Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Bec-croisé des sapins de la sous-espèce percna

RÉTABLISSEMENT

Le présent programme de rétablissement pour la sous-espècepercnaau Canada fixe des buts et objectifs qui permettront de combler les lacunes dans les connaissances, d’augmenter la base d’information sur la sous-espèce percna à Terre-Neuve et de guider la mise en oeuvre de mesures appropriées pour son rétablissement.

4.1 Caractère réalisable du rétablissement de l’espèce

Le rétablissement de la sous-espèce percna est en ce moment considéré réalisable sur le plan technique et biologique. Cependant, les menaces qui ont mené au déclin de l'espèce, ainsi que celles qui ont cours actuellement, les facteurs limitatifs et l'évaluation de la présence de l'espèce doivent être mieux compris avant de pouvoir confirmer le caractère réalisable du rétablissement. 

Le succès du rétablissement du Bec-croisé des sapins à Terre-Neuve dépendra principalement de la façon dont les menaces seront atténuées et du maintien d'un habitat viable dans l'île de Terre-Neuve. Il y a eu des observations de reproduction du Bec-croisé des sapins à Terre-Neuve en 2005 ainsi qu'en 2006; même si l'appartenance des individus observés à la sous-espècepercna n'est pas connue, ces observations indiquent qu'il existe encore des activités de reproduction du Bec-croisé des sapins à Terre-Neuve. Les cartes d'inventaire forestier de Terre-Neuve montrent qu'un minimum de 1,6 million d'hectares de forêts dominées par les conifères en âge de produire des cônes sont présents sur l’île de Terre-Neuve. Des efforts de relevés correctement conçus donneront un aperçu de la situation de la population et fourniront de l'information sur les facteurs limitatifs qui doivent être atténués pour faciliter le rétablissement du Bec-croisé des sapins de la sous-espèce percna.

4.2 Approche recommandée et échelle du rétablissement

Une approche plurispécifique ou une approche écosystémique, qui inclurait d'autres espèces en péril de la forêt boréale, pourrait se révéler appropriée dans l’avenir si on découvre que les menaces qui pèsent sur la sous-espèce percnas’appliquent également à ces espèces ou si leur habitat essentiel chevauche celui de la sous-espèce percna. Pour l’instant, les mesures de rétablissement pour la sous-espècepercna adopteront toutefois une approche visant cette seule espèce.

4.3 But et objectifs du rétablissement

L'information disponible sur l’espèce étant limitée, il est difficile d’établir des buts et objectifs quantitatifs. La vision pour le Bec-croisé des sapins de la sous-espècepercna est de restaurer la population au niveau où elle sera autosuffisante et où elle pourra résister aux évènements stochastiques. Pour atteindre cette vision, il faudra atteindre 3 buts:

Buts:

  1. Empêcher la disparition de la sous-espècepercna de l'île de Terre-Neuve.
  2. Réduire les causes les plus complexes qui sont à l'origine des menaces qui pèsent sur l'espèce de façon à ce que la taille de la population puisse être améliorée au niveau où elle sera autosuffisante.
  3. Gérer une quantité suffisante de l'habitat du Bec-croisé des sapins de la sous-espèce percna pour permettre à la population d’être autosuffisante.

Les objectifs qui permettront d'atteindre ces buts pour la période de 2006 à 2010 sont les suivants :

  1. Élaborer les outils nécessaires à la confirmation de la présence de la sous-espèce percna à Terre-Neuve en élaborant des critères d’identification appropriés fondés sur des relevés, des échantillons et des analyses génétiques, des vocalisations et des analyses comparatives de l’information morphologique.
  2. Déterminer la répartition et l’abondance des Becs-croisés des sapins à Terre-Neuve en utilisant ces outils ainsi que des programmes ciblés de relevés et de suivi.
  3. Entamer l'étude des déplacements des Becs-croisés des sapins dans le paysage, y compris ceux à destination et en provenance du Canada continental. Ces recherches pourraient inclure l'immigration et l'émigration d'autres sous-espèces qui peuvent être présentes.
  4. Déterminer les associations à l'habitat et commencer à évaluer les paramètres du cycle vital.
  5. Entamer l'évaluation des menaces et des facteurs limitatifs potentiels.
  6. Confirmer le caractère réalisable du rétablissement du point de vue technique et biologique en répondant aux questions suivantes:

    a.        Existe-t-il ou non des individus capables de reproduction pouvant accroître le taux de croissance ou l’abondance de la population?

    b.        Existe-t-il ou non un habitat adéquat suffisant pour assurer la survie de l’espèce ou si un tel habitat peut être rendu disponible par l’aménagement ou la remise en état de l’habitat?

    c.        Des menaces significatives à l’espèce ou à son habitat peuvent-elles être évitées ou atténuées par des mesures de rétablissement?

    d.        Les techniques de rétablissement nécessaires existent-elles, et leur efficacité est-elle démontrée?

