Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Pluvier montagnard (Charadrius montanus)

Évaluation et statut proposé

The Nature Conservancy a attribué au Pluvier montagnard la cote G2 à l’échelle mondiale, et l’espèce est cotée par les centres de données sur la conservation, S1B en Alberta, S1 en Saskatchewan et S2B au Colorado, dans le Montana et dans le Wyoming.

Aux États‑Unis, cette espèce a été placée en 1982 dans la catégorie 2, c’est‑à‑dire la catégorie des espèces qu’il conviendrait peut‑être de protéger, mais dont on ne connaît ni la vulnérabilité, ni les menaces auxquelles elles sont exposées (Leachman et Osmundson, 1990). En février 1999, il a été officiellement proposé d’ajouter le Pluvier montagnard à la liste des espèces menacées et protégées en vertu de la Endangered Species Act (U.S. Fish and Wildlife Service, 1999).

Au Canada, le Pluvier montagnard a été ajouté à la liste des espèces en voie de disparition du Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) à la suite du rapport de Wershler et Wallis (1986). En Alberta, l’espèce est considérée menacée et à la limite de son aire de répartition, et elle est inscrite sur la liste JAUNE-B (espèces sensibles qui ne sont pas actuellement en péril, mais qui risquent de le devenir faute d’une gestion appropriée). En Saskatchewan, on pense que l’espèce est peut‑être présente (d’après plusieurs observations), et peut‑être même nicheuse.

Le Pluvier montagnard fait partie des espèces protégées en vertu de la Loi sur la Convention concernant les oiseaux migrateurs (Service canadien de la faune, 1980), laquelle n’assure pas forcément la protection de ses habitats.

En règle générale, les lois des différents États américains n’assurent pas la conservation de l’espèce ni la protection de ses habitats.

Une certaine superficie de prairie naturelle pouvant servir d’habitat de nidification au Pluvier montagnard est protégée en Saskatchewan du fait qu’elle se trouve au sein du parc national des Prairies. Mais en Alberta, la prairie naturelle ne jouit d’aucune protection juridique.