Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Programme de rétablissement de l'isoète d'engelmann (Isoetes engelmannii) au Canada (proposition)


3.0 Lacunes du savoir

Les objectifs de rétablissement mettent l'accent sur le besoin d'entreprendre des enquêtes écologiques de base sur cette espèce. L'écologie du genre Isoetes a longtemps été négligée en Amérique du Nord en raison de notre incapacité, jusqu'à il y a dix ans, d'identifier les plantes individuelles de manière fiable. La fragilité et la diversité des habitats aquatiques compliquent encore cette tâche. Pourquoi, par exemple, les isoètes d'Engelmann et d'Eaton sont-ils trouvés à certains endroits le long des rivières Severn et Gull, mais pas à d'autres en apparence identiques le long de ces cours d'eau? Il faut cerner davantage les besoins écologiques de base de l'isoète d'Engelmann canadien afin de comprendre les caractéristiques particulières de son habitat.

De même, les affinités géographiques et biologiques des populations très éloignées ne sont pas connues. Il sera important de définir génétiquement ces liens pour évaluer, si nécessaire, les possibilités de recrutement et de repeuplement, ainsi que pour mieux comprendre l'origine de l'espèce et peut-être d'autres populations rares isolées au Canada.

On évalue actuellement une façon de distinguer les isoètes d'Engelmann canadiens souffreteux des isoètes aquatiques connexes sans en retirer des feuilles ou en examiner les mégaspores. Pour l'instant, on doit se contenter d'identifier et de faire le recensement des populations de manière généralisée et imprécise, à partir des populations échantillonnées. Une technique pratique, non-destructrice et plus précise d'identification des plantes améliorerait grandement le rendement de la surveillance et des études. Des études approfondies sur la question seront nécessaires.

Il faudra multiplier les recherches pour bien comprendre les menaces actuelles contre l'isoète d'Engelmann au Canada et établir la priorité relative de chacune. Une connaissance approfondie et détaillée de ces menaces est essentielle si on veut appliquer des mesures efficaces de réduction et d'atténuation de leurs effets contre l'habitat.