Avertissement Cette page Web a été archivée dans le Web.

Contenu archivé

Information archivée dans le Web à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de documents. Cette dernière n'a aucunement été modifiée ni mise à jour depuis sa date de mise en archive. Les pages archivées dans le Web ne sont pas assujetties aux normes qui s'appliquent aux sites Web du gouvernement du Canada. Conformément à la Politique sur les communications et l'image de marque.

Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Pluvier montagnard (Charadrius montanus)

Évaluation du statut et recommandation de l’auteur

On pense que l’effectif du Pluvier montagnard en Amérique du Nord a diminué de 63 p. 100 entre 1966 et 1991. L’analyse des tendances du Relevé des oiseaux nicheurs (1966-1996) révèle un déclin continu d’environ 2,7 p. 100 par an, soit la baisse la plus importante de toutes les espèces d’oiseaux endémiques des prairies. La population actuelle compte probablement entre 8 000 et 10 000 individus. La diminution de la population, ainsi que les menaces permanentes qui pèsent contre elle tant dans son aire d’hivernage que dans son aire de nidification ont mené à proposer qu’elle soit inscrite sur la liste des espèces menacées aux États‑Unis.

Les causes les plus probables du déclin de l’espèce, à l’oeuvre aussi bien dans son aire de nidification que son aire d’hivernage, sont les suivantes : transformation de la prairie naturelle lui servant d’habitat, principalement par l’agriculture; diminution des populations d’herbivores indigènes (bison, chien de prairie, rat‑kangourou géant, spermophile de Californie); pratiques d’exploitation des pâturages défavorisant le broutage intensif; pratiques culturales dans les secteurs où niche l’espèce; et, peut‑être, exposition aux pesticides.

Au Canada, les petites populations isolées de Pluviers montagnards, qui comptent au total moins de 50 individus, sont le reliquat d’une population autrefois plus nombreuse qui occupait une aire de répartition plus étendue dans le Sud du Canada et le Nord du Montana. Les registres des observations et les spécimens pris dans les années 1870 témoignent d’une époque où cette espèce était abondante le long du 49e parallèle. Depuis que la majeure partie de l’aire de répartition historique du Pluvier montagnard dans le Nord du Montana a été cultivée et que l’espèce a disparu de cette région, l’aire de nidification canadienne de l’espèce se trouve séparée de celle qui est la plus proche au Montana par quelque 140 km.

Malgré qu’il subsiste des zones continues ou semi‑continues de prairie naturelle dans l’aire de répartition du Pluvier montagnard au Canada, les habitats favorables à la nidification de l’espèce semblent très limités en raison des pratiques d’exploitation des pâturages, qui s’opposent au broutage intensif de la prairie. Le manque d’habitats de nidification, la vulnérabilité des petites populations isolées face au déclin de l’ensemble de la population du continent, ainsi que les facteurs limitatifs, tels que les conditions climatiques extrêmes dans l’aire de nidification, pourraient mener à la disparition d’une population reproductrice au Canada.

Pour les raisons susmentionnées, il est recommandé que le statut d’espèce en voie de disparition soit maintenu pour le Pluvier montagnard au Canada.