  7. Déterminer les buts spécifiques en matière de population et d'habitat.
  8. Désigner l’habitat essentiel tel que défini dans la Loi sur les espèces en péril et l’habitat essentiel et l’habitat de rétablissement tels que définis dans la l’Endangered Species Act de Terre-Neuve-et-Labrador.
  9. Entamer l'élaboration des procédures d'atténuation des menaces.
  10. Élaborer et mettre en œuvre des programmes d’intendance et d’éducation, et sensibiliser le public aux Becs-croisés des sapins.

4.4 Approches pour l’atteinte des objectifs du rétablissement

Les approches de rétablissement proposées reposent en grande partie sur trois conditions :

1.     La présence de la sous-espèce percna,telle que présentée par le COSEPAC(2004), n’a pas encore été confirmée.

2.     Les populations de Becs-croisés des sapins ont connu un déclin abrupt depuis le milieu des années 1900 et les causes de ce déclin ne sont pas claires (quoique des menaces majeures associées à la disponibilité et/ou à la qualité de la nourriture et de l’habitat aient été suggérées comme causes).

3.     Les Becs-croisés des sapins se déplacent selon la disponibilité des cônes, mais on sait très peu de chose sur leur répartition et leurs déplacements à Terre-Neuve.

Les approches pour le rétablissement sont résumées dans le tableau 1.

4.4.1   Présence de la sous-espècepercna

La sous-espèce percna est un Bec-croisé des sapins à gros bec dont le cri est unique. La reconnaissance du cri et les mesures du bec sont considérées comme la méthode la plus précise pour décider, sur le terrain, de l'appartenance d'un Bec-croisé des sapins à la sous-espèce percna (aucun protocole de capture et de mesure n’a encore été élaboré pour la sous-espèce percna). Il n’existe que très peu d’enregistrements audio de la sous-espèce percna, mais ceux-ci pourraient être utilisés pour apparier le cri et les mesures de façon à aider à l’identification. De plus, la réaction de la sous-espèce percna à des enregistrements d’autres types de Becs-croisés des sapins doit être déterminée. Des efforts additionnels devront être consacrés à la collecte d’enregistrements de Becs-croisés des sapins à Terre-Neuve aux fins d’analyses comparatives. De plus, une analyse génétique devra être réalisée afin de déterminer le degré de flux génétique entre les Becs-croisés des sapins de Terre-Neuve ainsi qu'entre les populations de l’île et celles du continent.

4.4.2 Déterminer les aires de relevés

Les Becs-croisés des sapins ont été observés un peu partout sur l’île de Terre-Neuve. Cette répartition est probablement attribuable aux irruptions locales que fait le Bec-croisé des sapins en fonction de l’abondance des cônes (COSEPAC, 2004). Les Becs-croisés des sapins à gros bec (comme la sous-espècepercna) se montrent plus sédentaires (Marquiss et Rae, 2002), et on croit que la sous-espèce percna ne niche que sur l’île de Terre-Neuve (COSEPAC, 2004). Les observations de Becs-croisés des sapins au cours des dix dernières années ont surtout été faites sur la côte est de l’île de Terre-Neuve, ce qui témoigne sans doute du fait que les groupes d’ornithologues sont plus nombreux à cet endroit. On pense que l’aire de répartition historique de la sous-espècepercna comprenait toute l’île de Terre-Neuve (COSEPAC, 2004).

