d'algues, ce qui réduit la lumière accessible aux plantes aquatiques submergées. On a observé des résultats semblables dans les études démographiques sur le terrain réalisées sur l'Isoetes lacustris en Europe de l'Ouest (Voge, 1997). 

L'épandage d'herbicides, pour contrôler la végétation aquatique ou provenant du ruissellement des terres (c'est-à-dire de l'épandage sur les terrains), peut faire disparaître des plantes ou des sous-populations entières (Heydon et Pidgen, 2005).

La compétition d'autres plantes aquatiques (indigènes, comme l'isoète d'Eaton, et exotiques) peut aussi causer le déclin de l'isoète d'Engelmann en rivalisant avec elle pour des éléments essentiels tel la lumière et les nutriments (Brunton, 2001). Les plantes aquatiques peuvent proliférer si la qualité de l'eau s'améliore en raison des infestations de moules zébrées et de l'augmentation des nutriments dans l'eau en raison de l'aménagement des terres avoisinantes.

L'érosion entraînée par l'activité sur les berges comme l'aménagement des rives (c'est-à-dire la construction de quais et de remisesà bateaux ou encore de chalets et de murs le long des berges, ou l'enlèvement de la végétation naturelle du littoral) et le sillage des embarcations peut perturber les sites et réduire la lumière, entraînant ainsi la réduction du rendement et du recrutement (Heydon et Pidgen, 2005).

Les espèces envahissantes, comme les moules zébrées, devenues abondantes ces dernières années au site de la rivière Severn (Brunton, 2001), peuvent avoir des effets négatifs sur les isoètes. Par exemple, la multiplication de macrophytes concurrents, comme l'herbe à dinde, aurait un impact négatif. De plus, la fixation d'un grand nombre de moules aux plantes peut endommager les feuilles.

Les changements à long terme des niveaux d'eau causés par un barrage ou une centrale hydroélectrique ou des changements climatiques pourraient entraîner la disparition de plantes et de leur habitat. Sur la rivière Severn, la population est située directement en amont d'une écluse de la voie navigable Trent–Severn où le niveau de l'eau peut varier considérablement au passage des bateaux. De plus, le frottement de la glace sur le fond du cours d'eau est une conséquence de la fluctuation excessive du niveau de l'eau (Brunton, 2001).

D'autres contaminants de l'eau (comme les produits pétroliers, les métaux lourds et le sel de voirie) ont causé la disparition de l'isoète d'Engelmann dans les grandes régions industrielles de l'Est des États-Unis (Brunton, 2003) et pourraient avoir un effet sur la survie des populations canadiennes. Les sites de la rivière Gull et de Big Chute sont situés près d'installations industrielles où pourraient se produire des déversements accidentels susceptibles de nuire à ces populations (Heydon et Pidgen, 2005).

On a observé des prédateurs, comme la bernache du Canada et le rat musqué, à la recherche de nourriture, endommager les sites et détruire des plantes. 

L'enlèvement délibéré de plantes pourraient gravement nuire à la viabilité de ces populations et pourrait expliquer le déclin étonnamment rapide de l'isoète d'Engelmann constaté sur le site de la rivière Gull (Brunton, 2001).