Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Mise à jour Rapport de situation du COSEPAC sur le Petit Blongios au Canada 2001

Introduction

La situation du Petit Blongios a été examinée pour la première fois par le COSEPAC en 1988 (Sandilands et Campbell, 1987). C’est le plus petit membre de la famille des Ardéidés qui niche au Canada. L’espèce est absente dans de grandes parties de son aire de répartition totale, car elle ne niche que localement dans des parcelles d’habitat favorable dispersées en Amérique du Nord, en Amérique centrale et en Amérique du Sud, ainsi que dans les grandes îles des Antilles. Au Canada, le Petit Blongios se reproduit dans l’extrême sud du Manitoba, le sud de l’Ontario, l’extrême sud du Québec et du Nouveau‑Brunswick, et peut‑être parfois en Nouvelle‑Écosse.

C’est un oiseau très silencieux et discret qui se fond dans l’environnement, de sorte qu’il est très difficile de recueillir des données précises sur ses effectifs. Toutefois, étant donné que l’espèce est confinée aux milieux humides de grande superficie qui ont connu des pertes énormes au cours du siècle dernier, que la majorité des observateurs avaient l’impression que les effectifs avaient continué de diminuer et que la population canadienne n’était plus que de l’ordre d’un millier de couples, l’oiseau a été désigné « espèce rare » (statut maintenant appelé « espèce vulnérable ») par le COSEPAC en 1988.