Au moment de déterminer les aires de relevé, il sera important de cibler les habitats de conifères producteurs de cônes. Les six espèces de conifères indigènes à Terre-Neuve (épinette noire, épinette blanche, mélèze laricin, pin rouge, pin blanc, sapin baumier) commencent toutes à produire des fruits entre 15 et 25 ans, et les meilleures années de production de cônes commencent à partir d’à peu près 40 ans (Burns et Honkala, 1990; B. English, comm. pers., 2005). Les principales aires ciblées changeront probablement au fil du temps, mais il est possible de faire des prévisions à cet égard en se référant aux cartes d’inventaire forestier (c.-à-d. cartes de la répartition des espèces de conifères et des classes d’âge des peuplements). Puisque le déclin du Bec-croisé des sapins à Terre-Neuve est peut-être attribuable à la perte de peuplements de pins indigènes et à leur fragmentation, les sites comprenant de grandes concentrations de pins matures seront considérés comme prioritaires, et ce, même si Benkman a remis en question le lien entre la disparition des pins et le déclin de la sous-espècepercna (Benkman, 1993c).

Il faudrait créer un modèle spatial prédictif de l’habitat potentiel de la sous-espèce percna à Terre-Neuve en se fondant sur les inventaires de l’occupation du sol et les systèmes d’information géographique (SIG). Un tel modèle pourrait se révéler utile pour la mise au point d’un programme de relevés.

4.4.3 Élaborer des protocoles de relevés en vue d’un suivi à long terme

Les protocoles de relevés devront avoir pour objectif de confirmer la présence de la sous-espèce percna et de déterminer la répartition, les déplacements, les habitats et la situation de la population des Becs-croisés des sapins à Terre-Neuve.

4.4.4   Améliorer l’habitat

Si la relation entre le pin et les exigences en matière d’habitat du Bec-croisé des sapins est établie, les activités de gestion forestière peuvent être orientées vers l’augmentation du nombre de pins dans le paysage. Il s’agirait notamment de protéger les arbres existants, de planter des pins et de favoriser leur régénération naturelle. Dans une plantation mixte de conifères, on a documenté des changements saisonniers dans l’alimentation du bec-croisé pouvant avoir un lien avec le poids des graines, la coriacité des cônes et la phénologie de la chute des graines des conifères prédominants, montrant ainsi l’importance des habitats de conifères mixtes (Marquiss et Rae, 1994; Wren, 2001).

4.4.5 Sensibiliser le public

Sauf dans le cas des groupes d’ornithologie et des personnes travaillant dans le domaine des espèces en péril ou de la gestion de la forêt boréale, il est peu probable que le grand public soit même au courant de l’existence de la sous-espècepercna, ni du fait qu’elle soit en péril. Il faut augmenter le soutien du public à la conservation de la sous-espèce percna, et plus particulièrement celui des personnes qui sont le plus susceptibles d’apercevoir la sous-espèce (p. ex. : ornithologues, experts forestiers, randonneurs). Ce soutien est nécessaire non seulement pour encourager le respect des mesures de protection, mais également pour amener le public à prendre part à l’intendance. Enfin, la sensibilisation du public peut augmenter le nombre d’observations car l’espèce visite parfois les mangeoires.

4.5 Impacts potentiels de la gestion sur d’autres espèces

Les stratégies de gestion doivent être élaborées de manière à n’avoir aucune conséquence négative importante sur d’autres espèces, et plus particulièrement sur les espèces indigènes. Puisqu’on ne connaît pas encore les associations à l'habitat de la sous-espèce percna, toute stratégie visant à augmenter l’étendue ou la qualité de l’habitat du Bec-croisé des sapins (qui pour l’instant est considéré comme une mosaïque de conifères producteurs de cônes) sera fort probablement bénéfique pour les autres espèces dont les exigences en matière d’habitat sont similaires.

La gestion des concurrents et des prédateurs interspécifiques non indigènes dans l’habitat du Bec-croisé des sapins pourrait se révéler nécessaire pour le rétablissement maisseulementdans le cas où il sera confirmé que la concurrence alimentaire et/ou la prédation des nids sont des facteurs limitatifs. De tels efforts de gestion ne devront pas avoir d'impacts négatifs sur d’autres espèces, et plus particulièrement sur les espèces indigènes. La gestion indirecte par des modifications environnementales visant à rendre des secteurs peu attrayants ou improductifs aux concurrents alimentaires ne sera probablement pas retenue comme solution puisqu’une telle stratégie pourrait avoir des répercussions négatives sur les becs-croisés et/ou sur d’autres espèces.

La régénération des pins est également suggérée comme méthode de rétablissement potentielle, mais des études additionnelles devraient être menées sur la question. Le pin rouge et le pin blanc étant des espèces indigènes à Terre-Neuve, leur régénération pourrait être bénéfique pour de nombreuses autres espèces indigènes. En revanche, la modification de l’habitat actuel pourrait avoir des conséquences négatives sur les espèces qui dépendent des forêts où prédominent l’épinette noire et le sapin baumier. Toutefois, ces répercussions se feraient probablement sentir à très petite échelle.

4.6 Mesures déjà achevées ou en cours

Dans un effort visant à mettre de l’avant un programme de suivi à l’échelle de l’île et à augmenter le niveau de sensibilisation au Bec-croisé des sapins au sein d’une population de parties intéressées largement répartie, des brochures et des cartes d’observation ont été préparées et distribuées en mai 2005 par le Service canadien de la faune, en partenariat avec Études d’Oiseaux Canada. Ces documents ont été élaborés dans le but de sensibiliser davantage le grand public, d’encourager la participation de bénévoles et de centraliser les observations faites par les bénévoles des sociétés forestières, de Parcs Canada et les groupes d’ornithologie associés à Études d’Oiseaux Canada et à Environnement Canada. Project FeederWatch (PFW) de Terre-Neuve a été ciblé par ce projet parce que ses membres participent déjà à un projet de suivi des oiseaux. En raison de leur tendance au nomadisme et aux irruptions, les Becs-croisés des sapins ne se présentent pas chaque année aux mangeoires. En fait, les participants à FeederWatch peuvent rester plusieurs années sans voir aucun Bec-croisé des sapins. Par ailleurs, ces participants sont à l’endroit idéal pour observer cette espèce, et l’information issue de ces observations contribuera à repérer les irruptions locales et à inscrire de nouveaux enregistrements dans la base de données centralisée, lesquels pourront être utilisés pour cartographier la répartition et l’habitat de la sous-espèce percna à Terre-Neuve. Les équipes du projet d’inventaire forestier du Department of Natural Resources de Terre-Neuve-et-Labrador contribuent également à la cueillette de données depuis un certain nombre d’années et seront plus particulièrement aux aguets pour la sous-espèce percna. Des exemplaires de la brochure ont été envoyés aux bureaux de district du Department of Natural Resources.

Enfin, la cartographie des zones où l’habitat est utilisé a également été entamée. Les données d’observation du Bec-croisé des sapins sont compilées, et les aires de nidification connues sont cartographiées afin de déterminer le type de couvert forestier et toute autre information disponible sur l’habitat. Ces cartes jetteront les bases des initiatives futures de relevés et d’évaluation de l’habitat.

Tableau 1. Résumé des approches en matière de rétablissementa.

Approche de rétablissementPrioritéObjectifMesures spécifiquesRésultat
Confirmer la présence de la sous-espèce percna.NécessaireTous

-   Obtenir des enregistrements audio de la sous-espècepercna, d’autres types de Becs-croisés des sapins et d’autres espèces d’oiseau boréales.

-   Trouver sur le terrain des correspondances entre la taille du bec et le cri.

-   Mener une analyse génétique.

Détermination du caractère réalisable du rétablissement.
Déterminer les aires où des relevés seront menés.Nécessaire1

-   Cartographier les aires peuplées de conifères par espèce et par classe d’âge.

-   Déterminer la production de cônes par espèce à l’échelle de l’île.

-   Cartographier les endroits où des Becs-croisés des sapins et des nids ont été observés.

-   Communiquer avec les groupes d’ornithologie locaux.

-   Déterminer la relation entre le pin et la sous-espècepercna.

Orientation des mesures de rétablissement.
Élaborer des méthodes et des protocoles de relevés.Nécessaire2 et 3

-   Élaborer des techniques et des protocoles de relevés tels qu'exposés dans la documentation.

-   Obtenir les enregistrements audio de la sous-espècepercna et en faire des copies.

-   Évaluer l’adoption de techniques de relevés déjà établies (comme celles du Recensement des oiseaux de Noël et du Relevé des oiseaux nicheurs).

Orientation des mesures de rétablissement.
Mener des relevés afin d'évaluer la présence du Bec-croisé des sapins, en se concentrant notamment sur l’habitat de nidification potentiel.Urgente2 et 3-   Dénombrer les adultes, les juvéniles et les nids.Augmentation de la base de connaissances, identification des lacunes dans les connaissances et détermination du caractère réalisable du rétablissement.
Désigner l’habitat essentiel.Nécessaire4

-   Identifier l’habitat de reproduction, d’alimentation et de perchoir.

-   Identifier l'habitat de nidification pour en évaluer la productivité.

-   Élaborer des modèles en vue de désigner l’habitat essentiel.

Orientation des mesures de protection de l’habitat.
Effectuer le suivi de la taille, de la répartition, des déplacements et de la productivité de la population.UrgenteTous

-   Poursuivre les mesures précédentes.

-   Établir des routes de relevés permanentes et mobiles.

-   Amorcer le baguage.

-   Mesurer la productivité des nids repérés.

Augmentation de la base de connaissances, identification des lacunes dans les connaissances, détermination du caractère réalisable du rétablissement, suivi continu qui évalue le succès des efforts de rétablissement.
Protéger l’habitat.NécessaireTous-   Encourager les politiques de gestion forestière qui maintiennent les types de peuplements et les structures d’âge jusqu’à ce que les exigences spécifiques en matière d’habitat soient mieux comprises.Maintien de la disponibilité de la nourriture.
Déterminer les menaces et les facteurs limitatifs.UrgenteTous-   Mener des recherches dans l’habitat du Bec-croisé des sapins afin d’évaluer les menaces potentielles décrites à la section 2 et à l’annexe 1.Identification et orientation des mesures de rétablissement.
Effectuer le suivi des menaces et atténuer les impacts négatifs.UrgenteTous

-   Effectuer le suivi de la sévérité, de l’étendue, de la fréquence et de l'occurrence des menaces reconnues.

-   Élaborer des plans d’action afin de déterminer les techniques d’atténuation.

Orientation du rétablissement.
Sensibilisation.Bénéfique5

-   Promouvoir l’intendance.

-   Préparer du matériel éducatif.

Motivation et coordination des mesures de rétablissement.

aChaque approche vise tous les objectifs, sauf si des objectifs sont précisés. Définition des priorités : urgente = stratégie hautement prioritaire sans laquelle la population connaîtra un déclin; nécessaire = stratégie nécessaire pour évaluer et orienter les mesures de rétablissement; bénéfique = stratégie bénéfique si des mesures urgentes ont déjà été mises de l’avant.

4.6 Calendrier de mise en œuvre

Le calendrier de mise en oeuvre pour le programme de rétablissement du Bec-croisé des sapins de la sous-espècepercna est présenté dans le tableau 2.

Tableau 2. Calendrier de mise en oeuvre pour le programme de rétablissement du Bec-croisé des sapins de la sous-espècepercnaa 

 

MesureDirectionAutre

2006

 

2007200820092010
Déterminer les aires de relevés.

SCF

NLDNR

Ind. for.

NLWD

Chercheurs

Achèvement   
Identification de la sous-espèce percna.

SCF

Chercheurs

MUN

NLWDAchèvement   
Élaborer des protocoles de relevés.

SCF

Chercheurs

NLWDAchèvementModifications continues
Mener des relevés afin de déterminer la présence. Suivi de la taille, de la répartition et des déplacements de la population.SCF

NLWD

GO

Chercheurs

MUN

En continu
Élaborer des protocoles pour les études de la morphologie, de la vocalisation, du baguage et de la génétique.

SCF

Chercheurs

NLWD

MUN

Achèvement de l’élaborationMise en œuvre
Évaluer la viabilité de la population.

SCF

Chercheurs

NLWDMettre au point un modèle d’AVPRecueillir des données – en continu
Désigner l’habitat essentiel.

SCF

NLDNR

Chercheurs

NLWD

Ind. for. En continu
Identifier les facteurs limitatifs et les menaces, et en faire le suivi.

SCF

Chercheurs

NLWD

 En continu
Encourager la sensibilisation.

SCF

NLDNR

Chercheurs

Parcs Canada

NLWD

 En continu

a AVP – Analyse de la viabilité de la population; GO – Groupes d’ornithologie;Ind. FOR. – Industrie forestière;MUN – Memorial University of Newfoundland;NLDNR – Newfoundland and Labrador Department of Natural Resources; NLWD – Newfoundland and Labrador Wildlife Division;

SCF – Service canadien de la faune